Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vives tensions entre Washington et Kaboul
DIALOGUE AVEC LES TALIBANS
Publié dans L'Expression le 16 - 03 - 2019


Un proche conseiller du président afghan Ashraf Ghani a provoqué jeudi un début de crise diplomatique avec les Etats-Unis en critiquant vivement les pourparlers de paix entre Washington et les talibans, et plus particulièrement «l'ambition personnelle» de l'émissaire américain Zalmay Khalilzad. «On ne sait pas ce qui se passe. La transparence n'est pas suffisante», a déclaré à quelques médias américains le conseiller afghan à la sécurité nationale Hamdullah Mohib lors d'une visite à Washington.»Nous sommes les derniers à être tenus au courant», a-t-il déploré. Ce haut responsable afghan a ensuite été «convoqué» par le numéro trois du département d'Etat américain, David Hale, qui a «rejeté» ses critiques «de l'approche américaine de la réconciliation» en Afghanistan, a rapporté dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino. En cause: les discussions directes entre gouvernement américain et talibans qui ont démarré durant l'été 2018 à Doha et dont la dernière session en date s'est conclue mardi. A l'issue des précédentes phases de la négociation, Zalmay Khalilzad s'était à plusieurs reprises rendu à Kaboul pour informer le gouvernement afghan, mais mardi, il est rentré directement à Washington. Les autorités de Kaboul ne participent pas aux tractations à ce stade car les insurgés ont toujours refusé, jusqu'ici, de parler à un gouvernement qu'ils considèrent comme une «marionnette» des Américains. Au-delà de la forme, le haut responsable afghan a attaqué de manière inhabituelle les intentions américaines. Le négociateur américain a fait état mardi de «vraies avancées», évoquant un «accord préliminaire» sur les «garanties» que les talibans doivent fournir en matière de contreterrorisme et sur le «retrait des troupes» américaines, tout en précisant que le calendrier et les mesures détaillées devaient être «finalisés».»Nous sommes contents d'apprendre qu'il y a des progrès», a lancé Hamdullah Mohib, mais «nous avons le sentiment que s'il y a un accord, c'est un mauvais accord». Il a dit redouter que la seule intention des talibans soit de gagner en «légitimité» en tant qu'interlocuteurs des Etats-Unis après plus de 17 années de guerre. Surtout, il a mis en cause Zalmay Khalilzad, lui-même né en Afghanistan. «Il a des ambitions en Afghanistan. Il a voulu briguer la présidence à deux reprises», a-t-il dit. «L'impression en Afghanistan» est que «peut-être toutes ces discussions ont pour but de mettre en place un gouvernement de transition dont il deviendrait le vice-roi», a-t-il dénoncé, accusant l'émissaire américain de «tenir à l'écart un allié et partenaire». Selon Robert Palladino, le gouvernement américain a prévenu le conseiller afghan que «toute attaque contre l'ambassadeur Khalilzad était une attaque contre le département d'Etat et n'avait comme conséquence que de nuire aux relations bilatérales et au processus de paix». Devant la presse, il a toutefois redit la «confiance» de Washington envers le président Ghani, assurant qu'il n'y avait suffisamment de coordination et d'échanges réguliers avec Kaboul.»Un dialogue interafghan doit faire partie de tout accord final», a estimé le porte-parole de la diplomatie américaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.