PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le modéré Rohani en tête du scrutin
PRESIDENTIELLE EN IRAN
Publié dans L'Expression le 16 - 06 - 2013

Le modéré Hassan Rohani est en passe de créer la surprise face à un contingent de conservateurs loin derrière lui dans les premiers résultats hier
Une éventuelle victoire du candidat soutenu par les camps modéré et réformateur ne marquera toutefois pas une rupture dans la politique de la République islamique.
Le modéré Hassan Rohani arrivait hier largement en tête du premier tour de l'élection présidentielle en Iran, avec près de 51% des voix et une large avance sur ses adversaires conservateurs, selon des résultats partiels reposant sur 76% des bureaux de vote. Une éventuelle victoire du candidat soutenu par les camps modéré et réformateur ne marquera toutefois pas une rupture dans la politique de la République islamique, les dossiers stratégiques comme le nucléaire ou les relations internationales étant sous l'autorité directe du guide suprême Ali Khamenei. Cette élection intervient sur fond de grave crise économique due aux sanctions internationales imposées à l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé et quatre ans après la victoire contestée dans la rue du conservateur Mahmoud Ahmadinejad. D'après le décompte partiel (76% des bureaux de vote), M.Rohani, 64 ans, a obtenu 14,2 millions de voix, soit 50,8%, après le dépouillement de
«27,6 millions de bulletins», selon un décompte à 17H00 (12H30 GMT) annoncé par le ministère de l'Intérieur. Il devance largement trois conservateurs: le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (15,6%), l'ex-chef des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, Mohsen Rezaï (11,3%) et l'actuel chef des négociateurs nucléaires, Saïd Jalili (11,4%). Les deux autres candidats, l'ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati et Mohammed Gharazi, arrivent plus loin derrière. Les résultats complets sont attendus en soirée. Un deuxième tour est prévu le 21 juin si le candidat en tête n'obtenait pas plus de 50% des voix. Le ministère n'a donné aucun chiffre de participation au scrutin, mais il devrait dépasser les 70% en raison de la forte mobilisation des Iraniens dont plus de 50,5 millions étaient appelés aux urnes, selon des responsables. En 2009, ce taux était de 85%. «Le peuple a créé l'épopée», lance Jame Jam en saluant un vote massif. Les opérations de vote ont été prolongées de plusieurs heures en raison de l'affluence. Aucune irrégularité n'a été constatée, a précisé le Conseil des gardiens de la Constitution, mais le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Iran, Ahmed Shaheed, a estimé avant le scrutin que le climat politique dans le pays ne permettait pas de qualifier de «libre et équitable» la présidentielle. Proche de l'ex-président modéré Akbar Hachémi-Rafsandjani,M.Rohani a bénéficié du désistement du candidat réformateur Mohammed Reza Aref et de l'appui du chef des réformateurs Mohammad Khatami. Tout en étant le représentant de l'ayatollah Khamenei au Conseil suprême de la sécurité nationale, il prône plus de souplesse dans le dialogue avec l'Occident, un dialogue qu'il avait dirigé entre 2003 et 2005 sous la présidence Khatami. Durant la campagne, il a évoqué de possibles discussions directes avec les Etats-Unis, ennemi historique de l'Iran. Saïd Jalili, membre de l'aile dure du régime, ou M.Ghalibaf refusent, eux, toute «concession».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.