Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un millier de grévistes de la faim dans les geôles israéliennes
JOURNEE DES PRISONNIERS PALESTINIENS
Publié dans L'Expression le 18 - 04 - 2017

La Journée de solidarité avec les prisonniers palestiniens est marquée pour son 40e anniversaire par une grève de la faim de 1300 détenus
La journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens, célébrée le 17 avril, est marquée cette année par une grève de la faim massive, entamée hier dans les geôles israéliennes, par plus d'un millier de détenus qui réclament notamment la fin des conditions de détention insupportables et illégales et dénoncent «un apartheid judiciaire».
A l'occasion de cette journée célébrée chaque année depuis plus de 40 ans, 1.300 détenus palestiniens ont commencé lundi matin leur grève de la faim illimitée dans le cadre de ce mouvement collectif sans précédent, lancé par le Fatah et dirigé par l'un des plus emblématiques prisonniers Marwan Barghouthi, auquel se joindront des centaines de détenus de tous partis.
Ce chiffre (1300) «pourrait augmenter dans les heures à venir», a déclaré, dans ce sens, Issa Qaraqee, chargé de la question des prisonniers au sein de l'Autorité palestinienne. «Selon les informations dont nous disposons pour le moment, 1 500 prisonniers refusent de se nourrir», a précisé de son côté Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers palestiniens. La grève de la faim vise à «mettre fin aux abus» de l'administration pénitentiaire israélienne, a expliqué l'initiateur de ce mouvement, Marwan Barghouthi, dans une tribune envoyée au New York Times depuis sa prison de Hadarim (en Israël) où il est condamné à la perpétuité. «Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention», a dénoncé Barghouti, qui avait été un des animateurs les plus emblématiques du soulèvement contre l'occupant israélien entre 2000 et 2005. Il a, en outre, dénoncé «un apartheid judiciaire qui garantit une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et criminalise la résistance palestinienne». Depuis 1967 et l'occupation par l'armée israélienne des Territoires palestiniens, plus de 850.000 Palestiniens ont été emprisonnés par Israël. Ces dernières années, plusieurs détenus se sont lancés dans des grèves de la faim individuelles pour protester contre leur détention arbitraire. Pour eux, la seule arme est la grève de la faim, ils en ont mené de nombreuses au fil des décennies d'occupation, certaines très longues, beaucoup d'entre elles victorieuses. Parmi les 6500 Palestiniens actuellement détenus dans les prisons israéliennes, figurent 62 femmes et 300 mineurs (garçons et filles). Environ 500 d'entre eux sont sous le régime extra-judiciaire de la détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. Treize députés palestiniens sont aussi emprisonnés, selon des chiffres officiels..
Cette fois-ci, pour la première fois depuis des années, il a été décidé d'un mouvement collectif, qui pourrait être «un test» pour l'occupant israélien et qui constitue «une réponse aux violations incessantes des droits fondamentaux des prisonniers qui sont mal traités», prévenait il y a quelques jours Qaddoura Farès, qui dirige le Club des prisonniers palestiniens, l'ONG qui fait autorité dans les Territoires occupés sur la question des détenus. M.Issa Qaraqee et M.Qaddoura Fares indiquent que cette grève de la faim inédite constituera «un nouveau départ et un changement stratégique dans la vie et l'histoire du mouvement des prisonniers. Cela leur donnera une reconnaissance de leur rôle national et une légitimité face aux attaques et lois israéliennes arbitraires contre les droits des prisonniers». Cette action, précisent-ils, a pour but aussi «de renforcer le travail collectif et l'unité nationale, à l'intérieur comme à l'extérieur des prisons et de redonner au mouvement prisonnier sa dignité, sa combativité et sa résistance», étant donné que les négociations entamées avec l'administration pénitentiaire sur le respect des droits et de la dignité des détenus, conformément au droit international et aux conventions de Genève, sont au point ort. La Journée des prisonniers palestiniens permet de mettre à nu les exactions auxquelles se livre l`occupation israélienne au mépris des lois et valeurs universelles, en autorisant toutes sortes de violations à l`encontre des détenus, notamment la torture, l`alimentation forcée et l`arrestation d`enfants. En outre, les prisonniers revendiquent le respect du droit à des visites familiales, comme ils réclament la fin de la politique de l'isolement et de la détention administrative. Par ailleurs, la présidence palestinienne a appelé les autorités d'occupation israéliennes à répondre à ces demandes pour «la liberté et la dignité des prisonniers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.