Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





130 civils tués pendant une visite du Conseil de sécurité
MALI
Publié dans L'Expression le 25 - 03 - 2019

Groupes terroristes et Dogons multiplient les exactions
Dans un communiqué, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a évoqué un bilan plus lourd. «134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués et au moins 55 blessés» à la suite de l'attaque, indique-t-il, affirmant être «choqué et outré» par ce massacre.
Plus d'une centaine d'habitants d'un village peul du Mali ont été tués, samedi, par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso, en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU dans un Sahel en proie à la menace terroriste. Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe terroriste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs propres «groupes d'autodéfense». Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l'ONU. Samedi à l'aube, c'est un de ces groupes de chasseurs dogons présumés qui est à l'origine d'un carnage à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, tuant plus d'une centaine de villageois, selon des sources concordantes. Dans un communiqué samedi soir à New York, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a évoqué un bilan dépassant les 130 morts.»Au moins 134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués et au moins 55 blessés» à la suite de l'attaque, indique-t-il, en affirmant être «choqué et outré» par ce massacre. «Le secrétaire général condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice», ajoute le communiqué diffusé par l'ONU. Une mission composée d'un détachement de l'armée et des autorités locales est arrivée sur place dans l'après-midi, selon une source de sécurité.»Ce sont les chasseurs traditionnels qui sont accusés par les rescapés», avait souligné dans la journée le préfet de Bankass, Boubacar Kané, parlant pour sa part de «115 morts, dont les éléments peuls du DDR cantonnés dans le village de Ogossagou». Il faisait référence à l'extension au centre du pays depuis le début de l'année du processus de «désarmement, démobilisation et réinsertion» (DDR) prévu par l'accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés. Selon l'association de défense des droits des populations pastorales Kisal, qui avait signalé des «exactions perpétrées contre la communauté peule par des hommes armés habillés en chasseurs dans le cercle de Bankass», les personnes tuées incluent «le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille». Selon des témoins, les cases du village ont été incendiées. L'ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre, a parlé d'une «attaque terrible» que «nous condamnons fermement», lors d'une conférence de presse samedi à Bamako. La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a «condamné fermement de telles attaques contre des civils», dans un communiqué publié samedi. «En soutien au Gouvernement malien, la Minusma a fourni un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque et a aidé à l'évacuation des blessés», a précisé Antonio Guterres dans son communiqué. La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion) a «condamné avec la dernière énergie ce crime imprescriptible» et appelé «à la cessation immédiate de ces massacres qui s'apparentent à un véritable pogrom orchestré», dans un communiqué distinct. L'attaque est survenue six jours après un attentat terroriste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l'armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire. Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance terroriste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l'opération de Dioura par les «crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls». Après avoir été reçus vendredi par le président Ibrahim Boubacar Keïta, les ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité ont rencontré samedi les signataires de l'accord de paix de 2015 puis le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, avec lequel ils ont évoqué la situation dans le centre du pays, selon l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.