Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Houthis posent des conditions à un retrait de Hodeida
YEMEN
Publié dans L'Expression le 06 - 06 - 2018

Le port de Hodeïda est vital pour la mission de l'ONU
Selon des sources politiques yéménites, parmi des conditions posées par les Houthis pour un retrait de Hodeida figurent la réouverture de l'aéroport de Sanaa aux vols commerciaux, la levée totale du siège des ports yéménites et l'arrêt des raids aériens de la coalition militaire saoudienne.
Des tractations impliquant l'ONU au Yémen en guerre se sont intensifiées pour éviter une bataille entre des rebelles contrôlant le port de Hodeida (ouest), crucial pour l'aide humanitaire, et des forces progouvernementales appuyées par Ryad et Abou Dhabi qui s'en rapprochent. Des sources politiques yéménites ont fait état d'une proposition de transfert du port de Hodeïda sous la supervision directe des Nations unies. Mais les insurgés ont posé «des conditions impossibles» en échange de leur retrait de cette grande ville sur la mer Rouge, a affirmé un responsable du camp gouvernemental opposé aux rebelles.
Le nouveau médiateur de l'ONU, le Britannique Martin Griffiths, est depuis samedi dans la capitale yéménite Sanaa, également aux mains des rebelles Houthis soutenus par l'Iran, après avoir rencontré le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi dans la capitale saoudienne Ryad. «L'envoyé spécial discute avec les parties des pas à effectuer pour faire baisser les tensions, notamment à Hodeïda», point d'entrée d'une bonne partie des importations et de l'aide humanitaire au Yémen, a déclaré le porte-parole des Nations unies à New York, Stéphane Dujarric. Lors d'une rencontre lundi à Sanaa avec M. Griffiths, un responsable politique rebelle, Mehdi al-Mashat, a confirmé que des négociations étaient en cours et que les Houthis étaient prêts à avancer si l'autre camp faisait preuve de bonne foi. «Tout comme notre doigt est sur la gâchette pour défendre notre nation, sa souveraineté, sa sécurité, son unité et son indépendance, nous tendons la main de la paix chaque fois que les autres parties montrent qu'elles sont sérieuses», a dit M. Mashat, cité par l'agence de presse rebelle Saba.
Il a appelé l'ONU à «jouer son rôle pour alléger la crise humanitaire provoquée par l'agression» menée selon lui par les forces progouvernementales soutenues par l'Arabie saoudite.
Selon des sources politiques yéménites, parmi des conditions posées par les Houthis pour un éventuel retrait du port de Hodeïda figurent le paiement des salaires des fonctionnaires civils et militaires dans les territoires contrôlés par les rebelles, la réouverture de l'aéroport de Sanaa aux vols commerciaux, la levée totale du siège des ports yéménites et l'arrêt des raids aériens de la coalition militaire saoudienne. Il y a d'autres conditions, selon ces sources, notamment des excuses pour la mort d'un chef rebelle, Saleh al-Samad, tué dans une frappe de la coalition en avril dans la province de Hodeïda. «Les Houthis ont adopté une position inflexible et posé des conditions qui bloquent les efforts visant à parvenir à une solution politique», a déclaréà Riyadh un haut responsable yéménite.»Pour l'heure», a-t-il ajouté, le médiateur de l'ONU «a échoué dans ses efforts pour convaincre (les Houthis) de se retirer (de Hodeïda) sans se battre et de remettre le port à l'ONU, en raison des conditions» rebelles selon lui.
Lundi soir, à Riyadh, le porte-parole de la coalition qui intervient au Yémen en soutien aux forces progouvernementales a affirmé que l'alliance antirebelles s'était rapprochée un peu plus de Hodeïda. «L'armée yéménite appuyée par des forces de la coalition sont à neuf kilomètres de Hodeïda», a assuré le colonel saoudien Turki al-Maliki en citant l'objectif de «libérer» la ville portuaire. «Nous recevons des renforts» et «retirons des mines» avant d'autres opérations, a-t-il dit.
Par ailleurs, l'officier a indiqué que la défense antiaérienne saoudienne avait intercepté un missile balistique tiré depuis le Yémen vers la ville saoudienne de Yanbu (ouest), sans qu'il y ait de victimes. Les tirs de missiles rebelles vers l'Arabie saoudite se sont intensifiés depuis novembre. Ryad accuse Téhéran de fournir ce type d'armements aux Houthis, ce que l'Iran dément. Outre Hodeïda et Sanaa, les Houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), contrôlent depuis fin 2014 de vastes régions du nord et de l'ouest du Yémen. En mars 2015, l'Arabie saoudite a pris la tête d'une coalition militaire pour venir en aide au gouvernement internationalement reconnu qui s'est réfugié dans le sud et, pour le président, à Riyadh. Le conflit yéménite a fait près de 10.000 morts, plus de 55.000 blessés et provoqué, selon l'ONU, «la pire crise humanitaire du monde».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.