Manchester City: Foden lance un message à Mbappé    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Un projet de décret exécutif sur la portabilité des numéros de téléphonie mobile examiné par le gouvernement    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Coronavirus: 176 nouveaux cas, 116 guérisons et 4 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.961.387 morts dans le monde    Real : Une relation qui se complique entre Zidane et son président ?    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    FAF... la mascarade continue    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Liverpool et Dortmund prêts à surmonter leur handicap    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Les étudiants continuent de marcher    L'espoir d'une reprise    Des journalistes reviennent en... autostop !    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Zorc optimiste pour Haaland    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Saidal fabriquera du Levothyrox    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guitouni: "Nous serons au rendez-vous de 2030!"
LE PREMIER APPEL D'OFFRES DE 100 MW LANCE AVANT LA FIN DE L'ANNEE
Publié dans L'Expression le 31 - 07 - 2018


le ministre de l'Energie
Le ministre de l'Energie, qui reconnaît le retard accumulé, estime toutefois que l'Algérie est sur la bonne voie pour atteindre l'objectif tracé par le chef de l'Etat, qui est de 22 000 MW d'énergie renouvelable à l'horizon 2030. Un voeu pieux ou une vraie stratégie?
«On commencera par 100 MW!». C'est avec cette phrase qui a laissé dubitatif plus d'un que le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a lancé le Forum national de préparation du lancement d'un appel d'offres national de développement des énergies renouvelables par voie de mise aux enchères. Le scepticisme des présents à cet événement qui s'est tenu, hier à l'hôtel El Aurassi d'Alger, s'explique par le retard de plus de trois ans qu'a pris cet appel d'offres, mais surtout par la réduction significative de la taille des projets concernés. En l'espace d'une année, on est passé de 4025 MW à 1300 MW avant de finir par un petit projet de 100 mégawatts. Un aveu d'échec qui remet en cause l'ambitieux projet des 22.000 MW à l'horizon 2030? «L'essentiel est de commencer...», réplique le ministre de l'Energie non sans assurer que l'Algérie sera au rendez-vous de 2030. «Il n'y a ni manque d'ambition ni remise en cause du plan de développement des énergies renouvelables que le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, a érigé en priorité nationale», souligne-t-il avant de rappeler les raisons du retard. «On devait développer 4025 MW d'un seul coup. Leur coût est estimé entre 8 et 10 milliards de DA. La crise financière est passée par là, on a donc cherché la meilleure solution pour mener à bien le projet des 22.000 MW sans faire mal aux finances du pays», a-t-il expliqué. «On a alors décidé, en impliquant le secteur privé, de se lancer d'abord dans la fabrication des composants des centrales solaires. On ne voulait pas que les devises du pays partent à l'étranger», a-t-il poursuivi. «Grâce à certaines entreprises qui y ont cru, comme Condor et Enie, nous avons commencé à fabriquer des panneaux photovoltaïques «made in bladi». On peut maintenant se lancer dans le développement des ENR», a-t-il soutenu. Guitouni a donc décidé de commencer par le...commencement. Cela, pour lui, passe par le développement d'une industrie des énergies renouvelables avec un réseau de sous-traitants et des PME locales. «Il faut mettre le pied à l'étrier. C'est un premier appel d'offres qui devra être lancé avant la fin de l'année en cours. Mais d'autres plus gros suivront», assura-t-il en insistant sur les enseignements qui seront tirés de cette première expérience. «Nous lançons un appel à tous les investisseurs privés qui voudront prendre le train en marche. Nous allons leur accorder de grandes facilités, à l'instar du terrain, de l'exonération de certains impôts, de prêts bancaires. Mais surtout l'énergie renouvelable produite, sera directement achetée par la Sonelgaz. Leur production est vendue d'avance», atteste le ministre. Mustapha Guitouni a assuré dans ce sens, que les terrains accordés seront proches des réseaux électriques afin que l'électricité produite soit directement versée dans le réseau national. «Le chef de l'Etat nous a dicté une stratégie claire que nous suivrons pour être au rendez-vous des 22.000 MW à l'horizon 2030», a-t-il garanti. «En adoptant, en 2011 son programme national de développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, et en procédant à sa mise à jour en 2015, l'Algérie a confirmé son choix de valorisation optimale et de diversification de ses ressources énergétiques», met-il en avant. Il faut rappeler que bon nombre d'ouvrages de production d'électricité à partir de sources d'énergies renouvelables, ont été réalisés, avant et après l'adoption du programme national, avec la mise en service de la centrale électrique hybride solaire-gaz de Hassi R'mel en mai 2011, suivie de deux autres projets pilotes, à savoir la centrale expérimentale de Ghardaïa de 1,1 MWc et le parc éolien d'Adrar de 10,2 MW. «Aujourd'hui, nous pouvons compter, grâce aux projets réalisés par la société Sktm, filiale de la Sonelgaz, plus de 343 MW de capacité installée en renouvelables, localisée dans les régions des Hauts-Plateaux et du grand sud du pays», précise le ministre de l'Energie. «Sonatrach compte, pour sa part, lancer des projets pour l'installation d'une capacité solaire d'environ 1,3 GW pour couvrir 80%de ses besoins sur site», a-t-il annoncé. «Les sites connectés au réseau électrique et à un gazoduc ont les meilleures conditions pour accueillir des installations solaires à court terme, avec un gain net estimé d'environ 2 milliards de dollars d'ici 2040», a-t-il conclu avec beaucoup d'ambition. Guitouni et ses 100 MW tiendront-ils le pari de 2030? Wait and see...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.