Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le RCD cherche un large consensus
EN PREVISION DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2013

Pour le RCD, la priorité de l'heure est de mobiliser tous les segments de la société pour arracher les conditions d'une élection libre et transparente.
Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a appelé, hier, à un large rassemblement de tous les segments de la société dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. «Si on veut faire de l'élection présidentielle d'avril 2014 une solution politique au désastre algérien, un rassemblement le plus large possible doit être organisé pour parvenir à un consensus républicain qui garantisse la paix civile et les libertés du citoyen», a-t-il indiqué à l'ouverture des travaux du conseil national du parti, tenu au Nadi El Moudjahid à Alger.
Pour le président du RCD, la priorité de l'heure est de mobiliser, pour rassembler tous les segments politiques et sociaux sans distinction de sensibilité, pour arracher les conditions d'une élection libre et transparente.
Mohcine Bellabbas a réitéré, dans ce contexte, la proposition de son parti, de dessaisir le ministère de l'Intérieur de la gestion des élections et de la confier à une structure autonome. Il estime aussi qu'il faut impliquer la société civile dans l'observation du scrutin.
«Faute de ce minimum, il est vain de croire à une quelconque démarche politique permettant de sauver le pays de la déchéance programmée où il s'enfonce chaque jour un peu plus et d'un chaos inévitable», lance l'orateur, plaidant aussi pour l'éradication de la fraude électorale. Il explique que la fraude électorale «pervertit l'expression citoyenne, pollue le climat politique qui dérape dans la surenchère et la confusion, discrédite et déstabilise durablement les institutions de l'Etat républicain».
Pour le RCD qui n'a pas annoncé sa participation ou le boycott de l'élection, il s'agit «d'arracher et d'imposer des garanties pour le respect du choix citoyen et de pousser les candidats à solliciter sa caution et non pas quémander un adoubement ou un soutien en tant que produits du système». «Plus que jamais, nous devons travailler à ce que le débat politique s'organise autour des parcours, des positions et propositions des candidats ainsi que sur le bilan des responsables sortants», a ajouté le président du RCD. Celui-ci estime que le dernier remaniement ministériel, opéré le 11 septembre courant, consacre l'institutionnalisation de la médiocrité, confirmant qu'il est vain d'attendre qu'une solution vienne de l'intérieur d'un régime «liberticide».
Selon Mohcine Belabbas, les différentes parties du système politique sont d'accord contre l'indépendance de la justice, la transparence, la liberté, la presse, le citoyen. Elles sont, a-t-il ajouté, «d'accord pour l'opacité, les fraudes, l'arbitraire et la censure». Pour ce dernier, l'Algérie traverse une des périodes les plus difficiles de son histoire. «Déjà menacée depuis longtemps par un enseignement régressif, des médias publics manipulateurs de l'opinion, une justice pervertie et soumise, une vie publique étouffée et, enfin, un projet socio-économique improductif et servant de cagnotte à un système prédateur, l'Algérie, Etat, nation et société, est maintenant en péril», estime-t-il. Pour sortir de cette crise structurelle, en plus de l'organisation d'une présidentielle libre et transparente, le RCD plaide pour la réforme de la justice, la refonte du système éducatif et une régionalisation modulable. Dans le cadre de ce modèle, ce parti estime qu'il est temps d'asseoir une décentralisation fiscale, condition nécessaire à une démocratie de proximité.
«Cela permettra de créer un lien d'affectation entre les impôts payés et les dépenses publiques effectuées au niveau local pour permettre une redistribution et un contrôle immédiats et efficients de la gestion des deniers publics», explique M. Belabbas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.