Les réserves de change à 100 milliards de dollars à fin novembre    Le président de la Fédération de l'agroalimentaire: «Les importations ont massacré l'industrie algérienne»    Al Qods: Poursuite des manifestations dans le monde    Equipe nationale des locaux - 21 joueurs convoqués: Le match amical face aux Emirats arabes unis annulé    FAF - Symposium sur le renouveau du football algérien: Deux jours de débats pour une application incertaine    Tissemsilt: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Appel à un débat national sur les droits de l'Homme    "Le cinquième mandat est une atteinte à la Constitution"    Conférence de haut niveau sur le terrorisme à Oran    «Un rapport sera présenté au Chef de l'Etat avant le 6 janvier»    Le projet de la nouvelle loi sanitaire favorise le développement de la greffe    "J'ai toujours aimé composer pour les films"    Une application pour gérer les barrages    "Nous fabriquons 50% de nos médicaments"    Où est l'enfer promis pour 2017?    Paradis fiscal en Tunisie : "Derrière cet acharnement, la France et l'Italie"    Des pouvoirs fictifs    Installation officielle du nouveau P/APW    "Une violation grave de la légalité internationale"    Le président Macron invite Netanyahu à faire des "gestes courageux"    Le pape renouvelle son appel à la "sagesse"    Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    Selon l'annonce de Boeing : Le Canada renonce à acheter des Super Hornet    Journée internationale du vivre-ensemble en paix : L'ONU adopte l'initiative algérienne    "Le FLN vous surprendra le 19 mars prochain"    Le FFS à la tête de l'APW de Tizi Ouzou    Belle opération pour le NAHD et l'USB    Le Chabab sombre dans la crise    Feghouli buteur, Galatasaray en tête    Bouzidi nouveau coach de la JSM Skikda    La direction dément le départ de Madoui    La 3e édition du Rallye "Challenge Sahari international" : Domination algérienne pour la 2e étape    "Laissez les Algériens marcher pour la Palestine"    Un comité interministériel pour le développement des surfaces agricoles    Risque de salmonellose dans le lait Lactalis    A Boumerdès, trois concours pour le Top village, la Top city et la Top école    Gare à l'usage excessif du téléphone portable!    Randonnée à Tizi N'Tsenant : Sur les traces des héros de la bataille du 7 décembre 1957    Commerce: Les prix de la volaille toujours en hausse    L'appel des villageois de Ghemaizia    Obstacles liés à l'accès aux marchés africains Impératif d'un plan national afin d'y remédier    Hachemi Assad balaie les doutes    11 décembre 1960 : Une réponse au plan de De Gaulle visant à étouffer la Guerre de libération    une empreinte indélébile    Spectacle majestueux offert au public    Manifestations des Algériens dans tout le pays    Les Témouchentois confirment leur suprématie    Carte Postale décroche la Grappe d'Or    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "révolté" de la chanson auressienne
KADOUR EL YABOUSSI
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017


Considéré dans la ville de Khenchela et la région des Aurès comme l'artiste à la voix d'or et le «révolté» de la chanson chaouie, Kadour El Yaboussi, de son vrai nom Abdelkader Bourezam, a été honoré à l'ouverture de la 9ème édition du festival culturel local de la musique et de la chanson chaouies, tenue dernièrement à Khenchela, dans un geste de reconnaissance salué tant par le public que par la famille artistique. Né en février 1945 au village Oskoum dans la commune de Yabous (wilaya de Khenchela), Kadour Oskoum ou Kadour El Yaboussi appartient à une modeste famille d'artistes. Il a reçu la passion pour la musique et le chant de son père et de sa tante paternelle, connus par «la voix chaouie qui porte». Aujourd'hui, âgé de 72 ans, il a affirmé à l'APS avoir reçu son surnom de Kadour El Yaboussi, dès les années 1960 et son style à part, dans l'interprétation de la chanson chaouie, lui a valu également la réputation parmi ses pairs artistes de «révolté» de la chanson chaouie. Durant ses années de gloire, il était l'artiste le plus sollicité pour les fêtes et grandes occasions dans toute la région des Aurès. Au cours de la cérémonie d'ouverture du festival culturel local de la musique et de la chanson chaouies, l'artiste Tahar Laâgoubi a affirmé, avant de reprendre la chanson Demmam (espérance) qui avait fait la renommée de Kadour El Yaboussi, que ce dernier est un «véritable doyen» de la chanson chaouie. De son côté, le chanteur Bachir Benarbia qui compte environ 20 albums sur le marché dans le style des Rahaba chaouis, a considéré qu'El Yaboussi est «l'encyclopédie de la chanson chaouie», déplorant le fait que le parcours de cet artiste n'ait pas été «suffisamment médiatisé». «C'est une grosse perte pour le patrimoine chaoui de ne pas avoir enregistré les chansons de cette voix extraordinaire et très sensible qui distingue cet artiste», a encore estimé Benarbia, qui a cité, entre autres chef-d'oeuvres de l'artiste, la chanson «Ya Raii mendjoum raydh raydh» (Oh! chamelier). Pour Benarbia, «nul n'a pu égaler le talent d'El Yaboussi dans son interprétation des deux chansons «Demmam» et «Ayache». «Ces deux chansons sont demeurées très appréciées et demandées par le public là où se produisait El Yaboussi en concert ou dans les fêtes», a-t-il ajouté, notant que «le doyen» pleurait à chaque fois qu'il interprétait ces deux chansons évoquant les sentiments de tristesse, d'espoir et de mélancolie qui tourmentent les mères et les jeunes ayant rejoint les maquis durant la Révolution de libération. Valorisant le geste de reconnaissance que les autorités lui ont rendu, El Yaboussi confie, non sans peine, qu'il a souffert de mise à l'écart «artistique» en dépit de son apport incontesté à la musique chaouie. Mais vite, dans un moment empreint de nostalgie, du haut de ses 72 ans, l'artiste qui vit actuellement dans un état de précarité dans son village Askoum, au retentissement de la gasba chaouie, lance, la voix un peu éteinte, son autre chef-d'oeuvre, «Ahl lejbal, Amecca oua jebel ahdouni» (Les gens des montagnes m'ont fait une promesse), la chanson qu'on ne cessait de fredonner dans toute la région des Aurès pour resserrer les rangs durant la Révolution libératrice et affirmer que «les gens des montagnes» ont fait le serment de libérer le pays et d'affranchir le peuple du joug colonial.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.