Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak entre l'admiration et la peur
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2019

Pendant des années, et plus précisément depuis le 4ème mandat, les Algériens étaient devenus la risée de tout un continent. Et comme le ridicule ne tue pas, ils ont même dû subir, toute honte bue, les images de la sacralisation du cadre présidentiel auquel les spécialistes de l'entrisme politicien offraient un burnous ou un cheval. Néron aurait, sans doute, applaudi un tel spectacle!
Dieu merci, le Hirak a surgi comme un véritable séisme qui a ébranlé les fondements d'un système obnubilé par ses avantages indus, autant que par son injuste oppression dont ont souffert les Algériens, en général, et la génération 1999-2019, en particulier. Belle comme une légende, cette naissance a surpris tout le monde et son père, puis elle a suscité la curiosité et, enfin, elle a généré une admiration, de plus en plus profonde, effaçant l'image affligeante de deux décennies de corruption et de faits du prince, d'un autre temps. Certes, les fruits déjà cueillis ne sont pas de nature à contenter les millions de manifestants qui en veulent plus, et c'est normal, si l'on tient compte des immenses frustrations longtemps accumulées. Mais comme c'est toujours le cas, des âmes charitables ont aussitôt embarqué dans le train de la contestation, dans le but de le fourvoyer et de mettre à genoux l'Algérie du 1er Novembre 1954, avec tous ses idéaux. Les manipulations et les mots d'ordre suspects ont plu mais c'était sans compter avec la maturité d'un peuple qui, toutes générations confondues, n'entend compromettre ni ses principes ni ses aspirations profondes. Celles-ci peuvent se résumer en deux mots, la justice et la souveraineté. Des exigences dont l'armée a entériné la recevabilité et qu'elle a choisi, aussitôt, de soutenir pleinement. On sait ce qu'il en est advenu dés lors, avec la cohorte des innombrables figures qui défilent devant les tribunaux, en attendant que soient récupérées les sommes faramineuses dont le pays a été spolié. Il faut comprendre que l'expérience algérienne n'est pas de nature à plaire à certains pays et, encore moins, à en rassurer d'autres. Dans notre voisinage maghrébin, elle donne des sueurs froides à des régimes qui nous regardent en chiens de faïence et qui rêvent de voir l'Algérie sombrer dans un chaos sans fin. Faute d'y parvenir directement, ils s'emploient à attiser les flammes, comme dans la Libye déchirée où l'insécurité permanente contraint notre armée à une vigilance de première rigueur. Si le Hirak algérien devait débordait dans leur contrée, c'est tout l'équilibre géostratégique actuel qui s'en trouverait affecté et cela, les puissances occidentales n'en veulent à aucun prix. Plus que jamais, en effet, elles s'en tiennent à un «ilot de stabilité», indispensable à la lutte contre le terrorisme, attendant d'y voir pousser les germes d'un peuple enfin dompté.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.