CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les retrouvailles de mémoire
L'UGEMA A CINQUANTE ANS
Publié dans L'Expression le 29 - 06 - 2005

C'est la ville de Tlemcen qui aura l'insigne honneur d'abriter la rencontre commémorant le cinquantenaire de la naissance de l'Ugema.
De cette ville des lumières et du savoir, cité de la résistance anticoloniale, Tlemcen glorifie ceux de l'élite intellectuelle révolutionnaire qui ont sacrifié leur vie pour que vive l'Algérie libre et indépendante. L'événement est plus qu'historique par l'ouverture des travaux du séminaire par Son Excellence M.le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a tenu personnellement à venir rendre un vibrant hommage à cette frange de la population qui a quitté les bancs du lycée et de l'université pour rejoindre le maquis. Ils seront les cadres de l'Algérie indépendante.
L'Algérie vit un des moments historiques de son combat en ayant célébré le 50e anniversaire de la Révolution du 1er novembre 1954. Beaucoup de faits de l'histoire restent encore dans la mémoire de ceux des acteurs qui ont vécu et survécurent et dont les témoignages seront d'un apport incalculable pour les historiens. Nous célébrerons aujourd'hui le 50e anniversaire de la création de l'Ugema, organisation estudiantine qui a été un réservoir de cadres de la Révolution et qui seront aux avant-postes des responsabilités d'Etat au lendemain de l'indépendance nationale. Sans nul doute, un moment où le président Bouteflika s'apprête à engager le processus de réconciliation nationale, il est porté à croire que nombreux de ces militants de l'Ugema, par leur savoir, qui ont constitué l'intelligence au service de la Révolution et de l'Algérie libre, fera de cette journée historique, un moment, non seulement d'enseignements à tirer, mais également un regard vers une communion dans la communauté de destin du peuple.
Ecrire l'histoire, c'est toujours se référer aux sources et aux témoignages. Tout a une signification et confère une attitude critique. La vérité historique est infinie. Tout n'est plus faux, ni vrai non plus, loin de là, car il y a des choses qui échappent à la raison. Il n'y a pas de faits seulement mais des interprétations à la fois des acteurs et des récits sur des événements vécus. Lorsqu'à l'appel de l'Ugema, il y a de cela 50 ans, la déclaration publiée marqua une rupture avec un mythe et un engagement d'une ferveur patriotique intense et l'expression forte du texte: «Avec un diplôme en plus, nous ne ferons pas de meilleurs cadavres.» A quoi donc serviraient-ils ces diplômes qu'on continue à nous offrir pendant que notre peuple lutte héroïquement, pendant que nos mères, nos épouses, nos soeurs sont violées, pendant que nos enfants, nos vieillards tombent sous la mitraillette, les bombes, le napalm... et nous les cadres de demain, on nous offre d'encadrer quoi? D'encadrer qui? «La grève des étudiants fut largement suivie par les étudiants et un grand nombre parmi eux rejoindra les rangs de l'ALN.» On ne peut détacher la lutte des étudiants du combat national mené par les différents partis du Mouvement national. A l'époque déjà, les étudiants algériens étaient organisés dans l'association des étudiants musulmans de l'Afrique du Nord (Aeman) créée en 1919 à Alger et de l'Aeman (Association des étudiants musulmans nord-africains) créée en 1927 à Paris et regroupant les étudiants maghrébins en France et dont le siège était au 115, boulevard Saint-Michel à Paris. C'est à la faveur d'une motion votée à l'unanimité le 27 février 1955 à Alger par les étudiants de l'Aeman que sera lancée l'initiative de la création d'une nouvelle organisation estudiantine algérienne permettant aux étudiants de participer dans un cadre organique à la guerre de Libération nationale. Cette organisation sera dénommée Ugema.
Le congrès constitutif de l'Ugema a eu lieu du 8 au 14 juillet 1955 à la salle de la Mutualité, après une réunion préparatoire tenue à Paris du 4 au 7 avril. Le choix de la lettre «M» musulman n'est pas fortuit. Est-ce une façon de revendiquer l'appartenance du Mouvement aux valeurs arabo-musulmanes ou avait-elle une autre interprétation de l'époque de nature idéologique? Selon Mohamed Harbi, un congrès parallèle a été organisé à la Maison des Lettres, rue Feron, par des étudiants algériens communistes et nationalistes de gauche visant à créer l'Union générale des étudiants algériens (Ugea). Mais cette tentative sera avortée.
L'action de l'Ugema qui avait auparavant une ligne de défense syndicale (intérêts moraux, échanges culturels, lutte contre l'analphabétisme), s'oriente désormais vers des objectifs politiques.
Répression et arrestations dans les rangs estudiantins
La répression ne va pas tarder à s'abattre sur ses membres dont un grand nombre connaîtra les interpellations, les perquisitions et les arrestations au cours de l'année 1955 et certains trouveront la mort, tel le vice-président de l'Union, Zeddour Belkacem.
Le 20 janvier 1956, les étudiants algériens en France organisent une grève de la faim pour protester contre les mesures répressives. Mais l'engagement de l'Ugema dans le Mouvement de libération se précise à partir du 19 mai, date de la grève illimitée des cours et des examens, déclenchée en accord avec la direction du FLN.
Selon Belaïd Abdeslam, un des animateurs de l'Ugema, l'idée de créer une Union musulmane des étudiants maghrébins en 1953 n'a pas marché du fait que les Tunisiens avaient créé leur propre union, l'Uget. Il était alors dans notre esprit de rassembler les sensibilités politiques proches de l'Udma, des communistes, des Ouléma et des indépendants.
Dans le milieu intellectuel, les communistes, dira A.Belaïd, étaient les plus entreprenants. Pour le courant nationaliste, l'Algérie était au centre de toute action. Pour les communistes, tout se ramenait à l'action communiste mondiale et à l'époque, la bombe atomique était au menu de leur réunion, c'est-à-dire un militantisme pour le Mouvement de la paix et contre les essais nucléaires et pour les nationalistes, l'indépendance de l'Algérie passait avant toute autre action. Le problème palestinien a aussi partagé les étudiants des deux courants.
Après la crise berbériste de 1949, beaucoup d'étudiants du PPA sont passés au sein du PCA, même si aux élections de la direction de l'Aeman, le courant nationaliste l'a emporté.
Belaïd Abdeslam dira plus tard dans ses entretiens avec Mahfoud Bennoune et Ali El Kenz dans le livre Le Hasard et l'Histoire qu'il cumulait sur sa personne la haine des éléments berbéristes et communistes et que l'étiquette l'a suivi, aussi longtemps et colle à sa peau comme étant un élément réactionnaire, anticommuniste, anti-gauche.
La problématique qui se posait en lançant l'Union nationale des étudiants était celle d'une Union des étudiants algériens arabes et donc musulmans et non celle qui «acceptait les étudiants juifs et français».
Cette thèse n'était pas dans l'esprit de Belaïd Abdeslam, celle aux relents racistes ou anti-confessionnels, mais par un souci tactique, et la loi du nombre aurait fait basculer l'Union vers plus de Français et de Juifs que de musulmans du fait que dans l'organisation, l'effectif des étudiants d'origine européenne et juive dépasserait les 500 étudiants algériens en Algérie et en France.
A en croire A.Belaïd, l'Union sera formée en majorité de non-musulmans. En France, l'influence du courant communiste est grandissante dans l'Aeman. Cependant, dira A. Belaïd, Marocains et Tunisiens votaient massivement pour les candidats d'obédience PPA.
Les Rédha Malek, Abdelmalek Benhabylès, Med Amir, Med Mahdi, Mohamed Harbi, Messaoud Aït Chaâlal, Mouloud Belahouane, Tahar Hamdi, Hachemi Bounedjar, Med Rezzoug, Med Kellou, Med Khemisti, Ali Lakhdar, Ahmed Ouanouri, Med Ouaddahi, Med Oucif, Chérif Faïdi, Mentouri Mahmoud, Mahmoud Benhabylès, Med Abada, Saïd Chibane, Med Toumi, Mustapha Lallam, Rachid et Tahar Maïza, Med Bedjam, Djelloul Beghli, Noureddine Deleci, Chaïb Taleb, tous ces étudiants sont venus renforcer le courant nationaliste et leur apport a été déterminant pour le lancement et la constitution de l'Ugema auxquels d'autres étudiants se sont joints à Paris tels que Abdelkader Belarbi et Lakhdar Brahimi avec l'idée d'une conférence nationale préparatoire pour organiser le congrès constitutif de l'Ugema en prenant appui sur les étudiants à Alger.
A la suite d'une correspondance entre A. Belaïd et Khène, tout est en marche pour la création de l'Ugema. A partir de 1955, les militants du courant nationaliste ont pris le contrôle de l'Aeman dans la coalition communiste Udma. Le nouveau président de l'Aeman était Med Baghli entouré de Med Benyahia, Alloua Benbabouche, Lamine Khène et d'autres...
Alors que le courant nationaliste était pour la création de l'Ugema, ceux des communistes étaient pour l'Ugea.
Les deux conférences préparatoires en mars 1955 furent tenues respectivement à Alger et à Paris. C'était Benyahia qui devait entreprendre pendant les vacances de Pâques, une tournée à travers les universités de France pour convaincre les étudiants algériens de se rallier à la thèse de l'Ugema, Rédha Malek en fait de même pour la région parisienne.
Belaïd Abdeslam dit avoir été rassuré par Med-Seddik Benyahia en l'accueillant à la gare de Lyon en lui lançant l'idée que «Paris est encerclée par la Province».
En voyant que la majorité des étudiants est pour les thèses Ugema, les communistes se sont retirés et sont allés faire une conférence à part. Alors que Rédha Malek défendait brillamment les grandes idées de l'Ugema, ceux des communistes maintenaient l'idée de «l'Algérie, nation en formation».Ce qui mènera à l'organisation, au mois de juillet, de deux congrès, l'un pour l'Ugea (communistes, berbéro-communistes et leurs sympathisants), les autres pour l'Ugema avec les nationalistes où se sont ralliés les éléments de l'Udma et des Oulémas. Taleb El Ibrahimi a soutenu alors le courant ugémiste. Tout cela se passait durant l'année 1955 où les actions étaient conformes à la ligne du FLN qui n'est que la continuité du mouvement nationaliste PPA/Mtld. Il faut dire qu'au niveau estudiantin, la même démarche a été suivie comme celle de l'Association des amis du manifeste et de la liberté en 1944 et celle des communistes où ils ont créé parallèlement le «Manifeste des amis de la démocratie».
Le congrès constitutif de l'Ugema, tenu en juillet 1955 à Paris, réunissait les représentants des communautés universitaires de France, d'Europe, d'Alger, de la Zaïtouna et des Quarawiyine de Fez. Le siège du comité exécutif était à Paris.
Mohamed Harbi, nous dit Belaïd Abdeslam, avait opté pour l'Ugea et il en a été un militant actif, alors qu'il fût un des jeunes les plus méritants au sein du PPA/Mtld. Il était même informé des préparatifs du congrès de l'Ugema. Il connaissait tout de nos contacts et démarches, ajoute Belaïd Abdeslam,
Le 1er comité exécutif de l'Ugema était en majorité Ouléma-Udma dont le discours d'ouverture a été prononcé par Taleb El Ibrahim. Il y avait dans le comité exécutif entre autres Layachi Yaker, Abderahmane Cheriet et bien sûr les membres fondateurs tels que Belaïd Abdeslam, Mouloud Belahouane, Abdemalek Benhabylès, Benyahia Med Seddik, Lamine Khène, Malek Rédha, Aït Chaâlal, Ali Abdellah, Aoufi Mahfoud, Belarbi Abdelkader, Bouabdellah Mokhtar, Boutamjit Tahar, Brahimi Lakhdar, Brahimi Noureddine, Hamdi Tahar, Houhou Djamel, Kellou Med Messaoud, Khemisti Med, Lakhdari Ali, Mansour Benali, Mokrane Med, Ould Rouis Bachir, Refas Med, Rezzouk Med, Taleb Chouaïb, Tiar Sid Ali, Zirouche Derradji.
Tous ont fait partie du comité exécutif de juillet 1955 à septembre 1962. Les autres étaient membres du comité directeur de juillet 1955 à décembre 1957, tels que Abderrahim Noureddine Largem, Belhacine Saâd, Benyahia Med, Berrah Ghalem, Boudiaf Aïssa, Boudjelab Amar, Faydi Chérif, Ferdjioui Abdelhamid, Ghazali Meziane, Hamouche Arezki, Khellef Maâmar, Krim Rachid, Larbi Med, Rédha Malek, Mokdad Allaoua, Mentouri Mahmoud, Sahnoun Med, Sisbane Chérif...
Ugema pour le FLN
L'Ugema devenant un partenaire crédible dans les milieux estudiantins internationaux et d'organisations, s'est rapprochée de Abane Ramdane FLN, pour engager les actions politiques. L'Ugema se prononcera pour le FLN.
C'est la section Ugema d'Alger qui a lancé l'idée de «la grève générale et illimitée des cours et des examens et départ à l'ALN».
Belaïd Abdeslam a quand même obtenu par le biais d'amis français, un laissez-passer pour aller à Alger et il devait rencontrer Lamine Khène, Allaoua Benbaâbouche, Hachent Malek (frère de Rédha Malek et membre fondateur de l'Ugema) et sera arrêté en 1957 jusqu'à l'indépendance), Sadek Kéramane et Brahim Chergui.
A. Belaïd rencontrera Benkhedda avec Lamine Khène et Benbatouche. Le Mouvement avait été suivi par les lycées qui ont observé la grève et dont beaucoup rejoignent les rangs de l'ALN.
Il faut dire qu'à Paris, les leaders de l'Ugema n'étaient pas chauds pour la grève générale et illimitée des cours. Lamine Khène et Benbatouche rejoignirent le maquis et Allaoua Benbatouche tombera au champ de bataille dans la Wilaya II pendant sa traversée de la frontière algéro-tunisienne de retour vers l'intérieur. Et Belaïd devait convaincre ses camarades de Paris de la décision prise pour la grève qu'il faut généraliser à l'ensemble des étudiants algériens.
Aussi c'est définitivement acquis que la jeunesse estudiantine s'intègre dans le vaste mouvement de lutte révolutionnaire de notre peuple. Le 19 mai 1956 s'inscrivait donc dans une stratégie de lutte menée par le FLN et c'est au CE du FLN qu'il sera ordonné le 3 octobre 1957, la fin de la grève à l'ouverture de la rentrée universitaire de l'année 1957/1958. Les autorités françaises opèreront la dissolution de l'Ugema le 28/01/1958. Certains des étudiants algériens dans les universités de France ont rejoint l'ALN par leurs propres moyens tels que Mustapha Lallam, Med Gueddi (membre fondateur de l'Ugema), mort au combat (étudiant en médecine), les frères Belhocine membres de l'Ugema, morts au combat, Ahmed-Chérif Mentouri dit Mahmoud frère de M. Bachir Mentouri membre fondateur de l'Ugema, rejoint l'ALN aux frontières et meurt en 1957 au Maroc et tomba au champ d'honneur dans la Wilaya V. Yahia Farès (membre fondateur de l'Udma, rejoint l'ALN), Med Toumi.
D'autres étudiants seront acheminés par la Fédération de France FLN. En décembre 1956, l'Ugema rompt tout contact avec l'Unef qui voulait infléchir sur la ligne politique du mouvement et ne sera repris qu'en 1960 avec une nette évolution de l'Unep pour les thèses FLN et donc de l'Ugema.
Par l'ampleur de la grève, les étudiants algériens ont réussi à sensibiliser les étudiants du reste du monde, y compris ceux de France, car le mouvement estudiantin aurait une influence considérable sur les opinions de leurs pays respectifs et sur l'opinion internationale.
De nombreux étudiants recevaient des bourses d'études par le biais de l'Union Internationale de Etudiants (UIE) dont le siège est à Prague. II faut dire que des non-grévistes avaient été exclus de l'Ugema.
La grève a été d'une portée politique certaine à bien des égards. Quelque 2000 entre étudiants et lycéens dans les universités d'Alger, France, Zitouna, Karaouine (Fès), Moyen-Orient, Institut Ben Badis et El Ketania de Constantine formaient l'effectif global des étudiants mobilisés en 1956.
Parmi eux, Belkacem Zeddour qui fut un martyr de la révolution, Brahim Mezhoud, Adda Benguetaf, Abbou Kacem Saâdallah, Malek Benabi, Med Ksour, Torki Rabah, Abdelkader Benkaci, Yahia Bouaziz, Abbou Alliouche, Med Meftah, Nour Abdelkader, qui ont fait les universités du Moyent-Orient (le Caire, Damas, Bagdad etc.), notamment au Caire où ils se rencontraient au Club estudiantin maghrébin ou à Damas où le bureau des étudiants était présidé par Youcef Rouissi, organisé en commission des étudiants, ensuite en ligue des étudiants.
Le Mouvement estudiantin aux sources de l'Ugema
On peut dire que la grève des étudiants fut un tournant dans l'engagement du mouvement de l'intelligentsia dans les rangs de la Révolution. Ce sont ces élites formées qui prendront les postes de responsabilité dans l'économie, la diplomatie, l'encadrement de l'ANP et l'administration au lendemain de l'indépendance.
Mais le combat idéologique se poursuivra à l'ombre des luttes de position et le mouvement estudiantin ne sera pas indemne des différents conflits et débats d'idées au plan systémique, 49 ans après...
Beaucoup de témoignages et d'ouvrages écrits sur le rôle de l'Ugema et son engagement dans le mouvement de libération nationale auront donné à l'Unea et les autres organisations estudiantines et de la jeunesse, les référents qui demeureront à jamais, le symbole de cette jeunesse combative et imprégnée des hautes valeurs humanistes.
Ce sera un anniversaire qui s'inscrit dans le cadre du 50e anniversaire de la Révolution et qui ouvre les horizons en ce XXIe siècle à une Algérie solidaire, réconciliée, sous la clairvoyance et la vision éclairée de la démarche du président Bouteflika dans la réhabilitation des grands hommes, des héros de notre histoire lointaine et contemporaine. Au moment où plus que jamais le devoir de mémoire nous interpelle afin d'immortaliser les faits saillants de notre combat libérateur contre toutes les tentatives de falsification et d'atteinte à la dignité et à la mémoire de nos chouhada.
Cette occasion est aussi celle d'une réponse énergique à la loi du 23 février 2005 qui voulait positivement glorifier les atrocités et le génocide du colonialisme perpétrés contre le peuple algérien durant les 132 ans de présence coloniale et qui ont laissé des séquelles indélébiles dans la mémoire collective.
Notes:
1- Mahfoud Bennoune et Ali Kenz: «Le Hasard et l'histoire», entretiens avec Belaïd Abdeslam. La lutte des étudiants et la formation de l'Ugema, p.89,
Enag. Alger, 1990.
2- Guy Perville: «Les Etudiants algériens de l'Université française» (1880-1962), au Cnrs Paris 1984.
3- Bruno Etienne: «Les étudiants algériens, lutte, Ugema, Tunis, 1960».
4- Revue Athakafa n°92 avril 1984. Action des étudiants algériens au Moyen-Orient par Amar Bahloul. P. 115.
5-Slimane Cheikh: «L'Algérie en armes», 1981, CPU pp.251-253.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.