AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les citoyens pris en otage
GESTION DES DECHARGES PUBLIQUES
Publié dans L'Expression le 16 - 11 - 2014

Le problème des déchets publics. C'est un problème terrible qui concerne toutes les communes du pays
Face aux décharges publiques à ciel ouvert, l'hygiène publique revêt une importance primordiale.
La gestion des décharges publiques pose un véritable problème de santé publique. Le problème de la protection de l'environnement, interpelle les différents ministères, à commencer par ceux de l'Environnement, la Santé, l'Intérieur et les Collectivités locales, afin de prendre en main la préoccupation concernant la contamination de la population.
«Nous sommes en train de brûler la décharge en plein centre-ville, parce que, nous avons constaté l'arrivée d'insectes et mouches dangereuses, en plus des odeurs qui pénètrent nos foyers. Il faut bien faire quelque chose avant que ce ne soit trop tard», ont déploré, jeudi dernier de nombreux citoyens que nous avons rencontrés par le fait du hasard, en pleine opération de destruction des déchets publics qui sont déposés près de leurs domiciles à Akbou dans la wilaya de Béjaïa.
Depuis des années, les citoyens de la ville d'Akbou, Béni Maouche et autres dans la wilaya de Béjaïa, la commune d'Illoula, Azazga, à Tizi Ouzou, Blida, Alger, Chlef souffrent tous, à des degrés différents, de la problématique de la gestion des déchets ménagers entassés par dizaines et pour
d'autres par centaines de kilogrammes et autres décharges publiques, qui se répercutent négativement sur la santé publique. M. Boukhalfa, résidant à Blida, témoigne: «Nous avons un camion de nettoyage sur 10 seulement qui passe pour le nettoyage. Cette situation engendre de nombreux rats et mouches qui se profilent dans les quartiers de la ville», dira-t-il sans manquer de souligner la souffrance des citoyens qui ne cessent de réclamer un minimum d'hygiène et un sens des responsabilités. Dénonçant la décharge publique sauvage qui porte atteinte à la santé publique, Mouloud Salhi, membre actif dans la société civile, revient sur le problème des déchets publics. «C'est un problème terrible qui concerne toutes les communes du pays. Les APC ne prennent pas en charge ou ne tiennent pas à leurs engagements vis-à-vis des collectivités locales, d'où la prolifération des maladies» déplore-t-il.
Les élus locaux pointés du doigt A cause de la négligence de leurs préoccupations, les citoyens se retrouvent souvent dans des positions radicales, afin de dénoncer l'incompétence et la fuite en avant des autorités locales qui tournent le dos à la prise en charge de leurs préoccupations quotidiennes, une fois élus.
De plus, la construction des abattoirs incinérateurs qui éliminent les déchets et les produits avariés, à commencer par le poulet et autres que l'on jette dans la nature, se répercutent négativement sur l'environnement et la santé publique et des consommateurs en particulier qui ignorent les règles d'hygiène dans toute leur dimension.
Remettant en cause la qualité des produits d'importation, la directrice commerciale de l'entreprise, Genin médical, qui propose des solutions en termes de mise en place d'incinérateurs qui éliminent les risques, répond: «Nous sommes en mesure de répondre à toute demande pour n'importe quel incinérateur qui convient aux besoins de l'élimination des déchets ménagers. Mais, avant de passer à la production, il faut bien avoir des commandes dans ce sens», dira la responsable commerciale de Genin médical, spécialisée dans la fabrication de différents matériels médico-chirurgicaux et de combustion.
L'opposition des citoyens à céder leurs terrains pour les besoins d'utilité publique, est un autre problème qui a été posé avec acuité et qui empêche les pouvoirs publics d'aller de l'avant pour mettre un terme à la problématique des décharges publiques à l'échelle nationale.
Comme solution finale, les citoyens n'ont qu'à tirer des leçons en privilégiant la compétence des élus locaux au lieu de sombrer dans les discours trompeurs de ceux qui tournent le dos à leurs préoccupations, une fois élus au poste de maire pour les représenter et assumer leurs responsabilités au niveau local, déplorent plusieurs citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.