Djerad salue le rôle des agriculteurs pendant la pandémie: «Ils ont été à la hauteur du défi»    Des experts pour la révision des subventions: Soutenir le pouvoir d'achat et non les produits    Sabotage d'un centre nucléaire: Téhéran accuse Israël et crie «vengeance»    «Petits pas» et grand bruit    Ligue des champions d'Europe: PSG, Real et City en pole position    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le bilan à mi-parcours    En perspective de la distribution des logements de la formule «à points»: Près de 6.000 dossiers rejetés par la daïra d'Oran    Grève à l'Education: «Un taux de suivi appréciable»    Sétif: Plus de 10 millions d'euros en faux billets saisis    Les frustrations du billettiste    Le maire d'Aïn Bouchekif décède dans son bureau    22 partis et quatre indépendants en lice    Les indépendants en «conquérants»    Le décryptage du journal Le Monde    La Russie pays des prouesses scientifiques    Les Houthis affirment avoir lancé 17 drones et missiles    Forte odeur de campagne électorale    Les opérateurs s'expliquent    Klopp apprécierait Pedri    Flick appelle au calme    Falcao sérieusement blessé    129 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Guerre virtuelle aux spéculateurs    Le baril desserre l'étau    Saïda Neghza accuse la CAPC (ex-FCE)    Les producteurs renouent avec les consommateurs    Des usagers, à la veille du Ramadhan    6000 morsures d'animaux sauvages chaque année    Le programme horaire du mois de Ramadhan dévoilé    Le P.-dg de Cagex met en garde    Chems-Eddine Chitour explique la stratégie du gouvernement    Les Editions Frantz-Fanon rebondissent    «La littérature exerce une influence sur la société»    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    Fractures et manœuvres répugnantes    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Le piège de la mémoire    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coq avant le mouton
CELEBRATION DE YENNAYER À LA VEILLE DE L'AID EL ADHA
Publié dans L'Expression le 12 - 01 - 2005

Cette tradition, qui a traversé des millénaires, reste encore vivace avec ses rites et ses traditions.
Hasard de calendrier, Yennayer, le Nouvel An berbère, sera fêté cette année à veille de l'Aïd El adha. Les Algériens auront donc à sacrifier d'abord le coq avant de passer au mouton. Les deux journées de l'Aïd El Adha sont officiellement chômées et payées, ce qui n'est pas le cas pour Yennayer. Le Nouvel An berbère, ne figure pas encore dans le calendrier des fêtes nationales légales. Pourtant, ce rituel ancestral dispose d'une assise socio-historique et culturelle à l'instar du nouvel an universel.
Un rituel qui ressemble à bien d'autres manifestations et coutumes célébrées sous d'autres cieux. Ignoré officiellement, Yennayer n'a pas pour autant rejoint le cimetière de l'histoire. La tradition qui a traversé des millénaires, reste encore vivace de nos jours avec ses rites, ses traditions et sa symbolique.
Dans toutes les régions de l'Algérie profonde, la célébration de Yennayer n'a rien perdu de sa fraîcheur ni de son authenticité. Depuis le MCB ( Mouvement culturel berbère ) historique jusqu'à la dynamique du mouvement citoyen des archs, la journée du 12 janvier est revendiquée comme fête nationale, chômée et payée. Plusieurs associations et même des institutions ont formulé cette revendication. Le mouvement citoyen des archs, le HCA ( Haut Commissariat à l'amazighité ), le CMA (Congrès mondial amazigh ), des association culturelles en Kabylie, en France et au Canada, militent pour la réhabilitation de cette valeur-symbole profondément ancrée dans la mémoire collective algérienne. Il est vrai que la reconnaissance du caractère national dans la Constitution en mars 2002, à tamazight est une avancée des plus importantes dans la quête de restauration d'une identité longtemps occultée.
De même que la création en 2004, du centre pédagogique et linguistique de la langue amazighe constitue une autre position conciliante des pouvoirs publics. Mais Yennayer demeure une fête non officielle. Yennayer symbolise le premier jour du calendrier agraire en usage depuis l'Antiquité dans le Nord-africain. Il est célébré le 12 ou le 13 janvier de chaque année. Selon les historiens, l'avènement de Yennayer de l'an 951 avant Jésus-Christ du calendrier grégorien, correspond à un événement politique pour les Berbères. En l'an 950 av. J.-C, à la mort du Pharaon Psoussenes II, un Amazigh nommé Sheshnaq accède au statut de Pharaon d'Egypte en soumettant tout le Delta du Nil sous son autorité et fonda sa capitale à Bubastis. Depuis, les Berbères fêtent ce succès devenu un repère dans leur calendrier. Mais pour perpétuer l'événement, la société a décrété ses propres moyens de perpétuation en absence d'une culture écrite. C'est ainsi que des légendes et des contes se sont tissés autour de cette fête. Le plus connu de ces contes est l'histoire d'une vieille femme (laâdjouza) qui, croyant l'hiver passé s'est moqué de Janvier. Ce dernier furieux, demanda à Fourar, premier mois du printemps, de lui prêter deux jours pour se venger. Il envoya un violent orage qui a emporté la vieille femme dans les flots. C'est ainsi que Yennayer s'est prolongé jusqu'au 11 février, alors qu'il devait s'arrêter le 9 février.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.