7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La symbolique perpétuée
CELEBRATION DU 20 AVRIL TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2004

Décidément, cette date fédère, rassemble et mobilise toujours en Kabylie.
En effet, des centaines de citoyens (4000 selon la police et 10.000 selon les organisateurs) ont marché, hier, à Tizi Ouzou, pour la célébration du double anniversaire du Printemps noir et du Printemps berbère. Au-delà de l'appel émanant des archs, c'est surtout la symbolique du 20 avril qui a rassemblé autant de manifestants. Les frictions politiques étaient mises de côté, le temps d'une journée hautement emblématique dans la région. C'est dire que même si les visions sont multiples, le combat est le même.
Ainsi, la Cadc, l'UDR, les antidialoguistes de Mechtras, le MCB, le MAK, la fondation Matoub-Lounès représentée par la soeur du rebelle, Malika, et le Ccdr, étaient tous unis autour des trois mots d'ordre empruntés au mouvement, à savoir l'officialisation de Tamazight sans référendum, la vérité sur l'assassinat de Hakim Allouache et la satisfaction pleine et entière de la plate-forme d'El-Kseur. Dans ce sens, même si les slogans étaient multiples, la finalité restait la même, c'est-à-dire l'aboutissement de la lutte séculaire de la région.
Le carrefour du 20-Avril était donc, hier, le point de chute de toutes les sensibilités politiques de la Kabylie, à deux exceptions près. La famille Allouache et les parents de martyrs formaient le premier carré de la marche qui s'est ébranlée vers 11h, à la hauteur du portail est de l'université Hasnaoua. Les portraits des martyrs du Printemps noir et l'effigie de Matoub Lounès étaient visibles partout. Les slogans habituels («Pouvoir assassin, Ulac s'mah ulac, tamazight dhi lakul»...) étaient ressassés à tue-tête. Les plus radicaux s'en prirent violemment à Sadi et au RCD. Toutefois, arrivés à la place de la vieille mairie, un fâcheux incident allait se produire. Ainsi, le MAK était sommé de ranger sa banderole et de faire taire ses slogans. Devant cet état de fait, Ahmed Aït Bachir, le bras droit de Ferhat Mehenni, a demandé à ses militants de se retirer de la marche. La marche reprit et emprunta son itinéraire classique, c'est-à-dire l'avenue Abane-Ramdane, la rue Moh-Saïd Ouzeffoun, l'avenue Houari-Boumediene, pour arriver à la wilaya. Pour rappel, ces deux dernières années, le point d'arrivée de la manifestation était la maison d'arrêt de Tizi Ouzou. Arrivés devant le portail de la cité administrative, les manifestants improvisèrent un rassemblement.
Mouloud Chebheb, délégué d'Aït Aïssi (Beni Douala), prit la parole pour appeler les forces politiques de la région à l'union pour faire front contre le pouvoir. Après cette allocution de circonstance les marcheurs ont observé une minute de silence avant de se disperser dans le calme.
Ainsi, contrairement aux années 2001, 2002 et 2003, où l'anniversaire du Printemps berbère était célébré sur fond de violence, cette année, la sérénité et l'ambiance quasi festive d'antan ont repris le dessus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.