Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Le procès de Hamel reporté    Les grévistes suspendus    Le DG aurait été expulsé par les autorités algériennes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Berraf dénonce un 'montage'    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Un an d'assiduité au hirak    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M.Bouteflika prochainement en Kabylie
PRESIDENTIELLE 2004
Publié dans L'Expression le 16 - 03 - 2004

Le président-candidat se rendra dans les localités de Kabylie au cours de sa campagne électorale.
Invité de l'émission Eclairage sur les ondes de la Chaîne III, M.Sellal, directeur de campagne du président-candidat, M.Abdelaziz Bouteflika, a tout de go indiqué que «M.Bouteflika est un candidat qui ne laisse pas les gens indifférents. Il a permis, au cours de son mandat présidentiel d'abattre les tabous et il continuera à assumer ses responsabilités présidentielles jusqu'à la proclamation des résultats définitifs du scrutin».
Ainsi, les conditions dans lesquelles se déroulera la prochaine élection ont été soulevées par les journalistes présents à l'émission. Le directeur de campagne juge qu'une «évolution qualitative est à mettre au profit des organisateurs qui ont offert tous les moyens matériels. La fraude appréhendée par certains candidats ne peut constituer une entrave, car un ensemble de lois et d'instructions ont été décrétées. Elles sont claires et explicites et offrent aux autres partis tous les moyens de contrôle du scrutin, une utilisation égalitaire des médias. Il n'y aura ni accaparement ni hégémonie sur les moyens de communication écrits et parlés. La chaîne de TV restera ouverte à tous les candidats.» Interrogé sur les jugements des citoyens - parfois trop durs à l'égard de M.Bouteflika - tels que «il aime le pouvoir», «il représente un groupe d'intérêts», «il veut avoir tous les pouvoirs»... M.Sellal dira que «les avis sont partagés. Il faut reconnaître qu'il existe actuellement un pluralisme d'opinions. Pendant des années, j'ai travaillé avec M.Bouteflika et tout le monde vous dira qu'on n'a jamais ressenti ce culte de la personnalité.» En effet, le retour de la paix «a été la première étape qu'a assumé l'actuel président-candidat». Celle-ci est l'une des conditions sine qua non pour permettre une relance économique et entamer les réformes.
En 1999, M.Bouteflika a assumée et a mis «en oeuvre la réconciliation nationale qui a permis de mettre un terme à tous les extrémismes sous toutes ses formes. Cette première tâche accomplie, il fallait oeuvrer à faire entrer l'Algérie dans la modernité sans pour autant baisser les bras contre le terrorisme.», dira M.Sellal. Ainsi, on assiste aujourd'hui, à un processus démocratique qui s'installe dans une société qui avance et surtout dans une opposition vivace «qui n'est en fait, qu'un canal d'expression pacifique», tout cela, «sous-tendu par des revendications légitimes», ajoutera M.Sellal.
Concernant les manifestations brutales et douloureuses enregistrées, ces derniers mois, sur l'ensemble du territoire national (Ouargla, Touggourt, Alger...), le directeur de campagne du président-candidat dira que «M.Bouteflika, président de tous les Algériens a été touché en son for intérieur». Ainsi, les événements de Kabylie trouveront leurs solutions. «Les canaux pour débattre de cette question sont toujours ouverts. M.Bouteflika ira en Kabylie durant cette campagne. L'essentiel est de régler pacifiquement cette question. On fera tout pour que cette région participe à l'élection et qu'elle s'intègre dans le processus des réformes engagées.», affirme M.Sellal.
Le volet réformes économiques a été soulevé par M.Sellal.
A la question, pourquoi le bilan de l'actuel président de la République n'a pas été soumis à un débat contradictoire, le directeur de campagne affirmera que «les chiffres de croissance et le nombre de réalisations sont là pour faire comprendre et apprécier la justesse de l'action politico-économique choisie. C'est grâce à une gestion économique stabilisée, à des investissements soutenus (46 milliards de dollars d'investissements pour les deux secteurs privé et public, 26.000 entreprises sont impliquées dans la relance, 16.000 chantiers ont été ouverts, 22 % des recettes ont été affectées au domaine social), que la relance a pu être entamée. C'est aussi, grâce à cette relance qu'on a pu créer 1.228.000 emplois permanents. Tous ces chiffres démontrent que les efforts soutenus sont à l'actif de l'actuel président.» Il est évident cependant, que d'autres chantiers ont été touchés par les réformes.
La démarche suivie par M.Bouteflika, depuis son investiture en 1999 «reste pragmatique», rappellera
M.Sellal. «La paix dans le pays, suivie par l'action de remettre notre nation dans le concert mondial, réformer la justice, l'école et enfin, refonte de l'administration publique ont été autant de priorités durant ces cinq dernières années», indiquera le directeur de campagne.
Ainsi, l'actuel président-candidat a montré par son action multidimensionnelle «un acompte au peuple algérien. Sa vision, son intelligence et enfin sa volonté ont permis d'arriver à réaliser les objectifs tracés. Sa candidature pour un deuxième mandat n'est en fait que la résultante de mener à terme son programme. Les réformes instituées ne sont qu'un processus à long et moyen termes. On ne peut passer d'un système à un autre et ce, du jour au lendemain.», conclura M.Sellal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.