Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Le PAD lance ses propres consultations    Le RAJ célèbre la première année du Hirak    L'Algérie, sacré pays ou terre profane ?    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    Les dossiers Khelil et Ghoul transmis à la Cour suprême    Un apport indéniable    Le P-dg d'Ooredoo expulsé d'Algérie ?    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    L'Algérie s'engage à Tunis avec le Comelec    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Serport saisit la justice    Erling Haaland, naissance d'un géant    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    La FAF met la pression sur l'entraîneur Saber Bensmaïn    Fin de mission du comité de sauvegarde de l'USMA    CRB : quelle charnière centrale à Biskra ?    Agression d'une enseignante par un étudiant, le syndicat s'insurge    Les syndicats chez Ouadjaout la semaine prochaine    SOS Méditerranée sauve 98 personnes d'un nauffrage    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    ACTUCULT    Les chemins vers l'art    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Zahir Abdjaoui en concert à Montréal    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Division nationale amateurs - Centre: Le WA Boufarik sur du velours    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak entre l'admiration et la peur
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2019

Pendant des années, et plus précisément depuis le 4ème mandat, les Algériens étaient devenus la risée de tout un continent. Et comme le ridicule ne tue pas, ils ont même dû subir, toute honte bue, les images de la sacralisation du cadre présidentiel auquel les spécialistes de l'entrisme politicien offraient un burnous ou un cheval. Néron aurait, sans doute, applaudi un tel spectacle!
Dieu merci, le Hirak a surgi comme un véritable séisme qui a ébranlé les fondements d'un système obnubilé par ses avantages indus, autant que par son injuste oppression dont ont souffert les Algériens, en général, et la génération 1999-2019, en particulier. Belle comme une légende, cette naissance a surpris tout le monde et son père, puis elle a suscité la curiosité et, enfin, elle a généré une admiration, de plus en plus profonde, effaçant l'image affligeante de deux décennies de corruption et de faits du prince, d'un autre temps. Certes, les fruits déjà cueillis ne sont pas de nature à contenter les millions de manifestants qui en veulent plus, et c'est normal, si l'on tient compte des immenses frustrations longtemps accumulées. Mais comme c'est toujours le cas, des âmes charitables ont aussitôt embarqué dans le train de la contestation, dans le but de le fourvoyer et de mettre à genoux l'Algérie du 1er Novembre 1954, avec tous ses idéaux. Les manipulations et les mots d'ordre suspects ont plu mais c'était sans compter avec la maturité d'un peuple qui, toutes générations confondues, n'entend compromettre ni ses principes ni ses aspirations profondes. Celles-ci peuvent se résumer en deux mots, la justice et la souveraineté. Des exigences dont l'armée a entériné la recevabilité et qu'elle a choisi, aussitôt, de soutenir pleinement. On sait ce qu'il en est advenu dés lors, avec la cohorte des innombrables figures qui défilent devant les tribunaux, en attendant que soient récupérées les sommes faramineuses dont le pays a été spolié. Il faut comprendre que l'expérience algérienne n'est pas de nature à plaire à certains pays et, encore moins, à en rassurer d'autres. Dans notre voisinage maghrébin, elle donne des sueurs froides à des régimes qui nous regardent en chiens de faïence et qui rêvent de voir l'Algérie sombrer dans un chaos sans fin. Faute d'y parvenir directement, ils s'emploient à attiser les flammes, comme dans la Libye déchirée où l'insécurité permanente contraint notre armée à une vigilance de première rigueur. Si le Hirak algérien devait débordait dans leur contrée, c'est tout l'équilibre géostratégique actuel qui s'en trouverait affecté et cela, les puissances occidentales n'en veulent à aucun prix. Plus que jamais, en effet, elles s'en tiennent à un «ilot de stabilité», indispensable à la lutte contre le terrorisme, attendant d'y voir pousser les germes d'un peuple enfin dompté.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.