BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parc zoologique d'Alger, il était une fois...
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2018


Nouvelle vie. «Le parc zoologique (d'Alger) est dissous» est-il mentionné dans l'article 1er du décret 18-41 signé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia et publié dans le dernier numéro (N°3) du Journal officiel. Connu des Algérois comme le plus grand espace de loisirs de la capitale, il a cependant perdu, depuis belle lurette, ses moments de gloire. S'étendant sur une superficie de plus de 300 hectares dont 70 ha occupés par les animaux du zoo et 70 autres ha réservés aux manèges et autres appareils de divertissements tandis que le reste est couvert par une forêt aussi dense que luxuriante. Deux hôtels (Mouflon d'or et Moncada) se trouvent également à l'intérieur de ce site. Créé en 1982, ce parc zoologique et de loisirs n'avait cessé de se dégrader depuis des années. Des tentatives de sauvetage ont eu lieu en vain. C'est ainsi qu'il a été question de confier le parc à une société sud-coréenne pour en faire un «DisneyLand» algérien. Un peu avant, en 2013, une étude de réhabilitation en «forêt récréative» a été réalisée par un bureau d'expertise algérien. Projet qui n'a pas abouti. Après avoir changé de tutelle en passant de la wilaya d'Alger au ministère de l'Agriculture, le parc zoologique a été convoité, tout récemment, par l'APW d'Alger qui a demandé son rattachement aux services de la wilaya d'Alger. Dans sa demande, l'APW d'Alger avait fait état de «vols de matériels, de détournements de pièces détachées, de l'abandon des animaux, etc.». La mauvaise gestion de cet «établissement public à caractère industriel et commercial» était connue de tous. Les familles ne s'y rendent plus comme dans les années 1980 où les attractions étaient multiples et variées. Il y avait le petit train à roues, 11 jeux pour adultes et neuf pour les enfants. La sécurité était parfaitement assurée. Cette dissolution qui vient d'intervenir était plus que souhaitable pour ce lieu de détente qui était en passe de devenir un endroit mal famé. Reste maintenant à savoir ce que va devenir ce lieu. «Les biens, droits et obligations (du parc zoologique, Ndlr), sont transférés à l'entreprise publique économique «Société d'investissement hôtelier (SIH)» précise l'article 3 du même décret de dissolution. Précisons également que les emplois sont préservés. Pour ceux qui ne connaissent pas la SIH, rappelons que c'est l'entreprise qui a réalisé l'hôtel Sheraton d'Alger et celui d'Oran. C'est elle aussi qui a réalisé et gère le Centre International des Conférences Abdelatif Rahal (CIC) d'Alger. C'est elle qui a créé et gère l'Ecole supérieure d'hôtellerie et de restauration d'Alger (Eshra). Ce choix de la SIH, aux réalisations grandioses, est révélateur des objectifs ambitieux des autorités pour réhabiliter ces 300 ha. Ce dont on est sûr, c'est qu'il était temps d'en finir avec un statu quo qui ne profitait qu'aux prédateurs. Renaissance à suivre!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.