Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La classe politique se réveille
APRÈS LA CONVOCATION DU CORPS ELECTORAL
Publié dans L'Expression le 19 - 01 - 2014


L'élection présidentielle est lancée
Dès l'annonce de la convocation du corps électoral ce vendredi, la scène politique qui était jusque-là inerte et endormie, s'est subitement réveillée ce samedi puisque plusieurs partis se sont réunis et d'autres ont déjà programmé des activités et des rencontres pour cette semaine.
Le premier à régir électroniquement a été le candidat libre, Rachid Nekkaz, qui a annoncé sur sa page Facebook, vendredi, son intention de se présenter aujourd'hui à 11h au siège du ministère de l'Intérieur, pour retirer les formulaires.
Le département du ministre Belaïz avait indiqué dans un communiqué vendredi que le retrait des formulaires de souscription de signatures individuelles pour les candidats à la candidature pour l'élection présidentielle du jeudi 17 avril se fera à partir de samedi au siège du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, conformément aux dispositions de la loi organique du 12 janvier 2012 régissant le régime électoral.
Alors, dès samedi, les partis ont commencé à afficher leur couleur ou à exprimer leurs véritables positions sur la présidentielle 2014. Entre les candidatures et les soutiens à un 4e mandat, les choses commencent à s'éclaircir.
L'une des figures habituelles de l'élection présidentielle, Louisa Hanoune, a donné une demi-réponse pour sa participation à la présidentielle 2014, en annonçant seulement la participation de sa formation politique à la présidentielle et que le nom du représentant sera connu vendredi prochain. Même s'il n'y a pas de doute sur sa participation, la pasionaria de la scène politique pourrait être comme d'habitude, la seule femme qui participera à cette échéance.
Dans le camp des soutiens au 4e mandat du Président Bouteflika, le FLN s'est, une nouvelle fois exprimé. S'exprimant en marge de la commémoration du 40e jour après le décès de l'historien Abou El-Kassem Saâdallah tenu au siège du parti à Alger, le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a une nouvelle fois occupé la scène politique pour manifester ouvertement son soutien pour un 4e mandat de Bouteflika.
Auparavant, le président de Tajamou Amal el Djazaïr (Taj), Amar Ghoul, a affirmé vendredi que sa formation politique ne s'opposait à aucun candidat à l'élection présidentielle du 17 avril prochain et qu'elle respectait tous les choix «loin de la culture d'invective et de discorde». Le Taj a même affirmé que si le Président Bouteflika se porte candidat à la prochaine élection présidentielle, il se dit prêt à animer la campagne électorale en sa faveur par fidélité et par reconnaissance aux acquis et réalisations qu'il a concrétisés.
Dans le même sillage et avec moins de franchise, le secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a affirmé hier, aussi, que son parti apportera son soutien au candidat à la présidentielle 2014 qui réunira nombre de conditions dont sa capacité de consacrer les réformes et de consolider la stabilité politique, économique, sociale et sécuritaire du pays. Nul doute que l'ANR, qui nous a habitués ces derniers temps à un positionnement droit optera pour le candidat du consensus.
Mais ce positionnement politique ne sera pas projeté dans la même direction puisque dans le camp des récalcitrants, on retrouve le Front des forces socialistes (FFS) qui, à travers son secrétaire national, Ahmed Betatache, a déclaré, hier, que la prochaine élection présidentielle sera «fermée» et que l'ouverture du champ politique ne saurait se faire en trois mois pour aboutir à un scrutin «pluraliste, libre et régulier».
Le FFS qui aurait tout misé sur Hamrouche, pourrait aller vers le boycott ou vers un candidat qui se rapproche de ses idées. Quoi qu'il en soit, le FFS de Hocine Aït Ahmed reste flou tout comme le RCD qui n'a aucun candidat à proposer et qui risque d'aller vers le boycott. Dans le camp des islamistes, seuls Menasra du Front du changement (FC) et Djahid Younsi du mouvement Islah, se sont exprimés, hier, dans les médias, ayant des doutes sur cette élection, sans pour autant annoncer leur candidature.
A l'heure actuelle aucune candidature du courant islamiste n'est ouvertement annoncée. Si cela est confirmé, ça sera la première fois depuis le début du processus électoral pluraliste en Algérie que la mouvance islamiste ne présente pas un candidat à une élection présidentielle. Dans les quartiers généraux des candidats indépendants, c'est l'effervescence. Chacun s'apprête à entamer une étape difficile, celle des récoltes des signatures. Cette étape ne sera pas un souci pour l'ex-candidat Ali Benflis qui annoncera probablement aujourd'hui sa candidature pour l'élection du 17 avril et qui bénéficie déjà du soutien d'une frange du FLN et de certaines personnalités qui lui sont restées fidèles depuis son aventure politique de 2004.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.