La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Avis de coup de vent
Publié dans L'Expression le 06 - 05 - 2015

«Le journalisme, c'est le contact plus la distance.» Hubert-Beuve Méry
Du petit village où je réside, je n'ai pas senti passer la Journée de la liberté de la presse, mais j'ai reçu en plein visage toutes les appréhensions et les inquiétudes de ceux qui interprètent le bulletin météo à la lumière de tous les événements qu'une actualité riche dispense généreusement, à un moment où les affaires scabreuses de corruption occupent les unes des journaux. Mais je trouve que c'est quand même un drôle de boulot que celui de journaliste par les temps qui règnent: exposé à tous les courants d'air, il exerce un métier à hauts risques. C'est un véritable job de missionnaire que de vouloir porter la bonne nouvelle à des lecteurs esseulés, dégoûtés par des décennies d'une presse aseptisée, uniformisée et colorisée aux nuances du temps qu'il ne fait pas et saturés par une parabole orientée vers une actualité qui n'est pas la leur, il faut, d'abord, trouver la bonne porte. Quand un jeune homme plein d'ambition, sorti à grand-peine d'une école qui fend l'âme en table, veut se présenter dans le marché saturé de la presse, il doit d'abord faire ses preuves pour pas cher avant de prétendre à une reconnaissance légitime de son employeur. Qu'il sorte de l'école de journalisme, de sciences po, de lettres ou tout simplement de l'école de la vie, le journaliste en herbe, après avoir fait quelques années à droite et à gauche (pour pouvoir manger ou acheter ses cigarettes sans avoir à racketter ses parents fatigués) à faire de petits métiers dans l'assurance (cela en douce!) ou chez un opticien (cela aiguise la vue et rend perspicace), ose, enfin, franchir le seuil d'une rédaction, lieu géométrique où les sortants sont aussi nombreux que les candidats, il est aussitôt présenté à un rédacteur en chef aux tempes grisonnantes, rescapé des années de plomb et rassis, qui le soumettra à des exercices de rédaction rébarbatifs. S'il a un peu de chance, des avantages physiques et des bagages culturels consistants, il lui sera épargné la rubrique des chiens écrasés, les communiqués de la gendarmerie sur les fluctuations de la délinquance ou les conférences de presse de chefs de partis rachitiques dont le discours est aussi suivi qu'un bulletin de météo par un grabataire.
Mais pour l'apprenti-journaliste qui fait ses premiers pas, il doit aussi (et cela, je suis sûr que les plus anciens que lui l'ont averti) faire preuve de beaucoup de prudence: bien sûr, il n'a plus à éviter les ruelles jadis infestées par des raccourcisseurs de carrière ou les routes secondaires où les faux barrages entretiennent encore un peu de suspense sur la viabilité de la réconciliation nationale.
Il doit d'abord, s'enquérir de l'état d'esprit de ses responsables, leur orientation idéologique, leurs liens avec des capitaines d'industrie, leurs goûts littéraires, leurs préférences esthétiques et surtout, leurs besoins en publicité (le nerf de la guerre!), car, comme chacun le sait, au pays du libéralisme avancé où les entreprises sont privatisées à tour de bras, où les moeurs se libèrent un peu plus chaque jour (surtout avec la canicule présente, la chaleur loin d'allonger tous les corps solides, raccourcit drôlement les jupes, les manches de tricots ou de chemises et découvre tant de perspectives...) la presse est loin d'être libre des diktats de la «pub» et de l'imprimerie...
Il doit aussi se tenir à égale distance de la brosse à reluire comme de la scie sauteuse. Cela lui épargnera bien des déboires. Informer sans déformer, c'est la clé d'une réussite bien tranquille!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.