Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois maires disent non!
REVISION DES LISTES ELECTORALES À TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2019

Le Hirak dure depuis maintenant près de neuf semaines
Beaucoup s'attendent à l'effet boule de neige dans les heures et les jours à venir. D'autres maires seraient sur le point de rejoindre les rangs du refus.
Après les juges, les maires commencent à rejoindre les rangs de ceux qui refusent d'organiser la prochaine élection présidentielle annoncée dans la foulée du Hirak qui dure depuis maintenant près de neuf semaines. La fronde des élus locaux a commencé en Kabylie et elle se poursuivait encore hier dans quatre communes de la wilaya de Tizi Ouzou: Yakouren, Souk El Tenine, Agouni Gueghrane et Ait Aïssa Mimoun. Une réunion des élus serait attendue aujourd'hui mardi pour une position commune.
Ainsi, dans une déclaration rendue publique, le président de l'APC de Yakouren, une cinquantaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya, a annoncé le refus de son exécutif d'organiser l'élection pour plusieurs raisons avancées. Pour le premier magistrat de cette commune, le peuple a disqualifié cette élection par son refus exprimé massivement lors des deux marches précédentes. Un véritable référendum du refus que les millions d'Algériens ont réalisé par une révolution du Sourire. Aussi, considère-t-il, que les élus du peuple doivent se soumettre à sa souveraineté en refusant d'organiser cette échéance.
Les élus ont, en effet, plusieurs moyens de disqualifier le scrutin présidentiel. C'est d'abord à eux qu'incombe la révision des listes électorales, procédure obligatoire avant chaque élection. Sans cette procédure, toute échéance est impossible à organiser. Les élus ont aussi un rôle prépondérant dans l'organisation de l'élection, le jour «J». C'est pourquoi, ce refus exprimé après l'appel du gouvernement au lancement de la révision des listes électorales risque ainsi de paralyser toute l'opération au niveau de cette commune.
Quelques heures plus tard, un autre maire exprime son refus d'organiser l'élection. Cette fois, c'est le maire de la commune d'Agouni Gueghrane qui refuse de se soumettre à l'instruction du gouvernement Bedoui au sujet de la révision des listes électorales. Pour les mêmes raisons, le président d'APC de cette circonscription située dans la daïra des Ouadhias a donc rejoint les rangs du refus commencé à Yakouren. Toutefois, ce dernier a dans sa déclaration chargé le nouveau wali installé mercredi dernier à la tête de ka wilaya de Tizi Ouzou en remplacement de Abdelhakim Chater rappelé par le gouvernement comme chef de cabinet du Premier ministre. Pour le maire, le nouveau wali nommé par ce gouvernement est un clandestin.
Dans la même journée d'hier, les maires des communes de Souk El Tenine dans la daïra de Maâtkas et Aït Aïssa Mimoun à Ouaguenoun ont annoncé également leur refus de se soumettre à la décision du Premier ministre Noureddine Bedoui. Dans page Facebook, le premier magistrat de la commune affirme qu'il informe l'opinion publique de son refus de procéder à la révision et à la préparation de l'élection présidentielle du 4 juillet 2019 et cela par respect à la volonté du peuple algérien et par une conviction, profondément, personnelle. Le maire d'Aït Aïssa Mimoun, de son côté, annonce qu'il ne procédera pas à la révision de la liste électorale ni l'organisation de ce scrutin dans sa commune.
Enfin, beaucoup s'attendent à l'effet boule de neige dans les heures et les jours à venir. D'autres maires seraient sur le point de rejoindre les rangs du refus, à en croire des voix concordantes. Les mêmes sources annonçaient une réunion des élus aujourd'hui, mardi, pour une éventuelle position commune au sujet de l'organisation de l'élection présidentielle du 4 juillet 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.