Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al Serraj se rend à Rome, Paris et Berlin
AFFRONTEMENTS ENTRE L'ANL DE HAFTAR ET LES FORCES DU GNA EN LIBYE
Publié dans L'Expression le 07 - 05 - 2019

Al Serraj a accusé la France de double jeu
La visite à Paris revêt une importance particulière pour le GNA qui a, à plusieurs reprises, accusé la France de soutenir, au moins politiquement, le maréchal Haftar.
Le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, entame aujourd'hui une tournée des principales capitales européennes pour y «réunir des soutiens contre l'agression» du maréchal Khalifa Haftar, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères. Le Premier ministre du GNA, gouvernement reconnu par la communauté internationale, rencontrera successivement le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte ce matin, la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin dans la soirée, puis le président français Emmanuel Macron demain à Paris, détaille un communiqué du porte-parole du ministère. Une visite en Grande-Bretagne est également envisagée, est-il encore précisé. Le chef du Conseil présidentiel du GNA, Fayez Al-Sarraj, est à Rome pour des discussions avec le Premier ministre italien, Giuseppe Conte sur la situation en Libye, selon des médias. La visite d'Al-Serraj dans la capitale italienne «intervient à la suite de plusieurs conversations téléphoniques entre les deux responsables, axées sur la situation en Libye», selon l'agence de presse italienne Aki. Dimanche, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) avait appelé à l'occasion du mois sacré de Ramadhan à «une trêve humanitaire d'une semaine renouvelable» dans le pays, suite à l'agression menée depuis plus d'un mois par les troupes du général en retraite Khalifa Haftar contre Tripoli où siège le GNA. Selon Aki, l'Italie «cherche à obtenir un cessez-le-feu dès que possible et à trouver une solution politique à la crise». Il s'agira de la première visite à l'étranger d'Al-Sarraj depuis le début de l'agression contre la capitale libyenne il y a plus d'un mois et qui a fait au moins 392 morts et 1.936 blessées. La Libye est le théâtre de nouveaux affrontements meurtriers depuis le lancement le 4 avril par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est du pays, d'une offensive militaire sur Tripoli, siège du GNA de Fayez al-Sarraj. Après une progression rapide, les troupes du maréchal Haftar piétinent depuis un mois aux portes de Tripoli, barrées par les forces loyales au GNA, dont font partie des groupes armés de la ville de Misrata. Des combats se déroulent quotidiennement dans la banlieue sud de la capitale et au sud de la ville. La visite à Paris revêt une importance particulière pour le GNA qui a, à plusieurs reprises, accusé la France de soutenir, au moins politiquement, le maréchal Haftar. Les autorités françaises ont toujours démenti, affirmant leur opposition à une opération militaire et leur attachement à «un processus politique sous l'égide de l'ONU». Depuis le 4 avril, les affrontements et les bombardements ont fait au moins 432 morts, 2.069 blessés et plus de 55.000 déplacés, selon l'ONU, qui a multiplié les appels à cesser les hostilités.
Plongée depuis un mois dans un conflit meurtrier, la Libye apparaît plus que jamais embourbée dans le chaos, après l'appel, dans la nuit de dimanche à lundi, du maréchal Haftar à redoubler d'efforts pour conquérir Tripoli, siège du Gouvernement d'union nationale, et un Parlement divisé. Dimanche après-midi, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a une nouvelle fois exhorté les belligérants à «une trêve humanitaire d'une semaine renouvelable», à l'occasion du début du Ramadhan lundi. Le maréchal Haftar a opposé à cette demande une fin de non-recevoir: durant la nuit, il a donné consigne à ses troupes d'»infliger une leçon plus dure encore» aux forces qui défendent la capitale libyenne et le GNA. «Je vous appelle à infliger à l'ennemi, avec votre force et votre détermination, une leçon plus dure et plus grande encore que les précédentes (...) jusqu'à ce que vous le déraciniez de notre pays bien-aimé», déclare-t-il à ses troupes dans un message lu par un porte-parole de l'ANL, le général Ahmad al-Mesmari. Sur le plan politique, le Parlement a fait, dimanche, un pas de plus vers une scission durable, avec la désignation par 42 députés dissidents, d'un président «provisoire» du Parlement, en alternative au président actuel, Aguila Salah, soutien du maréchal Haftar. Le Parlement, composé de 188 députés élus en 2014, siège dans l'est du pays, où il a fui après la prise de Tripoli par une coalition de milices. D'abord installé à Tobrouk, il a déménagé le 13 avril à Benghazi, fief du maréchal Haftar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.