Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmadjid Chikhi sort de son mutisme
Dossier de la Mémoire
Publié dans L'Expression le 20 - 02 - 2021

Il a parlé. Abdelmadjid Chikhi est enfin sorti de son mutisme. Le conseiller auprès du président de la République, chargé des archives et de la Mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi, a déclaré, jeudi, que le peuple algérien «ne renoncera jamais à sa Mémoire».
Une affirmation pour ne pas dire un euphémisme. «Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines» soulignait le militant noir jamaïcain, Marcus Mosiah Garvey. S'exprimant en marge d'une cérémonie de distinction de lauréats de diverses activités culturelles et sportives, organisée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à l'occasion de la célébration de la Journée nationale du Chahid, Abdelmadjid Chikhi a indiqué que «le peuple algérien ne renoncera jamais à sa Mémoire, car étant le sens même de son existence et la source de sa fierté». Et de soutenir: «L'Algérie est face à des défis majeurs en ce qui concerne la Mémoire, cette Mémoire que certains veulent effacer» soulignant que «le peuple algérien n'y renoncera jamais», car les peuples sans Mémoire sont «des corps sans âmes», voila pourquoi les Algériens doivent être fiers de leur Mémoire. Sur sa lancée, le conseiller auprès du président de la République, chargé des archives et de la Mémoire nationale a appelé les chercheurs dans tous les domaines à «rassembler les bribes de notre histoire et à les étudier objectivement et chronologiquement», insistant sur la coordination entre les historiens spécialisés dans l'écriture de l'Histoire, d'autant, a-t-il souligné, que «la non-réticence à l'égard des connaissances historiques contribue à renforcer la préservation de la Mémoire nationale.» Dans ce sens, Abdelmadjid Chikhi a souligné que l'impératif apport des juristes aux historiens pour comprendre la composition des institutions venues opprimer les citoyens algériens. Des institutions détruites par le colonialisme, selon Abdelmadjid Chikhi. Aussi, a-t-il souligné la nécessité de retourner étudier les institutions et de les soumettre aux historiens pour cristalliser le texte historique dans la légalité et les crimes de colonisation, ce qui permettra aux citoyens de connaître et de comprendre les instituions et reconnaître les crimes coloniaux.
Dans ce cadre, il a évoqué l'importance de l'histoire nationale et de la nécessité de son enseignement aux jeunes générations qui doivent préserver ce lien sacré avec leur glorieux passé et l'histoire révolutionnaire de leur pays libéré au prix d'immenses sacrifices et de souffrances endurées pendant plus d'un siècle. Pour Abdelmadjid Chikhi, le plus grand problème réside dans la spécialisation. Quatre semaines après la remise du rapport de l'historien français, Benjamin Stora, au président Emmanuel Macron, c'est la première fois que Abdelmadjid Chikhi s'exprime sur les «questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie». Est-ce une manière de s'exprimer sur le sujet en attendant la remise de son rapport au président Tebboune? Wait and see. Heureusement que d'autres personnalités s'expriment. Lors d'une plénière consacrée aux questions orales qu'il présidait, ce jeudi, au Conseil de le nation, Saleh Goudjil, a évoqué le rapport Stora, et a affirmé que ce dernier reste «une affaire franco-française».
En effet, le président du Conseil de la nation par intérim a fait savoir que «la position de l'Algérie concernant ce sujet sera connue en temps opportun» soulignant que «la colonisation française ne se limite pas à la seule période de la glorieuse Révolution (1954-1962), mais elle s'étale du 5 juillet 1830 au 5 juillet 1962».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.