Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aberkane avertit les importateurs
MEDICAMENTS GENERIQUES
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2003

En perspective, une baisse de la facture nationale du médicament d'au moins 25 à 30 %.
Au cours de l'année passée le ministre de la Santé a dû mettre fin à l'activité de pas moins de soixante importateurs. Le motif : leur incapacité à répondre aux exigences de la production nationale en matière de médicaments génériques. Le 30 septembre prochain pas moins d'une dizaine d'importateurs va devoir baisser rideau.
Elles seront dix entreprises d'importation qui verront leur agrément retiré pour n'avoir pas investi dans le générique. Aussi, à la veille du dépôt des programmes prévisionnels d'importation des produits pharmaceutiques à usage de la médecine humaine pour l'année 2004, le ministre porte à la connaissance des opérateurs des nouvelles dispositions prises à l'égard du médicament générique.
Aussi, à travers une circulaire portant le n° 005 et datée du 7 septembre 2003 où nous pouvons lire: «Sont enregistrés pour l'importation les médicaments dits «princeps» ou de «marque» lorsqu'il n'existe pas de médicaments génériques déjà enregistrés. Et lorsque le surcoût en médicament dit «princeps» ou de «marque» n'excède pas 25% du tarif de référence publié au Journal officiel pour la dénomination commune internationale correspondante. «Ce qui d'après cette circulaire, amènera les importateurs à s'accorder avec les producteurs nationaux, lesquels, se sont engagés à satisfaire le marché national en médicaments de production locale.
Les médicaments qui sont fabriqués localement ne seront plus importés lorsque la production nationale satisfait aux besoins du marché local.
A ce propos, une liste des produits locaux permettant la satisfaction du marché national sera mise à la disposition des producteurs et importateurs.
En fait, en annonçant de telles mesures, le ministre de la Santé ne veut pas moins que généraliser, à moindre coût, la consommation du générique. Car si les intervenants sont nombreux dans la commercialisation de ce dernier, les prix auxquels il est proposé sont différents, pour une même molécule. Désormais, et en s'appuyant sur l'arrêté interministériel de 2001, il s'agit de généraliser le générique et de lister les médicaments remboursables ainsi que leur tarif par rapport au prix le plus bas du marché au moment de l'officialisation des tarifs de référence. Finalement ce sont les organismes de remboursement et de sécurité sociale qui en bénéficieront telle la Cnas qui va devoir à ce titre rembourser au prix le plus bas.
Dans les mois à venir ne se maintiendront donc sur le marché que les opérateurs qui auront réussi à réaliser une baisse en coût et en prix.
Ces prévisions semblent dans tous les cas, profiter à la production nationale du moment que l'incitation à la production locale est là à travers, notamment l'exonération d'impôts par rapport aux intrants tout comme l'encouragement à l'attention des investisseurs, auxquels est consentie une batterie de mesures stimulantes comme l'assistance et la facilité des services du ministère de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière.
Ces assistances et facilités concernent la priorité à l'enregistrement, l'accélération des délais d'enregistrement et de validation des procédés de fabrication.
En conclusion, les autorités sanitaires semblent décidées, à la veille des programmes d'importation à faire respecter la liste des médicaments à importer et à faire suivre les mesures qui vont avec.
L'on apprend d'ores et déjà que ne seront remboursés que les médicaments génériques et que les princeps ne le seront que s'ils n'ont pas sur le marché national leur produit équivalent.
Quel sera le comportement des importateurs?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.