ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Un voyage au coeur de l'humain..."
HASSEN METREF, DIRECTEUR DU FESTIVAL RACONT'ARTS, À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 22 - 07 - 2018

img src="http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P180722-09.jpg" alt=""Un voyage au coeur de l'humain..."" /
Et c'est parti! C'est devant des centaines de gens que s'est ouverte, jeudi, la 15e édition du festival culturel le plus populaire et indépendant d'Algérie, à savoir Racont'Arts. Cette année, il a lieu au village le plus haut perché de la Kabylie, Tiferdoud. Chaque année, c'est dans une ambiance particulière qu'est vécue cette effervescence, dans un nouveau village, au grand bonheur des estivaliers, participants, artistes et autres visiteurs. Le directeur du festival Racont'Arts nous parle de son festival...
L'Expression: Nous sommes à la 15ème édition du festival de Racont'Arts. Quel est le secret de la longévité de ce festival?
Hassen Metref: Elle est bonne cette question, car j'ai répondu à une journaliste par écrit et j'ai oublié une chose. Je disais que c'est la simplicité, mais le secret de la longévité de Racont'Arts c'est le fait qu'il puise son énergie de la force de tajmaât, autrement l'agora, l'assemblée du village. Parce que Racont'Arts est pris en charge par tajmaât. Cette force, ils l'ont depuis la nuit des temps. Ces tajmaât ont traversé des siècles de tourmente et ont survécu à des invasions terribles. Ce sont des tajmaât aguerries. Le secret de Racont'Arts c'est vraiment tajmaât.
Chaque année vous faites un village différent. Pourquoi cette itinérance?
Cette itinérance, contrairement à ce que les gens croient, n'a pas été voulue dès le départ. Cela a été accidentel. Parce qu'on était à un moment donné à Béni Yenni. On avait organisé trois éditions, mais quand on voyait que certains élus et autorités locales ne nous aidaient pas beaucoup on a décidé d'aller voir ailleurs. ça a commencé comme ça et finalement c'est le destin qui a décidé que ça se passe comme ça car on a découvert une formule extraordinaire. L'itinéraire de ce festival fait que Racont'Arts prenne à chaque édition une couleur propre à un village. Aucune édition ne ressemble à l'autre.
On dit que Racont'Arts est victime de sa popularité et de son succès parce que ces villages ne sont pas par définition des hauts lieux touristiques possédant des hôtels ou des sites d'accueil. Comment parvenez-vous à réaliser ce projet phénoménal avec des centaines d'invités dans des petits villages?
Je ne sais par quoi vous répondre. Nous aussi au départ on croyait que ce n'était pas possible. Quand on a démarré l'aventure et qu'on avait dit qu'on allait herber les gens dans des maisons, beaucoup de gens nous ont dit qu'en Kabylie cela ne pourra pas se faire. On s'est dit qu'on allait laisser le terrain nous répondre et qu'on ne perdait rien à essayer. Et voir si cela va marcher ou pas. Finalement ça a marché. ça prouve que les villages kabyles sont accueillants contrairement aux idées reçues et préjugés sur les villages kabyles comme quoi ils n'accueillent pas les étrangers, que ce sont des villages conservateurs etc. On est en train de prouver depuis 15 ans que les villages kabyles sont très ouverts, très accueillants et que parfois ils peuvent même donner des idées d'ouverture aux citadins. Ça je peux vous le garantir
Vous accueillez beaucoup d'artistes étrangers en plus. C'est vraiment très cosmopolite, très éclectique
Oui c'est vraiment très éclectique et c'est un festival international. Cette année on accueille plus de 100 artistes qui viennent de l'étranger, notamment du Brésil, Portugal, Mali, Congo, Tunisie, Maroc, Allemagne et Etats-Unis. Cette année nous avons 13 ou 14 pays qui participent.
Comment se fait la sélection?
ça aussi c'est un phénomène typiquement Racont'Arts aujourd'hui, c'est que maintenant le festival n'invite plus ce sont les gens qui s'invitent à Racont'Arts. Les artistes qui sont venus à Racont'Arts nous ont contactés. Il faut le dire et le reconnaître de façon modeste peut-être, mais Racont'Arts est en train de gagner sur le plan de l'aura internationale. Dans le milieu des intermittents du spectacle en France, notamment en Espagne et en Italie Racont'Arts se fait connaître là-bas. Il y a des pays comme la Russie et les USA qui viennent maintenant, des artistes qui ont eu des échos et souvent ça se fait par contact personnel. Ce sont des artistes qui témoignent de leurs expériences et font passer le message. Il y a une belle expérience qui s'est établie en Kabylie depuis des années, ça vaut le coup de la vivre, même si c'est un peu dur et rude, mais c'est vraiment une semaine magique. C'est un voyage au coeur de l'humain. Une vraie aventure humaine avec tous les aléas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.