3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cnapest ne décolère pas
GRÈVE DES ENSEIGNANTS
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2014


Les élèves, victimes collatérales des grèves...
La grève du syndicat devra connaître des réponses concrètes après les vacances d'hiver, selon le coordinateur du Cnapest.
Enregistrant un taux de suivi évalué à 85%, le Syndicat de l'Education nationale Cnapest, promet de revenir à la charge après les vacances. Sollicité en tant qu'enseignant, afin de donner son avis et position par rapport à la dernière grève du Cnapest qui a été marquée les 8 et 9 décembre dernier, Mohamed F, 35 ans, enseignant universitaire dans un CEM du pays enfonce les grévistes. «Nous n'avons pas fait de grève pour plusieurs raisons. Car, ces grévistes ne sont pas des universitaires et ils ne cherchent que leurs intérêts personnels. Ils veulent avoir des promotions et des grades sur le dos des enseignants universitaires. D'un autre côté, ce sont eux qui bloquent nos promotions vers une catégorie supérieure», selon Mohamed qui se réjouit de son grade d'universitaire, «catégorie 13», les autres grévistes dans la catégorie 12, tout en oubliant son cursus scolaire qui a été assuré par un nombre important d'enseignants qui ne sont pas forcément des universitaires. Ceci dit, le spectre du complexe de l'esprit contradictoire persiste à tous les niveaux social et professionnel. Contacté par téléphone, Larbi Nouar, coordinateur du syndicat Cnapest revient sur le résultat des jours de grève. «Beaucoup d'enseignants n'ont pas suivi cette grève, parce qu'ils ne croient pas à une grève de deux jours. Mais, il faut savoir que même s'il y a eu un taux de 1% de la grève, ce sont toujours les élèves qui encaissent les conséquences du mouvement», dira-t-il. Répondant à la question de l'écho enregistré auprès de la tutelle qui a pris en charge les revendications des enseignants, M.Nouar souligne que «le premier trimestre tire à la fin. Il faut attendre au moins 45 jours, avant de revenir à la charge des préoccupations du syndicat Cnapest», avant d'ajouter que le Cnapest ne se contente pas de promesses, mais il attend du concret. S'agissant de la réaction de cet enseignant qui se dit universitaire et n'est pas concerné par la grève de ceux qui n'ont pas le diplôme universitaire, le coordinateur du Cnapest tire à boulets rouges sur ce dernier. «Cet enseignant manque de conscience professionnelle. C'est un enseignant indigne de l'Université algérienne. C'est le fruit d'un système qui casse la culture de la solidarité, afin d'affaiblir les travailleurs qui revendiquent leurs droits socio-professionnels», a-t-il déploré. Irrité par cet enseignant qui s'est dit non concerné par la grève de ses confrères, M.Nouar, n'hésite pas à dire que ce type d'enseignant qui doit être jeune, n'est autre que le fruit d'une politique en voie d'extinction. Allez comprendre les tenants et les aboutissants de ces contradictions qui dénotent les luttes intestines où chacun défend son intérêt personnel, mais très peu celui des enfants ou de l'Ecole algérienne qui souffre de multiples retards. De son côté, Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest qui vient de rentrer d'un Congrés international de l'éducation qui s'est tenu du 7 au 11 décembre en Jordanie, n'a ni confirmé ni infirmé les rumeurs qui circulent autour de l'entrée de ce syndicat dans un autre mouvement de grève afin de revenir à la charge des revendications. «Je viens de rentrer de la Jordanie ou j'ai participé à l'Organisation du syndicat arabe, affilié à l'international, je n'ai rien à dire au sujet de la grève du Snapest», a-t-il répondu avant de révéler que le conseil national du Snapest devra se réunir vers la fin du mois avant de prendre une décision pour revenir au mouvement de protestation publique ou pas. La grève des enseignants continue de faire couler de l'encre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.