La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Derrière les sanctions, le flou demeure
L'IRAN FAIT FACE AUX PREMIERS EFFETS DE LA STRATEGIE AMERICAINE
Publié dans L'Expression le 06 - 08 - 2018

Après avoir claqué la porte de l'accord, signé en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, l'administration Trump ne s'en cache pas: elle compte frapper l'Iran d'une «pression maximale», diplomatique et économique.
De lourdes sanctions américaines frapperont de nouveau l'Iran demain, entérinant la ligne dure affichée par Donald Trump depuis son retrait unilatéral de l'accord sur le nucléaire iranien, sans éclaircir cependant sa stratégie à long terme face à Téhéran. La première vague de nouvelles sanctions entrera en vigueur mardi à 04h01 GMT (00h01 à Washington). Elle inclura des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des sanctions sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.
Une seconde phase de sanctions s'abattra en novembre sur le secteur pétrolier et gazier ainsi que la banque centrale. Déjà sous le coup du plongeon spectaculaire de leur monnaie, les Iraniens se demandent où va désormais mener cette crise entre les deux pays. Après avoir claqué la porte de l'accord, signé en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, l'administration Trump ne s'en cache pas: elle compte frapper l'Iran d'une «pression maximale», diplomatique et économique. Mais le doute demeure sur ses visées à long terme, et sur les risques accrus, ou non, d'un conflit. D'autant que Washington souffle le chaud et le froid. Donald Trump a ainsi surpris, la semaine dernière, en affirmant être prêt à rencontrer les dirigeants iraniens «quand ils veulent», ce que Téhéran a refusé. Même si son chef de la diplomatie, Mike Pompeo, a rapidement tempéré cette déclaration, les propos du président républicain ont d'autant plus étonné qu'ils survenaient après une nette escalade de tensions verbales avec son homologue iranien, Hassan Rohani. Ce dernier avait le premier conseillé à Donald Trump, fin juillet, de «ne pas jouer avec la queue du lion», affirmant qu'un conflit avec l'Iran serait la «mère de toutes les guerres».
Le bouillant milliardaire républicain avait alors menacé, en toutes majuscules sur Twitter, de «CONSEQUENCES TELLES QUE PEU AU COURS DE L'HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT». Peu après, le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, avait affirmé que Washington ne cherchait pas à faire tomber le régime iranien. «Nous avons besoin qu'ils changent leur comportement sur un certain nombre de menaces posées par leur armée, leur service secret, leurs représentants et leurs intermédiaires», avait-il expliqué. Partisan d'une ligne dure face à l'Iran, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, a lui par le passé plaidé publiquement en faveur d'un changement de dirigeants. «Pour Bolton et les autres, la pression est une fin en soi», analyse Suzanne Maloney, chercheuse au centre de réflexion Brookings Institution. Aux yeux de l'administration Trump, «tant mieux si elle mène à une capitulation» face aux demandes américaines, mais «encore mieux si elle mène à un changement de régime», affirme-t-elle. «L'Iran et son économie, vont très mal et cela va vite. Qu'il y ait une réunion ou pas importe peu. C'est à eux de voir», a twitté Donald Trump samedi soir. La ligne dure de Washington semble en tout cas avoir déjà eu un impact.
Ainsi, à la surprise de responsables militaires américaines, aucune friction entre navires militaires américains et forces iraniennes n'a été rapportée dans le Golfe cette année alors que les Etats-Unis ont par le passé accusé Téhéran de s'en prendre régulièrement à leurs soldats. Si l'Iran sent une volonté «de fer du côté américain, ils reculent, s'ils sentent une confusion du côté américain, ils poussent... et en ce moment, ils perçoivent le fer», affirme Mark Dubowitz, du think tank Foundation for Defense of Democracies, qui avait plaidé pour une renégociation de l'accord iranien. Soulignant que l'Iran a testé moins de missiles dernièrement, ce dernier estime que le ton utilisé par Donald Trump abaisse en fait les risques d'escalade vers un conflit. «Il estime qu'en parlant fermement, il renforce la crédibilité du pouvoir militaire américain», explique-t-il. A moyen terme, les analystes entrevoient plusieurs scénarios. Les sanctions et l'isolement diplomatique pourraient pousser le régime iranien à s'asseoir à la table des négociations.
La crise financière et le malaise social pourraient également s'aggraver au point de pousser les dirigeants dehors, tout en risquant également de galvaniser le sentiment anti-américain. Enfin, le régime iranien pourrait revenir sur ce que Washington désigne comme son «influence néfaste» dans la région, notamment son soutien au dirigeant syrien Bachar al-Assad. En attendant, les deux présidents, Trump et Rohani, viendront chacun s'adresser en septembre à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.