Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une longue tourmente sécuritaire
Au Mali, un dernier hommage a été rendu à Soumaïla Cissé
Publié dans L'Expression le 03 - 01 - 2021

Grande figure politique du Mali, le chef de l'opposition Soumaïla Cissé, décédé du Covid-19, le 25 décembre dernier, à l'âge de 71 ans, est devenu un symbole de concorde nationale, avec le défilé de nombreuses personnalités maliennes et étrangères, amis et anonymes, venus par milliers rendre hommage à celui qui était pressenti pour affronter l'ancien président Ibrahim Boubacar Keita, lors de l'élection présidentielle anticipée que réclamait avec force la contestation emmenée par l'imam Moussa Dicko. Son cercueil exposé au Palais de la culture, à Bamako, vendredi dernier, avant l'inhumation, aura cristallisé toute la ferveur dont l'homme bénéficiait auprès de la rue malienne. Eminent personnage public, Soumaïla Cissé avait, par trois fois, tenté de ravir le siège de président et son aura a été particulièrement accrue au lendemain de son enlèvement, en pleine campagne pour les législatives, le 25 mars 2020, par les terroristes du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al Qaïda. Durant les six mois de sa détention, les dirigeants maliens, que ce soit sous l'autorité de l'ancien chef de l'Etat, IBK, ou celle des dirigeants de la transition issue du putsch du 18 août, ont multiplié les efforts pour négocier sa libération, tant son sort était devenu une cause politique nationale. Il sera, finalement, relâché, en même temps que trois autres otages, la Française Sophie Petronin et deux Italiens, dont un prêtre, moyennant une rançon de l'ordre de 30 millions d'euros, pour la première, et de 10 millions d'euros, pour les deux autres, payés par le Vatican, selon une source mauritanienne. Outre le paiement des rançons, plus de 200 terroristes ont été relâchés par les autorités du pays, dans le cadre de l'échange conclu avec le groupe terroriste. Soumaïla Cissé était considéré aussi bien par l'opinion en général que par les forces politiques en particulier comme le candidat idéal pour succéder à IBK, au terme de l'actuelle phase de transition que traverse le Mali, confronté à une tourmente sécuritaire, de plus en plus dramatique. Des délégations représentant les partis amis étaient présentes à la cérémonie, venues de Côte d'Ivoire, du Sénégal ou du Burkina Faso. Le Premier ministre de transition, Moctar Ouane, s'est rendu au Palais de la culture, de même qu'un de ses anciens rivaux, Bocary Treta, pour s'incliner en sa mémoire. Soumaïla Cissé était «un homme bon et de bien... Nos chemins se sont croisés parce qu'il était chef de l'opposition et moi, président de la majorité présidentielle. Mais quand il s'agissait du Mali, nous nous sommes retrouvés», a-t-il indiqué.
Il semble que le Mali n'aura pas même le temps de pleurer le disparu, tant les évènements se bousculent. La justice malienne a, en effet, inculpé, jeudi dernier, six personnalités accusés de tentative de coup d'Etat. Hier, c'est le parquet qui a confirmé l'ouverture d'une information judiciaire à l'encontre de l'ancien Premier ministre malien, Boubou Cissé et cinq autres personnalités, pour atteinte à la sûreté de l'Etat, selon des médias locaux. En plus de l'ancien Premier ministre d'IBK, Vital Robert Diop, directeur général de la société PMU-Mali, Aguibou Macky Tall, directeur général adjoint de l'Agence de gestion du fonds d'accès universel, Souleymane Kansaye, receveur général au Trésor, Sékou Traoré secrétaire général de la Présidence et enfin Ras Bath, artiste et animateur radio, sont poursuivis pour le même chef d'inculpation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.