Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment Constantine célèbre cette fête
EL MAWLID ENNABAOUI ACHARIF
Publié dans L'Expression le 03 - 01 - 2015

Les familles constantinoises se préparent à rendre cette fête joyeuse surtout pour les enfants
Nous étions enfants durant la période coloniale et on se rappelait que nous fêtions ce Mawlid pour marquer notre appartenance à une nation qui tient à son identité et ses traditions.
Invité à participer dans une émission TV sur la célébration de la fête de la naissance du Prophète Mohammed (qsssl), j'ai pris l'initiative de publier cette modeste contribution. Constantine est comme toutes les médinas et régions de notre pays, attachée depuis les siècles à célébrer la fête de la naissance du prophète Mohammed (qssl) dans la ferveur et l'allégresse familiales.
Comme chacun le sait, cette fête intervient chaque année le douzième jour du mois lunaire Rabie El Awal soit le 3 janvier 2015. Cette célébration intervient cette année dans un contexte où le monde musulman vit une situation des plus tragiques au regard des guerres qui le secouent du Machrek au Maghreb.
La sacralité du Mawlid Ennabaoui acharif
Nous étions enfants durant la période coloniale et on se rappelait que nous fêtions ce Mawlid pour marquer notre appartenance à une nation qui tient à son identité et ses traditions. On allait à l'école coranique porter des oeufs colorés, des bougies, les friandises et les gâteaux du terroir telle la «tamina» que nous offrions à notre taleb pour célébrer cette naissance.
On entonnait le med'h «Zad El Nabi wa frahna bih» suivi de «Ya Kaâba ya Beït Rabi mahlaki», que nous retrouverons plus tard lorsque la télévision en noir et blanc apparaît dans notre petite lucarne feu Abderahmane Aziz par sa voix limpide déclamait ce chant.
La médina dans sa spiritualité ancestrale
Aujourd'hui comme hier cette fête religieuse revient dans l'ambiance du moment. Constantine qui s'apprête à vivre l'année comme «Capitale de la culture arabe» fait peau neuve. Le Mawlid dans la médina, coïncide avec la préparation de ces festivités. Ses ruelles étroites et ses souks tels Rahbat Essouf, Souk el Asr, Souika, Sidi Bouanaba, Sidi al Djalis Sidi Mabrouk, Aouinet el foul, la nouvelle ville Massinissa et Ali Mendjli, le Khroub et les villages avoisinants se parent dans un décor que nous retrouvons dans les mosquées et zaouias.
Les familles constantinoises se préparent à rendre cette fête joyeuse surtout pour les enfants. On s'apprête à déguster les saveurs de jadis. «Tridet Attadjin» avec de la viande de mouton ou de boeuf en plus de la volaille. La cuisine se fait plus succulente. Les fillettes aux mains d'anges se mettent le henné que les mamans et grands-mères s'appliquent à malaxer cette poudre par quelques doses d'eau de fleurs d'oranger. Les garçons quant à eux trouvent leur joie dans les pétards et des cierges.
Le prophète de l'islam Mohammed el amine(qsssl)
Voici venu le moment de la cérémonie où les mosquées et zaouias se remplissent de fidèles qui déclament des panégyriques et med'h qui glorifient Dieu et son prophète Mohammed (qsssl). Outre la Burdâ et la Hamzyia, le texte de Hassan Al Barzandji recueilli dans Iqd Al Jawahir se récite notamment à Constantine. Les retransmissions à travers les chaînes TV rappellent la vie du Prophète (Qsssl). Sa naissance et son allaitement par Halima Assaâdia alors qu'il perdit son père Abdellah puis sa mère Amina et passe sous la protection de son oncle Abou Talib.
Orphelin à l'âge de cinq ans, il perd son grand-père abd el Moutalib alors qu'il avait huit ans, son oncle Abou Talib le prend en charge et l'initiera dans le commerce caravanier des chameaux. Il travaillera pour le compte de Khadidja 40 ans d'âge une richissime femme qu'il épouse à l'âge de 25ans. Le Prophète Mohammed (qsssl) alors qu'il avait 40 ans en l'an 610, prend retraite dans une grotte au Djebel Hira où il médite et prie.
Dans sa méditation l'Archange Gabriel lui apparaît, alors qu'il ne sait ni lire ni écrire, durant 22 ans, Sidna Jibril (Gabriel) lui dicte le Message divin: le Saint Coran. C'est la Révélation. Il part pour Médine où malgré les luttes des clans rivaux, il réussit à imposer le Message divin et son pouvoir politique et religieux. Il mène les campagnes militaires pour rallier les différentes tribus et réunifier les rangs. L'Armée musulmane entre à La Mecque par le chant «Talaâ Al Badrou Alaïna», commencement de l'Année hégirienne. Il meurt en 632 au retour du pèlerinage.
Le Mawlid odeur de sainteté contre l'hérésie
Quinze siècles après certains trouvent à dire que célébrer cette fête est une hérésie. La visite des Awlyia Asssalihine en portant les bougies se conjuguent avec les prières et l'hymne au Prophète Sidna Mohamed (qsssl). L'ambiance festive est entourée de tous les soins où l'odeur de benjoin et de l'ambre donne à la spatialité de la médina cette odeur de sainteté.
Les rites traditionnels sont célébrés à Constantine dans un décor d'urbanité où les senteurs ambrées se répandent dans les maisons comme si le moment est de vivre le temps d'une vie où le Prophète (Qsssl) jeûnait le jour de sa naissance en psalmodiant et en entamant le tadjouid de versets coraniques.
Les psalmodies au coeur d'une fête de nativité
Comme dans les zaouia jadis de Sidi Rached, à la Rahmania, chez les Aïssaoua, chez les Hansala, la Tidjanya est...la même ferveur à Tlemcen où j'ai assisté au cérémonial du Mawlid chez les Darkaoua et Habria lors d'un colloque international sur le soufisme qui s'est déroulé à l'université Belkaïd qui coïncida avec la fête du Mawlid où nous retrouvons les mêmes traditions de deux villes jumelles.
Bien que chacune de nos régions célèbre à sa manière cette fête comme par exemple à Alger, c'est Sidi Abderrahmane Athaâlibi Al wali assalah qui inaugure la fête à partir de la zaouia par les femmes de la Casbah qui lui donnent un éclat particulier. Dans le Titteri c'est Médéa qui le fête dans les psalmodies et chants religieux. A Bouira, Bordj Bou Arréridj et à Sétif les us et coutumes lui préparent le couscous de famille dans une ambiance festive où s'entonnent des chants en la gloire de Dieu et du Prophète (Qsssl) où les femmes s'empressent à visiter le saint patron Sidi Al Kheïr.
Au m'zab à Ghardaïa l'encense de tous les med'h et le tajouid où le baroud donne un air festif en plus de la spiritualité qui l'entoure. Dans la Saoura, Béchar dans la zaouia des Kénadza de Sidi Bouziane et la Karzazia nous offrent un spectacle dans toute sa sacralité.A Adrar dans la zaouia Sidi Mohamed el Kébir, à Témacine, à Aïn Madhi, Laghouat et Guemmar dans la Tidjania, à Annaba et à Collo Aïssaoua où le récital glorifie Dieu et son prophète Mohammed (Qsssl) dont j'ai eu à assister aux chants sacrés.
A Constantine la zaouïa Rahmanyia dont le Mokadem est Bachtarzi, les khouans entonnent des litanies ou liturgies (med'h et les psalmodies) dans une parfaite diction s'accompagnent d'El Borda et d'El Hamzia d'El Bousseïri ou celle de Hassan Al Barjanzi.
En Kabylie les habitants célèbrent le Mawlid dans une ambiance de med'h et de chants religieux, de même que dans la vallée de la Soummam où cette fête est suivie de rituel gloire à Dieu et à son prophète Mohammed (Qsssl).
A Tlemcen c'est surtout la visite du saint patron Sidi Boumediene qui donne l'ampleur de l'événement où les femmes depuis le mausolée entonnent les chants religieux avec des youyous dans la plénitude de sa natalité. A Cherchell, Miliana, Koléa, à Oran Sidi EL Houari, à Mascara, Saïda, Mechria, Aïn Sefra c'est le même rituel qui glorifie Dieu et son Prophète (qsssl). A Souk Ahras, Tébessa, Batna, Msila, El Oued Souf toutes les zaouias donnent au sceau des prophètes toute la sacralité dans une des méditations des «mouloudyiates».
Dans la méditation et la piété la fête du Mawlid qui est le commencement de la Nativité de la religion de l'islam, le Prophète est né à La Mecque le 12e jour du mois Rabie El Awal correspondant au mois de mai 570 de JC. Ce sont les Fatimides qui ont, en l'An 975 de l'ère chrétienne fêté le commencement du Mawlid.
Le Mawlid une célébration historiquement millénaire
Les tribus berbères de l'époque telles les Sanhadja, les Zénata, les Maghraoua, les Houara et surtout les Kétama ont fêté la naissance du Prophète (Qsssl) et elles seront l'ossature de l'armée fatimide. Les Kétama fondent alors la ville du Caire et construisent Al Azhar Echarif.
A ceux qui considèrent la célébration du Mawlid comme une hérésie, c'est-à-dire une «bidâa», innovation blâmable,En Egypte c'est El Malik El Mouzaffar, beau-frère de Salah Eddine Al Ayoubi, maître d'Ibril qui lui consacra un cérémonial particulier. Les Mamelouks l'institutionnalisent et Damas suivra. Au Maghreb cette fête commencera avec les Mérénides où le Sultan Youcef Ben Yacoub promulgue par un décret royal en 1292 le Mawlid, fête d'Etat.
A Tlemcen, note Dr Sari Ali Hikmet dans son livre Les mille nuits du Mouloud, le Mawlid est célébré dans le palais du Machouar en 1359 par le sultan Zianide Abou Hamou Moussa II. Sous les Hafsides le Mawlid est fêté dès le XIVe siècle. Après il sera institué par le sultan de l'Empire ottoman Mourad III en 1588. La fête du Mawlid est une fête sacrée. Elle a un sens spirituel, social culturel et cultuel. Le Prophète Mohammed (Qsssl) est envoyé comme Miséricorde pour les mondes. Et si tous les clubs sportifs musulmans de l'époque, le MCA donna le la, en choisissant la date de fondation du Club le 07 août 1921, le jour même du Mawlid en prenant comme sigle «Mouloudia».
Il sera repris par de nombreux clubs comme le MOC dont l'honneur revenait à notre vénéré Cheïkh Al Imam Abdelhamid Ben Badis. Le MCO, le MOB suivront la voie... même si les autres formations sportives tel le CSC... sans pour autant prendre le sigle de Mouloudia, le célèbrent dans toute la ferveur et la piété.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.