Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouveau test diplomatique majeur
MACRON REÇOIT POUTINE À VERSAILLES
Publié dans L'Expression le 29 - 05 - 2017

Emmanuel Macron reçoit aujourd'hui son homologue russe Vladimir Poutine sous les ors du château de Versailles, un test diplomatique majeur qui sera l'occasion d'évoquer des sujets conflictuels entre Paris et Moscou, de la Syrie à l'Ukraine, et de tenter de surmonter une méfiance réciproque.
Prétexte à cette rencontre: une exposition sur la visite historique effectuée en 1717 par le tsar Pierre le Grand en France, il y a précisément trois cents ans. L'événement avait été marqué par l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. «L'idée est de souligner, à travers une visite conjointe de l'exposition, l'ancienneté et la profondeur du lien entre les deux pays», explique-t-on à l'Elysée. Dans son message de félicitations à son jeune homologue français, au lendemain de son élection le 7 mai, Vladimir Poutine l'avait exhorté à «surmonter la méfiance mutuelle». Mais le porte-parole du gouvernement français Christophe Castaner a prévenu: «dialoguer, ce n'est pas s'aligner», alors que les différends ont été nombreux ces dernières années, à commencer par les dossiers ukrainien et syrien. Emmanuel Macron avait lui-même prôné au cours de sa campagne le «dialogue» et la «fermeté» envers Moscou, affirmant ne «pas faire partie de ceux qui sont fascinés par Vladimir Poutine», dont il disait ne pas partager les «valeurs». De son côté, le Kremlin précise que le nouveau chef de l'Etat français avait lancé cette invitation avec l'intention de «faire connaissance et d'établir un contact de travail» lorsque le président russe l'avait appelé au téléphone pour la première fois, le 18 mai. Au menu de la rencontre: les relations franco-russes, leurs visions respectives de l'avenir de l'Union européenne, la lutte antiterroriste et les crises régionales (Ukraine, Syrie, Corée du Nord et Libye). «La France fait partie des pays qui ont une attitude très sévère envers le régime de Bachar al-Assad», souligne-t-on au Kremlin, où l'on s'attend à une discussion «très intéressante et franche» sur cette question. Lors d'un premier contact téléphonique, les ministres russe et français des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian ont échangé leurs vues sur «notamment le règlement des crises en Libye, en Irak et en Ukraine», selon un communiqué vendredi du ministère russe. Les deux chefs d'Etat tenteront aussi d'arrondir les angles après la campagne présidentielle française marquée par une audience accordée en mars au Kremlin à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, battue au second tour par M. Macron, et les piratages informatiques dont fut victime le mouvement politique du candidat centriste, attribués à des hackers russes. Aujourd'hui, ils se retrouveront d'abord en tête-à-tête. Puis ils déjeuneront, entourés de leurs délégations, tiendront une conférence de presse conjointe et visiteront l'exposition. Avant de regagner Moscou, Vladimir Poutine se rendra aussi, mais seul, au nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, érigé au coeur de Paris. Il aurait dû l'inaugurer en octobre 2016 mais l'escalade verbale entre Paris et Moscou provoquée par la campagne militaire du régime syrien et de son allié russe contre la partie rebelle d'Alep (nord de la Syrie) avait conduit Vladimir Poutine à renoncer à ce déplacement. Depuis sa dernière visite de travail à Paris, il y a cinq ans, le président russe est revenu à plusieurs reprises en France mais à l'occasion de rendez-vous multilatéraux, le dernier en date étant la COP21 en novembre 2015. Quant à Emmanuel Macron, après avoir rencontré la plupart des dirigeants occidentaux, à commencer par le président américain Donald Trump, au sommet de l'Otan, jeudi à Bruxelles, et les avoir retrouvés vendredi et samedi au G7 de Taormina, en Sicile, il fera donc connaissance avec son aîné de 25 ans. «C'est d'autant plus important qu'on suspectait ce jeune homme (Emmanuel Macron, 39 ans) de ne pas avoir la carrure d'un président de la République et de ne pas être en mesure d'incarner et de défendre la France», a relevé Christophe Castaner. Et d'avertir: «les premiers pas d'un président sont tout un symbole, si vous trébuchez, c'est tout un quinquennat que vous traînez derrière, en difficulté».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.