Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye rattrapée par la nostalgie d'El Gueddafi
DECHIREE PAR LES LUTTES D'INFLUENCE
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2016

«Gueddafistes par frustration», ironise-t-on à Tripoli pour désigner ceux qui commencent à regretter l'ère du guide Maâmar El Gueddafi, cinq ans après sa mort, dans un pays morcelé et plongé dans le chaos.
«Notre vie était meilleure sous El Gueddafi», affirme Faïza al-Naas, même si cette pharmacienne dit avoir «honte» de ses propos quand elle «pense à tous ces jeunes qui ont donné leur vie pour nous délivrer du tyran», en allusion aux rebelles ayant combattu les forces d'El Gueddafi jusqu'à sa mort le 20 octobre 2011. Depuis sa chute après 42 ans de règne, insécurité et pénuries se sont installées dans le quotidien des Libyens, rythmé par les coupures d'électricité et les files d'attente devant les banques où la liquidité fait défaut. Le pays est déchiré par des luttes d'influence que se livrent dans l'impunité la plus totale les nombreuses milices mais aussi les dizaines de tribus, composante essentielle de la société libyenne. Ce riche pays pétrolier aux frontières poreuses est devenu depuis un carrefour de contrebande d'armes, de drogue et surtout de trafic lucratif de migrants de l'Afrique sub-saharienne qui tentent la périlleuse traversée de la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. Profitant du chaos, les jihadistes - notamment ceux du groupe Etat islamique (EI) et d'Al Qaïda - ont fait de l'immense territoire libyen un de leurs repaires. Et sur le plan politique, deux autorités rivales se disputent le pouvoir. Le gouvernement d'union nationale (GNA), issu d'un accord parrainé par l'ONU, est basé à Tripoli tandis qu'une autorité rivale s'est installée dans l'Est du pays, où une grande partie de la région est contrôlée par les forces du maréchal controversé Khalifa Haftar. Celles-ci ont étendu en septembre leur influence aux terminaux pétroliers de l'Est, permettant une reprise des exportations au profit d'une Compagnie nationale de pétrole qui tente tant que bien que mal de garder sa neutralité. Khalifa Haftar puise sa légitimité du Parlement, basé à l'Est mais reconnu lui aussi, tout comme le GNA, par la communauté internationale. Il se présente comme le sauveur, le seul capable de rétablir l'ordre. Même s'il a réussi à reconquérir une grande partie de la ville de Benghazi, berceau de la révolution qui était aux mains de groupes jihadistes, ses détracteurs l'accusent de n'avoir qu'un seul objectif: prendre le pouvoir et installer une nouvelle dictature militaire. «Les Libyens sont obligés de choisir entre deux extrêmes: le chaos sous les milices et les extrémistes islamistes (...) ou un régime militaire», déplore l'analyste libyen Mohamed Eljarh, membre non-résident du Centre Rafik Hariri pour le Moyen-Orient. «Il n'y a pas d'alternatives convaincantes». Khalifa Haftar n'arrive toujours pas à venir à bout des milices jihadistes proches d'Al Qaîda à Benghazi et les forces pro-GNA basées dans la ville de Misrata (ouest) peinent à en finir avec les dernières poches de résistance des jihadistes de l'EI dans leur ex-bastion de Syrte. Mais quand dans les deux camps les batailles antijihadistes auront pris fin, les forces pro-Haftar comme celles du GNA voudront étendre leur zone d'influence, faisant craindre un conflit direct entre les deux camps, estiment des experts. «Il est difficile d'imaginer que le pays puisse retrouver sa stabilité de sitôt, en raison des divisions mais aussi de la volonté des protagonistes de contrôler les populations qui leur résisteront», souligne ainsi Mattia Toaldo, spécialiste de la Libye au European Council on Foreign Relations. Après «un régime autoritaire, répressif et centralisé» sous El Gueddafi, les Libyens semblent opter pour «une autre forme d'autoritarisme, plus décentralisée et chaotique, que ce soit sous la coupe des milices ou de Haftar», a-t-il remarqué. Même si beaucoup en Libye regrettent l'époque d'El Gueddafi, la grande majorité estime à l'instar d'Abderrahmane Abdelaal, un architecte de 32 ans, que «la situation actuelle est la conséquence logique de 42 ans de destruction et de sabotage systématique de la part de l'Etat». De leur côté, les inconditionnels d'El Gueddafi, aujourd'hui en exil, jubilent sur les réseaux sociaux. Pour eux, l'anarchie actuelle prouve à quel point leur leader était un «visionnaire»: n'avait-il pas prévenu avant sa mort que la Libye après lui serait à feu et sang?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.