Louisa    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Immobile égale le record de Higuain    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Lancement aujourd'hui du «Mois du patrimoine immatériel» dédié au costume traditionnel    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    L'ADE et la Seaal s'expliquent    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Les exploitants demandent le renouvellement de leurs contrats    Le gouvernement prend les devants    8 décès et 515 nouveaux cas en 24 heures    13 vols programmés pour ce mois d'août    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le salut est ailleurs que dans la révision de la Constitution"    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    Aïd el Adha : Plus de 10.000 commerçants non mobilisés ont assuré l'approvisionnement des citoyens    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Nucléarisation rampante    CHEQUES ET LIQUIDITES    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur public rémunère mieux que le privé
Une enquête de l'ONS sur les grilles salariales l'atteste
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 05 - 2013

Une enquête de l'Office national des statistiques (ONS) atteste que «les entreprises du secteur public affichent des rémunérations moyennes plus élevées que le secteur privé, avec un salaire net moyen mensuel de 41 200 DA, contre 23 900 DA, soit un écart de 17 000 DA». Le directeur technique chargé des statistiques sociales et des revenus à l'ONS, Youcef Bazizi, a expliqué à l'APS que «cette disparité des salaires est due en partie à l'existence de certaines entreprises publiques de renom qui ont un système de rémunération avantageux».
Il s'agit notamment des industries extractives (secteur des hydrocarbures et services pétroliers), de transports de communications et les activités financières. Selon cette étude, la disparité des salaires entre les différentes activités reste relativement forte. Le salaire net moyen global pour l'ensemble du personnel dans les industries extractives et l'activité financière atteint respectivement
75 300 DA et 43 200 DA, alors que dans le secteur «des services collectifs sociaux personnels» et dans l'activité «immobilière et services fournis aux entreprises», il est relativement bas avec respectivement 27 700 DA et 27 400 DA. De même, la disparité salariale serait apparente en fonction de ces qualifications.
Ainsi, un cadre dans le secteur public perçoit un salaire net moyen de 62 900 DA contre 44 500DA pour le personnel d'exécution, soit 70% seulement du salaire net moyen global. Cette disparité salariale est plus prononcée pour les secteurs de la restauration, l'hôtellerie et la construction. Un cadre gagne en moyenne 1,7 fois (48 800 DA) le salaire net moyen dans ces secteurs contre 0,8 fois (22 900 DA) seulement pour le personnel d'exécution de chacune des activités.
Finances-santé, 2 secteurs lucratifs dans le privé
Pour l'ensemble des salariés du secteur privé, le salaire net moyen est évalué à environ 23 900 DA. Les cadres percevraient une rémunération de 47 900 DA environ, les agents de maîtrise 26 600 DA et les agents d'exécution 19 400 DA.
Les filières les plus lucratives dans le privé seraient les secteurs de la santé et de la finance où les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont respectivement de 31 900 DA et 53 300 DA soit 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national. Par contre, les personnels des industries extractives (mines et carrières) et construction sont les moins payés, avec respectivement des salaires de 19 800 DA et 21 500 DA, soit 83% et 90% seulement du salaire net moyen global dans le secteur privé.
Selon cette enquête, cet écart de salaires entre le personnel des industries extractives, ceux de la construction et les autres filières s'explique par «l'emploi d'un personnel d'exécution peu qualifié, ce qui a tiré vers le bas la moyenne nationale des salaires dans le secteur privé (29 400 DA)». «Le secteur privé est caractérisé par une majorité de PME et une très forte proportion de personnel d'exécution qui est peu qualifié ou sans qualification», ajoute M. Bazizi
Les agents d'exécution, la catégorie la plus lésée dans le privé
Il est à relever que l'évolution de 9,1% des salaires en 2011 contre 7,4% en 2010 a contribué à la hausse du salaire moyen de toutes les catégories sans toutefois augmenter le pouvoir d'achat des agents d'exécution du secteur privé dont la rémunération reste inférieurs à 20 000 DA.
Dans l'ensemble, l'enquête de l'ONS relève que les salaires moyens, par qualification, sont relativement plus dispersés dans le privé. Cette disparité salariale par rapport à la qualification est plus évidente dans certains secteurs. L'ONS relève que le salaire net moyen mensuel des cadres dans les activités «construction» et «immobilier et services aux entreprises» est respectivement de 42 800 DA et 65 400 DA, soit 2 fois et 2,9 fois le salaire moyen du personnel d'exécution dans ces mêmes secteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.