Urgence au dialogue consensuel    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Djellab : "L'Algérie mise sur la coopération avec les pays de l'Afrique et du nord de la Méditerranée"    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Le combat des étudiants continue    Bensalah inaugure la 52e édition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Nouvelles déclarations de Gaïd Salah    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cnapest ne décolère pas
GRÈVE DES ENSEIGNANTS
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2014


Les élèves, victimes collatérales des grèves...
La grève du syndicat devra connaître des réponses concrètes après les vacances d'hiver, selon le coordinateur du Cnapest.
Enregistrant un taux de suivi évalué à 85%, le Syndicat de l'Education nationale Cnapest, promet de revenir à la charge après les vacances. Sollicité en tant qu'enseignant, afin de donner son avis et position par rapport à la dernière grève du Cnapest qui a été marquée les 8 et 9 décembre dernier, Mohamed F, 35 ans, enseignant universitaire dans un CEM du pays enfonce les grévistes. «Nous n'avons pas fait de grève pour plusieurs raisons. Car, ces grévistes ne sont pas des universitaires et ils ne cherchent que leurs intérêts personnels. Ils veulent avoir des promotions et des grades sur le dos des enseignants universitaires. D'un autre côté, ce sont eux qui bloquent nos promotions vers une catégorie supérieure», selon Mohamed qui se réjouit de son grade d'universitaire, «catégorie 13», les autres grévistes dans la catégorie 12, tout en oubliant son cursus scolaire qui a été assuré par un nombre important d'enseignants qui ne sont pas forcément des universitaires. Ceci dit, le spectre du complexe de l'esprit contradictoire persiste à tous les niveaux social et professionnel. Contacté par téléphone, Larbi Nouar, coordinateur du syndicat Cnapest revient sur le résultat des jours de grève. «Beaucoup d'enseignants n'ont pas suivi cette grève, parce qu'ils ne croient pas à une grève de deux jours. Mais, il faut savoir que même s'il y a eu un taux de 1% de la grève, ce sont toujours les élèves qui encaissent les conséquences du mouvement», dira-t-il. Répondant à la question de l'écho enregistré auprès de la tutelle qui a pris en charge les revendications des enseignants, M.Nouar souligne que «le premier trimestre tire à la fin. Il faut attendre au moins 45 jours, avant de revenir à la charge des préoccupations du syndicat Cnapest», avant d'ajouter que le Cnapest ne se contente pas de promesses, mais il attend du concret. S'agissant de la réaction de cet enseignant qui se dit universitaire et n'est pas concerné par la grève de ceux qui n'ont pas le diplôme universitaire, le coordinateur du Cnapest tire à boulets rouges sur ce dernier. «Cet enseignant manque de conscience professionnelle. C'est un enseignant indigne de l'Université algérienne. C'est le fruit d'un système qui casse la culture de la solidarité, afin d'affaiblir les travailleurs qui revendiquent leurs droits socio-professionnels», a-t-il déploré. Irrité par cet enseignant qui s'est dit non concerné par la grève de ses confrères, M.Nouar, n'hésite pas à dire que ce type d'enseignant qui doit être jeune, n'est autre que le fruit d'une politique en voie d'extinction. Allez comprendre les tenants et les aboutissants de ces contradictions qui dénotent les luttes intestines où chacun défend son intérêt personnel, mais très peu celui des enfants ou de l'Ecole algérienne qui souffre de multiples retards. De son côté, Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest qui vient de rentrer d'un Congrés international de l'éducation qui s'est tenu du 7 au 11 décembre en Jordanie, n'a ni confirmé ni infirmé les rumeurs qui circulent autour de l'entrée de ce syndicat dans un autre mouvement de grève afin de revenir à la charge des revendications. «Je viens de rentrer de la Jordanie ou j'ai participé à l'Organisation du syndicat arabe, affilié à l'international, je n'ai rien à dire au sujet de la grève du Snapest», a-t-il répondu avant de révéler que le conseil national du Snapest devra se réunir vers la fin du mois avant de prendre une décision pour revenir au mouvement de protestation publique ou pas. La grève des enseignants continue de faire couler de l'encre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.