12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Du sens du patriotisme en Algérie    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mariages, divorces et naissances
Publié dans L'Expression le 30 - 05 - 2019

Avec moins de nouveaux couples et plus de séparations on fait plus d'enfants en Algérie. Pas possible? Ce sont les chiffres officiels qui l'affirment. Pourquoi et comment...
Fake news. Eh, oui même dans la communication officielle, on trouve des informations contradictoires dont on n'arrive pas à détecter le vrai du faux. Exemple: mardi dernier, une dépêche de l'APS, tout ce qu'il y a d'officiel, «tombe» à 14h pour transmettre des chiffres relatifs à la démographie en Algérie qu'elle dit provenant de l'ONS (Office national des statistiques). On baisse la garde et on lit: «Concernant le divorce, les services du ministère de la Justice ont indiqué que 65690 ruptures d'unions ont été prononcées en 2018, enregistrant ainsi une stagnation par rapport à l'année d'avant». On comprend qu'en 2017, le chiffre était le même. Or, Tayeb Louh alors qu'il était ministre de la Justice et répondant à la question d'un sénateur le 4 janvier 2018 a affirmé que «le nombre de divorces enregistré en 2017 s'est élevé à 68.284 cas». Et c'est toujours l'APS qui a rapporté cette réponse du ministre. Que s'est-il passé dans l'intervalle? Pourquoi les chiffres ont changé? Passant de 68.000 cas à 65000 cas pour la même année 2017. Que dire aussi de l'ONS qui reprend les chiffres des services du ministère de la Justice sans se poser de question sur ces différences notables et irresponsables. Surtout sans explication aucune. Que reste-t-il de la crédibilité à accorder à la communication institutionnelle? Comment croire le reste? Dans la même dépêche de mardi dernier, l'APS rapporte que: «Entamée depuis 2014, la baisse de l'effectif des mariages se maintient en 2018. Les bureaux d'état civil ont enregistré 332.000 unions, soit près de 8000 mariages de moins par rapport à 2017». Il y a de l'espoir que ce soit vrai car l'état civil est informatisé aujourd'hui. Le problème que posent ces chiffres contradictoires c'est la légèreté avec laquelle des institutions du pays les utilisent. Car comment des chercheurs peuvent-ils travailler avec de fausses données? Toute la suite de leurs travaux sera forcément fausse. Il est facile de recopier, sur micro, le nombre des naissances dans notre pays mais il est moins facile de connaître la proportion de filles et celle des garçons. Il est encore moins facile de déterminer la moyenne d'enfants par ménage. Mais ce qui est encore plus difficile de comprendre est comment se fait-il qu'avec des divorces en hausse et des mariages en baisse en 2017 le nombre des naissances reste le même qu'en 2016? C'est une étude de la direction de la population au ministère de la Santé qui affirme qu'il y a eu «1.067.000 naissances vivantes en 2016, suivi d'un léger recul en 2017 avec 1.060.000 naissances vivantes». Et c'est toujours via l'APS du 13 juillet 2018. L'APS ajoute: «Le même document (de la santé, Ndlr) révèle aussi que la fécondité a également enregistré une augmentation entre 2000 et 2017, passant de 2,40 enfants à 3,1 enfants par femme». D'ailleurs la même étude tranche, sans appel, «nous avons un taux de natalité parmi les plus élevés du monde» est-il mentionné. Comprendre que les femmes font plus d'enfants ce qui pallie la diminution des mariages et la hausse des divorces. Sauf que les choses ne sont pas aussi simples qu'on le croit. On va arrêter là ces chiffres «indigestes» surtout en plein mois de Ramadhan pour partager avec vous une analyse pragmatique. On nous dit que la baisse des mariages a commencé en 2014. Que s'est-il passé, cette année-là? Rien qui soit en relation avec «la robe blanche». Cette année là, il y a bien eu la chute du prix du baril de pétrole, mais sans aucun lien avec notre sujet. Par contre, en remontant un peu plus avant on trouve en 2012 l'augmentation conséquente des salaires avec effet rétroaffectif depuis 2008. Voilà un moyen qui pouvait donner des «ailes» aux salles des fêtes. D'autant que la femme algérienne est concernée au même titre que l'homme dans cette augmentation. Elle est même plus «bûcheuse» que lui et réussit mieux dans ses études. Et puis surtout il y a eu ces 4 millions de logements neufs qui ont été distribués. On s'attend normalement à une explosion des mariages. D'autant que beaucoup de femmes célibataires ont accédé aux logements Aadl et LPP. On pourrait penser que leur mariage allait suivre. Ceci pour les mariages. Qu'en est-il des divorces dont on nous dit qu'ils sont en hausse? Pour pouvoir ébaucher une réponse, il faut avoir au moins les tranches d'âges, la durée de vie de ces couples, leur situation sociale, etc. Rien, aucun détail n'est donné. Il faut croire Louh et ses services sur paroles. Même s'ils ne disent pas la même chose. Dommage car cela aurait pu être un bon sujet pour nos sociologues. De visu, notre société est en pleine mutation à la faveur de plusieurs facteurs dont la révolution numérique. Le smartphone et facebook sont entrain de changer les hommes et les femmes de la planète entière. Il est loin le temps où l'on comptait seulement sur les voyages pour former la jeunesse. Le tout est de savoir dans quel sens s'opère ce changement!
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.