La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les stigmates d'une nuit infernale
ECHAUFFOUREES AU QUARTIER D'HUSSEIN DEY À ALGER
Publié dans L'Expression le 07 - 06 - 2011

Deux personnes ont été arrêtées et plus de 20 blessées.
«Faites attention mes enfants, les échauffourées peuvent reprendre», avertit une femme rencontrée à la rue des Frères Zioui du quartier d´El-Magharia (ex-Léveilley), dans la commune d´Hussein Dey (Alger). Il régnait, hier, un climat électrique sur les lieux. Le quartier se relevait péniblement d´une nuit d´affrontements entre émeutiers et éléments de la police. Bilan: deux personnes arrêtées et plus de 20 blessées parmi les manifestants et les policiers), selon des témoignages recueillis sur place.
Les habitants affichaient grise mine. Une inquiétude profonde se lisait sur les visages. Dans les places publiques, dans les cafés, à l´intérieur des commerces, tous racontaient, chacun à sa façon, ce qu´ils ont vécu durant la nuit de dimanche à lundi. Retour sur les événements. La journée du samedi tire à sa fin, Alger s´apprête à accueillir la nuit sous la pluie. Seulement, la nuit s´annonce particulièrement agitée. Les prémices de cette agitation sont visibles aux alentours de la cour d´Alger, sise à Ruisseau où se tient ce procès d´une quarantaine de personnes arrêtées, le 20 mai dernier, suite aux affrontements ayant opposé les supporters du NA Hussein Dey à ceux du RC Kouba.
Le verdict vient de tomber. Les condamnations se répandent comme une traînée de poudre. Les familles et proches des condamnés crient à l´injustice. L´émeute est imminente.
La première étincelle a lieu au quartier Amirouche d´Hussein Dey. Elle déclenchera en quelques heures, les feux de la colère au quartier d´El-Magharia.
Les raisons d´une émeute
«Mon frère F. Bouhenni a été condamné à deux ans de prison ferme, sans qu´il n´y ait de preuves sur sa participation aux malheureux événements du 20 mai», fulmine un jeune, rencontré au quartier des Frères Zioui. F. Bouhenni, 33 ans, est père de 2 enfants. Gérant d´un commerce, il est président du collectif Ultra day Boys du NAHD. Ce collectif a pour mission de sensibiliser les supporters sur les vertus du fair-play. «Il était venu se réfugier à la Maison de la presse de Kouba (Abdelkader Safir). La police l´a surpris sur les lieux. Il a été emmené manu-militari», raconte son frère. F. Bouhenni est condamné, en compagnie de 37 supporters du NAHD. «Seulement quatre d´entre eux ont bénéficié d´une liberté provisoire pour pouvoir passer les épreuves du baccalauréat», témoigne le jeune Farid. Dans ses yeux se lit une colère contenue.
Il a vu de ses propres yeux un vieil homme de 70 ans se faire tabasser par la police. «Ils l´ont roué de coups et l´ont laissé sur place. Heureusement qu´il était devant chez lui. On l´a fait rentrer», déplore-t-il.
Farid en a gros sur le coeur. Il cherche après un jeune blessé. Il le trouve et l´appelle. Ce dernier a l´oreille gauche complètement déformée par une grosse pierre. «C´est la police qui m´a fait ça», ce contente de dire ce dernier.
Un autre habitant des lieux a la voix nouée. Laissons-le raconter...«J´ai participé aux affrontements parce que j´ai entendu les policiers user d´un langage indécent», révèle-t-il. Cet homme a une fonction qui lui permet de fréquenter les hautes sphères du gouvernement. Il était chez lui, en compagnie de sa femme et de ses enfants.
«Quand j´ai entendu les policiers proférer des obscénités, je suis sorti au balcon et les ai invités à éviter ce comportement», explique-t-il.
Sa tentative a été vaine. Les policiers continuaient à «insulter les habitants. Ils tiraient en direction des maisons avec des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc». Les échauffourées ont atteint leur paroxysme au quartier Sila. Les minutes passaient au gré des échanges violents entre les émeutiers et les policiers.
«Les affrontements se sont poursuivis jusqu´à 2h du matin», soutient Farid.
La commune d´Hussein Dey est sur un brasier. Les habitants attendent le 19 juin prochain, jour du déroulement du procès en appel.
En attendant, ils sont sur le qui-vive. Les émeutes risquent de reprendre d´un moment à l´autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.