De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chirac «corrige» les députés
LOI GLORIFIANT LA COLONISATION
Publié dans L'Expression le 10 - 12 - 2005

Le président français en décidant de créer une «mission pluraliste» sur la question de la colonisation tente de désamorcer la crise avec Alger.
Après la vague de remous qu'a provoquée la loi du 23 février, qui fait l'apologie du «rôle positif» de la colonisation outre-mer et en Afrique du Nord, votée par le Parlement français, et la polémique qui s'en est suivie entre Alger et Paris, le président français Jacques Chirac est monté jeudi au créneau tentant de calmer les choses afin, entre autres, de désamorcer la crise patente avec Alger -qui met notamment en péril le traité d'amitié devant lier l'Algérie et la France- en annonçant la création d'une «mission pluraliste» devant plancher sur l'action du Parlement face à l'Histoire. La situation s'est quelque peu compliquée ces derniers jours après la confirmation le 29 novembre, par la majorité du Parlement - dominé par l'UMP le parti de M.Chirac - de l'article 4 controversé de la loi du 23 février par le rejet d'une éventuelle abrogation demandée par le Parti socialiste français. Dans son intervention de jeudi, M.Chirac a indiqué qu'il serait «très attentif» aux recommandations de cette «mission» ouverte, souligne-t-il, «à toutes les sensibilités» et aux historiens.
Ces derniers ont de fait été les premiers à dénoncer la prétention du Parlement français à «orienter» l'écriture de l'Histoire enseignée dans les écoles et les lycées. La mission installée jeudi par le chef de l'Etat français doit rendre ses conclusions, indique-t-il, d'ici à trois mois. Selon les observateurs français, l'éventualité de la suppression de l'article 4 controversé de ladite loi reste ainsi d‘actualité. Dans une déclaration solennelle faite jeudi à l'Elysée, résidence de la présidence française, Jacques Chirac a affirmé que «ce n'est pas à la loi d'écrire l'Histoire». «L'Histoire, a-t-il indiqué, c'est la clé de la cohésion d'une Nation, mais il suffit de peu de choses pour que l'Histoire devienne un ferment de division, que les passions s'exacerbent, que les blessures du passé se rouvrent». Le président français qui a observé, ces dernières semaines, sinon le mutisme du moins une certaine distanciation par rapport au débat, a expliqué que «dans la République, il n'y a pas d'Histoire officielle. Ce n'est pas à la loi d'écrire l'Histoire, l'écriture de l'Histoire, c'est l'affaire des historiens». Aussi, souligne-t-il «c'est pourquoi face au débat suscité par l'article 4 de la loi du 23 février 2005, j'ai proposé au président de l'Assemblée nationale, M.Jean-Louis Debré, qui l'a accepté, de constituer une mission pluraliste pour évaluer l'action du Parlement dans les domaines de la mémoire et de l'Histoire». Par ailleurs, le chef de l'Etat français a invité le gouvernement à créer «dans les meilleurs délais» la Fondation sur la mémoire, prévue à l'article 3 de la loi sus-citée. L'article 4 de la loi du 23 février relative à l'indemnisation des rapatriés, notamment des harkis, stipule que «les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord». La majorité parlementaire a refusé le 29 novembre de supprimer cette disposition qui a été ajoutée, rappelle-t-on, par un amendement parlementaire de la majorité UMP.
Alger qui a condamné la loi du 23 février y voit une apologie manifeste et scandaleuse de la colonisation et des crimes qu'elle a commis -au nom de l'Etat français- notamment en Algérie. De fait, cette « loi de la honte » telle qu'elle est qualifiée à Alger, a également rattrapé l'un de ses initiateurs, Nicolas Sarkozy, -ministre de l'Intérieur et patron de l'UMP parti de la droite (majoritaire au Parlement)- qui a été contraint, mercredi, d'annuler le déplacement qu'il avait prévu de faire aux Antilles, ces «départements français» d'outre-mer où on lui a fait savoir qu'il n'était point le bienvenu. Ainsi, ce ne sont pas seulement les Algériens qui ont mal perçu cette loi rétrograde et réactionnaire mais bien tout les peuples qui ont eu souffrir du joug de la colonisation et à connaître de la «civilisation» de la matraque des colons français.
De fait, cette affaire a eu des retombées négatives sur la cohésion de la majorité au pouvoir en France en commençant à diviser ses rangs. Ainsi, le Premier ministre, Dominique de Villepin, s'est désolidarisé jeudi des élus de la majorité en estimant qu'il n'était pas dans «le rôle» du Parlement d'écrire les manuels d'Histoire et que cette mission incombait à l'Inspection générale de l'éducation nationale. Le président Chirac a par ailleurs estimé que «comme toutes les nations, la France a connu la grandeur, elle a connu les épreuves. Elle a connu des moments de lumière et des moments plus sombres». Faisant de toute évidence référence aux remous et polémiques autour de la loi incriminée, Jacques Chirac affirme: «C'est un héritage que nous devons assumer tout entier, que nous devons assumer dans le respect des mémoires de chacun, des mémoires parfois blessées et qui constituent chez beaucoup de nos compatriotes une part de leur identité» et d'ajouter que la France, «est marquée par la diversité des hommes et des horizons qui font sa force et aussi sa richesse». «Cette Histoire, c'est notre patrimoine, c'est notre identité, c'est notre avenir. Nous devons en être fiers» Et le chef de l'Etat français de conclure: «Il faut maintenant que les esprits s'apaisent, il faut que vienne le temps d'une réflexion sereine, dans le respect des prérogatives du Parlement, dans la fidélité à nos idéaux de justice, de tolérance et de respect, dans un esprit d'unité et de rassemblement.» .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.