Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Privilégier le dialogue dans la crise malienne (participants)
Sahel
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 06 - 2013

Les participants à la conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, ouverte dimanche à Alger, ont été unanimes à privilégier le dialogue dans la crise malienne dans leurs déclarations à l'APS en marge des travaux.
"Toutes les solutions jusque-là mises en œuvre n'ont pas eu les effets escomptés et le dialogue reste la seule voie pacifique à tous les enfants du Mali pour stabiliser réellement le pays", a relevé le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko.
Une position partagée par le président du Conseil régional de Kidal, Homeny B. Maiga, qui a noté que "cette conférence d'Alger montre bien qu'il est possible de discuter dans un cadre civil pour dégager des solutions pouvant apporter le bien être à toutes les populations locales du Mali".
C'est dans ce sens, d'ailleurs, que le conseiller personnel et spécial du président du parti du Rassemblement populaire du Mali (RPM), Cheick Omar Diarra, a soutenu que "ce qui ne passe pas par un dialogue entre toutes les composantes du peuple malien peut nuire aux efforts de stabilisation du Mali, aujourd'hui comme dans l'avenir".
D'où la remarque du Mauritanien Maroufa Diabera, avocat et ancien bâtonnier, pour qui "les crises et les conflits internes ne trouvent leur véritable aboutissement que par des rencontres, des discussions et un dialogue entre les parties concernées, avec l'objectif de rendre service à son pays".
Pour sa part, le président de la Croix rouge du Niger, Ali Bandiare, a estimé qu'"il ne faut pas trop compter sur les solutions extrêmes alors que dans le cas du Mali, les populations du pays sont en mesure de décider, après dialogue, de ce qu'il leur convient aujourd'hui étant donné que ce sont elles qui souffrent depuis des années".
La conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, qui va durer deux jours, accueille quelque 300 invités dont 123 représentants d'organisations de la société civile des pays du Sahel ainsi que des personnalités africaines.
Elle abordera des aspects spécifiques générés par la crise que vit le Mali : sauvegarde de l'unité du peuple malien et défense de l'intégrité territoriale du Mali, problème de la restauration des institutions constitutives de l'Etat malien, réconciliation nationale et cohésion sociale, assistance humanitaire aux réfugiés, reconstruction et co-développement dans les régions sinistrées.
Une rencontre qui sera également l'occasion de discuter des réalités du terrorisme transnational, du narco-trafic et de la criminalité organisée afin de proposer les voies et moyens de nature à assainir la région de ces fléaux criminels dévastateurs et de garantir aux populations la paix, la stabilité et la sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.