Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un groupe armé annonce une trêve
UNE RENCONTRE COMMUNAUTAIRE A LIEU AVEC LE PREMIER MINISTRE AU MALI
Publié dans L'Expression le 04 - 10 - 2018

Le Premier ministre a assuré de «la volonté du gouvernement malien de faire tout ce qu'il faut pour ramener la paix, pour la consolider», promettant une présence accrue de l'Etat par les projets de développement.
Le chef d'un groupe armé dogon accusé d'exactions envers des civils peuls dans le centre du Mali s'est engagé mardi à un cessez-le-feu lors d'une rencontre à Mopti entre les deux communautés présidée par le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga. Dans le centre du Mali, les violences intercommunautaires se multiplient depuis trois ans entre Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l'agriculture. «Dogons, Peuls, nous sommes des frères. Je dépose les armes, mais il faut que l'Etat malien assure la sécurité de tous les citoyens», a déclaré Youssouf Toloba, chef d'état-major du groupe Dan Nan Ambassagou, affilié aux chasseurs traditionnels dogons. «Il faut que l'Etat malien trouve du travail aux jeunes», a poursuivi M. Toloba, resté invisible ces derniers mois, dont le groupe a signé la semaine dernière un «engagement en faveur d'un cessez-le-feu unilatéral», après avoir repoussé une initiative en ce sens un mois auparavant.
Le Premier ministre a assuré de «la volonté du gouvernement malien de faire tout ce qu'il faut pour ramener la paix, pour la consolider», promettant une présence accrue de l'Etat par les projets de développement. M. Maïga avait présidé en mars à Koro, près de la frontière burkinabè, épicentre de ces violences, une rencontre de réconciliation entre dirigeants peuls et dogons où il s'était engagé à «désarmer de gré ou de force les milices». Mais ces violences se sont au contraire multipliées. Depuis le début de l'année, elles ont fait plus de 300 morts parmi les civils dans le centre du pays, selon l'ONU. Les Peuls dénoncent des exactions de la part de groupes de chasseurs, tolérés voire encouragés selon eux au nom de la lutte contre les terroristes, par les autorités ou l'armée, ce que dément le gouvernement. Plus tôt dans la journée, à l'occasion de la rentrée des classes, le Premier ministre avait mené près de Mopti une opération de réouverture d'écoles fermées à cause de l'insécurité. «L'Etat va renforcer la sécurité pour permettre aux enfants d'aller à l'école. Nous serons présents plus que jamais», a-t-il déclaré. M. Maïga a également procédé à la distribution de kits scolaires et annoncé le financement de cantines pour encourager les enfants à retourner en classe. Il s'est également rendu à Bandiagara pour la pose de la première pierre d'une université. «A la fin de l'année scolaire, en raison de l'insécurité résultant des menaces et des attaques de groupes extrémistes violents, 735 écoles sont restées fermées» au Mali, dont 464 dans la région de Mopti, souligne dans son dernier rapport trimestriel sur le pays le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Il a été établi «que 1.108 écoles avaient fermé leurs portes au moins une fois (pendant 20 jours d'affilée) durant l'année scolaire 2017-18» privant «332.400 enfants de scolarité», selon le rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.