Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les islamistes de Rachad montrent leurs crocs
Ils ont attaqué les «hirakistes» de la diaspora avec des gaz lacrymogènes
Publié dans L'Expression le 21 - 07 - 2020

De la tragédie grecque à la tragédie algérienne en France, l'agora de la place de la République s'est transformée, récemment, en véritables écuries d'Augias. Telle est la résultante d'un Hirak 2 aux relents, le moins que l'on puisse dire, faits de manipulations et d'agendas dont tout le monde ne voyait pas l'odeur des officines et des nébuleuses se dégager avec force et versatilité au sein de ce Mouvement populaire dont l'objectif était de redresser une situation politique qui a versé dans le pourrissement et l'exacerbation du pouvoir oligarchique incarné par l'impotent et grabataire président déchu et les symboles de son régime honni et pestiféré par la majorité des Algériens et des Algériennes.
Cet intermède a été dévoyé par les missionnés à la solde des officines étrangères comme ce qui vient d'arriver à la place de la République. Les thuriféraires et les cerbères de Rachad ont cette fois montré vertement leur démarche violente qui n'est pas étrange au demeurant à leurs pratiques et leurs stratégies consistant à faire dans la peur et l'extrémisme le plus honni.
Les sbires de Rachad ont osé cette fois recourir à une méthode d'escalade et de propagation de la peur via l'utilisation de la «gazeuse» ou ce qui est appelé communément, le gaz lacrymogène. Le dernier rassemblement des membres du «Hirak de la diaspora» a été le théâtre d'une violence qui nous rappelle la période de la déferlante islamiste du FIS dissous et ses attaques contre tout ce qui faisait référence à l'art, le cinéma, les femmes qui ne portaient pas le hidjab et les galas comme c'était le cas avec Linda De Souza et l'attaque d'une kyrielle de forcenés islamistes contre la salle de l'Atlas. Les exemples sont légion en la matière.
La place de la République vient de vivre une situation identique à celle des années 90 du siècle écoulé, en Algérie.
Les militants qui se disent fervents défenseurs de la double rupture et du projet démocratique, ont été l'objet d'une attaque par les affidés du Rachad en les sommant de mettre un terme à ce rassemblement où les islamistes sont dénoncés par les animateurs de cette agora à la place de la République.
Mais les éléments «perturbateurs» scandaient les slogans chers aux islamistes tels que «dawla islamiya» et des insultes gravissimes à l'image de «vous êtes des kouffar», impies pour être clair.
Cette escalade met un terme à une «cohabitation», voire à un mariage incestueux qui a duré plus de 16 mois pour se rendre compte que l'ennemi était à l'intérieur de cette dynamique populaire dans le but de la dévoyer et la transformer en un instrument de propagande au service de son idéologie mortifère. Le comble, c'est que cette mouvance islamiste avec la nébuleuse de Rachad à sa tête, disait que le Hirak doit reporter le débat sur les questions idéologiques. Mais cette nébuleuse usait de tous les moyens audiovisuels et de réseaux sociaux et des plates-formes pour propager ses fiels et ses scatologies anachroniques. L'enjeu allait réellement prendre une démarche d'entrisme saillant avec la bénédiction des semblants de démocrates qui faisaient dans le principe biscornu et naïf de «khawa-khawa» avec l'ennemi juré de la démocratie en cachant son entreprise d'une manière hypocrite et versatile en vue d'asseoir les fondements d'un Etat théocratique où le Califat remplacera la République et les institutions d'un Etat moderne.
Ce qui vient d'arriver à la place de la République doit servir de leçon aux néophytes de la politique, il est nécessaire de faire son inventaire et déterminer le cap en dehors de cette logique pernicieuse de la nébuleuse islamiste et ses alliés qui se sont auto-proclamés comme étant les représentants du Hirak 2.
La transition qu'ils visaient n'est autre qu'une embuscade qu'ils allaient tendre aux naïfs et les crédules pour vicier la situation politique et s'emparer des institutions de l'Etat et les livrer à leurs mentors de l'étranger.
L'enjeu est crucial, la démarcation est plus que jamais exigée, la menace est bel et bien tangible, les agendas sont bien établis, ce qui renseigne sur une manoeuvre sordide des forces occultes et des nébuleuses à la solde des puissances qui veulent rééditer le scénario coloré de «printemps arabe» en Algérie sur fond d'attaque à tout ce qui fait référence à l'Etat national et l'institution militaire comme instrument de défense de cet Etat et de sa souveraineté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.