Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    Gaïd Salah persiste et signe    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Louisa Hanoune maintenue en prison    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    130 comprimés psychotropes saisis par la police    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'IFA premier producteur étranger de cinéma en Algérie
Publié dans L'Expression le 23 - 12 - 2017

L'Institut français en Algérie (IFA), ce n'est pas seulement l'apprentissage de la langue de Molière, c'est aussi la production audiovisuelle et cinématographique. Cette année, en 2017, la majorité des films récompensés à l'international est coproduite par l'Institut français, sans doute le seul institut étranger dépendant de l'ambassade de France à consacrer un budget important dans l'audiovisuel et le cinéma. En effet l'ambassade de France est la seule mission diplomatique à posséder un budget important pour financer des oeuvres cinématographiques, des shorts programmes et des documentaires. Le plus édifiant demeure la production En attendant les hirondelles, le film de l'année en Algérie et surtout premier long-métrage de Karim Moussaoui, qui était également programmateur de cinéma à l'Institut français d'Alger (Ex-CCF). Le film a été sélectionné à la 70e édition du Festival de Cannes, dans la section Un certain regard. L'IFA a également contribué au financement de deux autres longs-métrages en Algérie en 2017: Les bienheureux de Sofia Djama, qui a été sélectionné à la 74e Mostra de Venise où elle a décroché le Prix de la meilleure actrice décerné à la jeune Lina Khoudri et un Prix de la meilleure réalisation décroché au Festival de Dubaï et Jusqu'à la fin des temps, premier long-métrage de Yasmine Chouikh, produit par la société Making of. L'Institut français d'Algérie encourage également les jeunes cinéastes en prenant en charge leur premier film, à travers le laboratoire du documentaire d'Alger: parmi ces films on retiendra Nweli (je reviendrai) documentaire de Amine Kabbès, A l'ombre des mots, documentaire de Amel Blidi et Je suis là, un short documentaire de Farah Abada. Comme pour le théâtre, la musique et la peinture, l'IFA encourage le cinéma algérien, qui n'arrive pas à se frayer un chemin dans les coulisses de la production cinématographique en Algérie. Ainsi l'IFA, en soutenant avec des petits budgets honorables des films algériens et en les accompagnant dans les festivals français, offre une visibilité à l'artiste algérien dans le monde. Cette stratégie culturelle contraste avec les Maisons de la culture du pays qui n'investissent pas un dinar dans les courts-métrages et les docs qui sont créés ici et là et qui s'imposent à travers plusieurs festivals dans le pays. Mais ce soutien à la production cinéma par l'IFA a un prix, une dépendance à la culture française et la vision culturelle de la France qui encourage des films qui défendent les valeurs de la laïcité, de la République et de la démocratie. Reste que l'IFA n'est pas la seule organisation culturelle étrangère à soutenir des projets cinéma en Algérie et l'Institut espagnol Cervantès, l'Institut italien et le Gothe Institut allemand apportent leur pierre à l'édifice de la coopération culturelle et cinématographique en Algérie.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.