«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Charef : une juste récompense pour un coach hors pair
Portrait de l'entraîneur de l'USMH
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 04 - 2011

Boualem Charef ne paie pas de mine, il est l'un des coaches les moins médiatisés du pays, mais cela n'enlève en rien aux grandes compétences de cet entraîneur émérite. Il faut dire que Charef a toujours fui les feux de la rampe, préférant déléguer son pouvoir à ses adjoints, lorsqu'il s'agit d'affronter la presse.
Ce n'est pas par arrogance ou par dédain qu'il le fait, mais c'est juste pour cacher sa grande timidité que ses éternelles lunettes de soleil qu'il porte presque tout le temps, ont du mal à dissimuler. En fait, le coach de l'USMH ne connaît qu'un seul langage, celui du terrain.
Cet acharné du travail est tout le temps à la recherche de la perfection. Nonobstant ses grandes connaissances footballistiques, il ne cesse pas de se recycler, pourtant les autres entraîneurs du pays se seraient contentés de la moitié des diplômes que possède Charef. Ce pur produit de l'ISTS a débuté sa carrière d'entraîneur au début des années 90, alors qu'il était encore étudiant.
C'est à l'USMA qu'il a fait ses premiers pas en tant qu'adjoint du regretté Ali Benfeddah. Depuis, Boualem Charef a roulé sa bosse, mais il a toujours préféré dans l'ombre, même à l'époque où il formait un duo avec Rabah Saâdane au niveau de l'équipe nationale. Les gens ont tendance à oublier que Charef a grandement contribué dans la réussite des Verts lors de la CAN 2004 en Tunisie.
Il est vrai que dans ce milieu, seuls les plus médiatisés bénéficient d'une grande aura, n'empêche le mérite de cet entraîneur est incontestable. Charef ne sait peut-être pas communiquer, il préfère se donner entièrement à son métier, mais il le fait bien.
Son parcours, ces deux dernières saisons avec l'USMH, le prouve bien. Voilà un club des plus modestes qui a volé la vedette aux grosses cylindrées de l'élite. Grâce à qui ? Tout le monde est unanime à reconnaitre l'énorme contribution du coach qui a pu former, avec des joueurs recrutés des petites divisions, une équipe performante qui a non seulement tenu la dragée haute aux équipes huppées, mais qui pratique aussi un football de haute facture, séduisant et efficace.
Si la saison écoulée son équipe a pu bénéficier de l'effet de surprise, il n'en est rien cette année. Si l'USMH est en finale aujourd'hui, ce n'est guère le fait du hasard, le mérite revient en premier lieu à ce technicien hors pair, l'un des meilleurs du pays, si ce n'est le meilleur. En tout cas, Boualem Charef a prouvé une fois de plus que seul le travail paye, Sétif et ses «stars» l'ont appris à ses dépens. S'il remporte la coupe, ça ne serait que justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.