Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur régional démissionne, la LADDH «tire» sur la mafia de l'emploi
Affaire des chômeurs de Hassi Messaoud
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 06 - 2011

Face à la protestation menée depuis quelques jours par les jeunes chômeurs de Ouargla, le directeur régional de l'emploi, Abdelwaheb B., a décidé hier de démissionner. «Il ne peut plus supporter les pressions et les injonctions venant d'en haut», a confié une source locale.
L'information nous a été communiquée par un militant de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LAADH), Madani El Madani, qui défend la cause des jeunes chômeurs grévistes. Le directeur de l'emploi,
en poste depuis 2004 selon notre source, n'a pas pu faire face à «la situation». Selon notre source, il avait pris l'engagement de régler le problème du recrutement pour les demandeurs de la wilaya, notamment ceux ayant déjà fait l'inscription depuis des mois.
«Mais il s'est rendu compte que la gestion de l'emploi lui échappe totalement en raison des injonctions de hauts responsables et des interventions de l'extérieur qui imposaient des personnes non inscrites à l'agence de l'emploi locale et venant de différentes wilayas du pays»,
a tenu à préciser notre source, soulignant que «la lettre de démission du directeur de l'emploi sera cette fois-ci acceptée, car il avait déjà exprimé à maintes reprises son souhait de quitter le poste de directeur régional vu les pressions qu'il a eu à subir durant son exercice».
Selon la même source, «le wali de Ouargla n'a pas réglé le problème de l'accès à l'emploi pour les jeunes de la région. Il existe une véritable mafia qui accapare des postes clés et impose son diktat». Pour les chômeurs de Hassi Messaoud qui en sont à leur deuxième semaine de grève de la faim,
le départ du directeur régional de l'emploi est «la preuve irréfutable du malaise régnant dans la région et de la gestion catastrophique de la politique de l'emploi dans cette région pourtant riche et considérée comme l'une des plus importantes bases économiques du pays». Hier, des dizaines de chômeurs ont tenu un sit-in devant le siège de l'agence régionale de l'emploi pour dénoncer le «favoritisme» et «l'exclusion des jeunes du Sud».
Le siège de l'agence a été encerclé par les policiers, selon un chômeur contacté par nos soins, ajoutant qu'un commissaire est venu rencontrer les protestataires pour leur annoncer le départ du directeur de l'emploi. Cependant, le renforcement du dispositif sécuritaire n'a pas dissuadé les protestataires qui ont tenu leur sit-in pour dénoncer la gestion des autorités locales.
«Nous sommes déçus par le silence observé par les responsables locaux. Malgré les risques encourus par les grévistes de la faim qui sont à leur deuxième semaine de contestation, aucun responsable de la wilaya n'est venu rassurer et exprimer son soutien.
Ils nous ont carrément oubliés, car nous sommes loin des regards. Les populations vivent dans des conditions lamentables, alors que les ressources du pays sont assurées par les régions du sud du pays. Où est notre part du développement ? Nous sommes des milliers de jeunes à souffrir depuis de longues années du chômage.
C'est un mépris et une manière de nous exclure. L'emploi ne manque pas, mais il profite à d'autres personnes qui ne sont pas forcément dans le besoin extrême. Les responsables des entreprises et des agences de l'emploi font des affaires sur le dos des citoyens de Ouargla.
C'est inadmissible et nous n'allons pas nous taire. Nous continuerons notre grève de la faim jusqu'à la mort pour démontrer notre colère et indignation. On militera pour notre droit au travail au même titre que tous les Algériens», a tenu à dire un des grévistes.
La situation risque de s'aggraver
La situation des chômeurs grévistes de la faim de Ouargla s'est aggravée ces derniers jours. Au moins 14 jeunes ont été hospitalisés en raison de la dégradation de leur état de santé. Des émeutes ont également éclaté depuis mercredi dernier. Des jeunes ont incendié un commissariat et bloqué des axes routiers, notamment à la cité Said Otba et au quartier Gharbouz.
Un jeune chômeur s'est donné la mort jeudi dernier à cause de sa situation sociale. Il a été licencié par une multinationale.
Ne supportant plus son «statut», il est devenu dépressif. Le cas de ce jeune de la cité Said Otba a ravivé les tensions surtout dans cette région qui compte aujourd'hui plus de 10 000 jeunes désœuvrés. Des spécialistes redoutent l'amplification de ces mouvements qui pourraient gagner les localités du sud du pays, estimant qu'elles sont marginalisées par l'administration centrale.
D'ailleurs, des tracts ont été diffusés par des personnes qui appellent à l'autonomie des régions du Sud afin
de profiter réellement de leurs richesses fossiles. Pour les initiateurs de ces idées, l'administration centrale n'a pas joué le jeu et n'a pas respecté le programme de développement destiné aux wilayas du Sud.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.