Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    El-Bayadh : Deux dealers arrêtés près d'un établissement scolaire    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    L'impératif d'une majorité présidentielle    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Ronaldo adoube Mbappé !    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ANP installe des miradors et du fil barbelé
POUR CONTENIR LA MENACE TERRORISTE AUX FRONTIÈRES
Publié dans L'Expression le 17 - 11 - 2013


L'Algérie sécurise ses frontières
Face aux risques d'une recrudescence terroriste, l'Algérie se devait de prendre d'autres mesures de précaution plus sophistiquées.
Dans un contexte sécuritaire tendu, notamment aux frontières, lequel a été imposé par la conjoncture qui prévaut au niveau des pays voisins, Mali, Libye et Tunisie, l'Algérie intervient par une stratégie de prévention pour contrecarrer la menace omniprésente. Elle ne se contente plus d'un plan militaire classique pour préserver la sécurité de son territoire, mais mise sur la performance humaine, son expérience incontestable, d'ailleurs reconnue et sur les moyens technologiques modernes.
L'Algérie face aux risques d'une recrudescence terroriste se devait aussi de prendre d'autres mesures de précaution en érigeant des guérites dotées de moyens sophistiqués, des miradors, tout en déployant du fil barbelé le long du tracé frontalier avec le Mali et la Libye. Deux pays qui vivent dans des crises ardues dont le redressement est loin de paraître à l'horizon. Si au Mali le gouvernement fait face à des groupes terroristes définis, la Libye est en pleine guerre civile. Les victimes se comptent par dizaines au moment où certaines tribus se livrent à des règlements de comptes.
Le gouvernement en place avoue son impuissance et le risque d'une intervention militaire étrangère est presque évident selon la lecture de la situation. C'est une question de temps, estiment des sources bien imprégnées du dossier, surtout que les milices armées qui activent en Libye s'accordent le droit de contrôler les bases pétrolières, un acte qui menace les intérêts des Occidentaux qui ne manqueront pas de réagir en conséquence. Cette éventualité a été prise en considération par l'Algérie qui prévoit déjà des mesures à ses frontières. Les unités opérationnelles de l'ANP et des GGF sont déjà averties, des patrouilles fixes et mobiles appuyées par les forces aériennes sont en exercice continu, mais pas seulement, l'ANP a mobilisé ses unités de méharistes. Des forces terrestres appelées à assurer la protection des frontières. Dotées de chameaux et d'armes nécessaires, ces unités sont capables d'intervenir en fonction des conditions climatiques et géographiques de la région. Elles sont en parfaite connaissance du terrain qui s'étale sur au moins 9000 km. Ces forces ont pour mission comme nous l'avons déjà rapporté dans l'une de nos précédentes éditions, la lutte contre le terrorisme, tout genre de trafic, le contrôle et la reconnaissance, d'abord dans le but de décourager les groupes terroristes à s'aventurer sur le territoire par des tentatives d'infiltration, limiter la prolifération des armes et convaincre les autres pays à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la sécurité des frontières. Cela pour revenir à l'option d'une intervention militaire étrangère en Libye qui a déjà été posée et la crainte a été exprimée par le Premier ministre libyen tout récemment, vu l'évolution dramatique de la situation dans ce pays. L'Algérie n'attendra pas jusque-là pour prévoir les mesures adéquates, elle est déjà engagée dans une course contre la montre dans le cas où aucune solution au préalable ne vient freiner les ardeurs des sous-traitants pour une seconde guerre juste aux frontières de l'Algérie. Si la Tunisie a été ralliée à l'option algérienne, le cas est loin pour la Libye et le Mali dont la situation actuelle ne profite qu'aux intérêts des puissances occidentales au risque même de revoir la France multiplier sa présence militaire au Mali. Dans cette atmosphère qui n'a pas encore livré toutes ses tendances, l'Algérie maintient l'alerte maximale à ses frontières. L'Armée nationale populaire continue d'assurer comme il se doit la sécurité sur des milliers de km avec des moyens et des capacités colossaux en raison des troubles qui secouent ses pays voisins. Assumant entièrement la mission qui lui est dévolue, l'ANP ne compte avant tout que sur elle-même, indépendamment des échanges d'informations avec ces pays dans le cadre de la lutte antiterroriste. Dans ce même contexte, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, ne manquera jamais l'occasion pour rappeler que l'ANP a toujours pris les mesures nécessaires pour protéger les frontières nationales, en assurant qu' «il y a des hommes à la hauteur qui veillent à la sécurité des frontières nationales». Cela se fait sans ingérence. La sécurité des frontières demeure la préoccupation majeure des autorités algériennes qui maintiennent leur vigilance pour assurer aux citoyens la quiétude et la sérénité chèrement acquises. La mission de l'ANP qui veille au grain pour assurer une bonne couverture sécuritaire à ses frontières est certes difficile, compte tenu que la Tunisie, le Mali et la Libye font face à la horde sauvage, mais pas impossible. Cela sans omettre d'indiquer que le Niger et la Mauritanie sont considérés comme des bases-arrière pour les groupes criminels et terroristes. A l'Ouest, l'Algérie affronte au quotidien les narcoterroristes. Les défis sont multiples, les risques sont majeurs et la menace assiège tout le pays resté stable en dépit des tentatives de subversion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.