L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Alimentation saine et exercice, la combinaison parfaite    Euro 2020 : Le programme du jour    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2020

L'Algérie et la France peuvent surmonter les obstacles qui entravent leurs relations empoisonnées par les questions mémorielles, a estimé Abdelmadjid Chikhi, l'expert algérien chargé de travailler parallèlement avec l'historien français Benjamin Stora sur le dossier brûlant de la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie.
«Si, aujourd'hui, la volonté politique existe de part et d'autre, il y a beaucoup de chances qu'on puisse avancer», a déclaré M. Chikhi dans un entretien vendredi à la télévision publique algérienne.
Il s'agit, selon lui, «d'essayer de construire avec M. Stora quelque chose qui puisse un peu apaiser les mémoires». «C'est un dialogue qui devrait nous amener à reconsidérer les comportements de part et d'autre de la Méditerranée», a-t-il estimé dans cet entretien en français de 50 minutes.
Pour que l'Algérie puisse avoir une relation «équilibrée» avec la France, il faut «assainir ces relations» en se «penchant sur ce problème de mémoire», a plaidé M. Chikhi, directeur général des archives. «C'est un travail de mémoire qui nous est demandé à M. Stora et moi. C'est-à-dire comment amener nos deux peuples à se regarder en face sans s'entretuer», a-t-il souligné.
Les présidents Abdelamadjid Tebboune et Emmanuel Macron ont désigné chacun un expert - Abdelmadjid Chikhi pour l'Algérie et l'historien Benjamin Stora pour la France - afin de travailler sur la mémoire de la colonisation et de la guerre de libération nationale, dans le but de «favoriser une réconciliation franco-algérienne».
M. Chikhi a qualifié de «lueur d'espoir» la restitution par la France début juillet des restes de 24 combattants algériens tués au début de la colonisation française au XIXe siècle: «Ce qui reste à faire pourrait aller dans le même sens», a-t-il dit.
«Cela pourrait prendre un peu de temps mais si nous continuons dans la même logique, dans les mêmes dispositions d'esprit, nous arriverons à des résultats et dépasserons un certain nombre d'obstacles à une restitution de beaucoup de choses, et particulièrement les archives», a insisté algérien.
La France a restitué à l'Algérie une partie des archives qu'elle conservait, mais a elle gardé la partie concernant l'histoire coloniale (1830-1962) et qui relève, selon elle, de la souveraineté de l'Etat français.
L'accès aux archives de la colonisation, déménagées en France après l'indépendance de l'Algérie en 1962, est une des principales revendications de l'Algérie.
«Ces archives appartiennent à l'Algérie. Il s'agit de négocier pour les récupérer. Personne n'a évalué ni le volume ni la quantité. Mais ce qui a été rendu est véritablement insignifiant», a regretté M. Chikhi.
Ce dernier a déploré que «la bonne foi et la bonne volonté qui a présidé à la remise des restes mortuaires n'est pas la même dans la gestion des archives», tout en affirmant qu'il était «très possible de discuter dans un climat apaisé». «Le fait ouvrir d'ouvrir un dialogue avec M. Benjamin Stora pourra peut-être apporter un peu de sérénité», a-t-il conclu. M. Stora a été chargé par Emmanuel Macron de «dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.