Coronavirus : 843 nouveaux cas, 548 guérisons et 16 décès    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    ONU: l'Algérie réalise de "grandes avancées" dans la promotion des droits des handicapés    Barça : Le président par intérim regrette que Messi soit resté    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    El-Guerguerat: la violation marocaine du cessez-le-feu largement condamnée    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Changement attendu dans la fabrication automobile    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    "Pour une conférence nationale inclusive"    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    Diego...    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Turquie veut contribuer à la libération de Raqqa
TOUT EN EXCLUANT UNE ALLIANCE AVEC LES MILICES KURDES
Publié dans L'Expression le 01 - 03 - 2017

La bataille de Raqqa sera plus difficile que celle de Mossoul
Le soutien de Washington à cette coalition, qui comprend les milices kurdes YPG, a tendu les rapports entre les deux pays au cours des derniers mois de la présidence de Barack Obama.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a répété hier qu'Ankara voulait participer à l'opération visant à chasser le groupe Etat islamique (EI) de son bastion syrien de Raqqa, sans que les milices kurdes syriennes n'y soient impliquées.»Si nos alliés sont vraiment sincères, nous leurs disons: Nous voulons travailler avec vous autant que nous pouvons pour nettoyer Raqqa de Daesh''», a déclaré M. Erdogan, se référant à l'EI par son acronyme arabe.
Il a toutefois exclu toute participation de son pays à une telle opération aux côtés des groupes kurdes syriens du Parti de l'Union démocratique (PYD) et sa milice armée, les Unités de protection du peuple (YPG), qu'Ankara considère comme des organisations terroristes émanant du Parti des travailleurs du Kurdistan.»Il n'est certainement pas possible pour nous de nous mettre d'accord ou agir conjointement avec les PYD ou les YPG», a affirmé M. Erdogan à la presse. Le quotidien turc Hürriyet a affirmé le 18 février que la Turquie avait présenté aux Etats-Unis deux plans de bataille excluant les milices kurdes pour chasser l'EI de Raqqa, sa «capitale» autoproclamée en Syrie.Ces plans, selon le journal, avait été présentés lors d'une visite effectuée la veille en Turquie par le chef d'état-major interarmées des Etats-Unis Joseph Dunford. Une coalition arabo-kurde (SDF) soutenue par les Etats-Unis mène actuellement une opération d'encerclement pour isoler Raqa.
Le soutien de Washington à cette coalition, qui comprend les milices kurdes YPG, a tendu les rapports entre les deux pays au cours des derniers mois de la présidence de Barack Obama. Son successeur, Donald Trump, n'a pas encore clairement indiqué s'il comptait s'appuyer sur la composante kurde des SDF pour une éventuelle opération de reprise de Raqqa. Le Premier ministre turc Binali Yildirim a prévenu samedi que si Washington choisissait de s'appuyer sur les milices kurdes, cela «poserait un sérieux problème à nos relations avec les Etats-Unis».
La Turquie a lancé fin août une offensive dans le nord de la Syrie pour en chasser l'EI ainsi que les milices kurdes.
La semaine dernière, des rebelles syriens appuyés par l'armée turque ont réussi, après plusieurs semaines de combats, à chasser l'EI de la ville d'Al-Bab, l'un de ses bastions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.