L'Agence nationale du foncier opérationnelle en 2022    Covid-19 : Obligation d'un PCR négatif de 48h pour les passagers à destination de la France    Coupe Arabe : Le Maroc bat la Jordanie et se qualifie pour les quarts    Le président Tebboune préside l'ouverture des travaux de la conférence nationale sur la relance industrielle    Les indépendants incontournables    L'Algérie sollicite l'expertise de la Berd    Plus de 4 000 employeurs récalcitrants à Béjaïa    FMI : "Les perspectives restent difficiles"    Nécessité de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine de lutte anti-terroriste    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le CA Batna récupère les points défalqués    Amar Brahmia, président de la commission des candidatures    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Distribution d'équipements à des personnes aux besoins spécifiques    Plusieurs axes routiers fermés    Le spectre d'Omicron    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Le RCK et le MCEB sur du velours    Amara pour une plus grande représentativité de l'Algérie    10 morts dans une attaque terroriste    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Lancement du projet avant la fin de l'année    Cherfa exclut tout retour à ce système    Un réseau de voleurs de cuivre neutralisé    Vers la révision des programmes de formation    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    MOB – USMan : Faux pas interdit pour les Crabes    A l'arrêt depuis des mois voire des années : Deux entreprises publiques relancées    Bonnes nouvelles d'Afrique    Dbeyba, Seif El Islam et Haftar croisent le fer : Suspense haletant en Libye à la veille de la présidentielle    Aujourd'hui à Librairie du Tiers-Monde : Vente-dédicace de Rachid Benaissa et Abdelkader Djeflat    «Mohamed Lamine Debaghine, un grand intellectuel, un historique»    Ramdane Asselah. Moudjahid et auteur : «Sans l'OS, il n'y aurait pas eu de 1er Novembre 1954»    Après l'affaire Pegasus: Un nouveau scandale d'espionnage marocain    Sursaut de dignité au Maroc    Dar El Beïda : une véritable cour    L'hiver est moins rude    Les leçons d'un scrutin    Une clé pour la relance économique    Goudjil souligne la transparence du vote démocratique    «L'opération Barkhane n'est pas un échec»    Le royaume se disloque    Une plaidoirie pour le tourisme saharien    Gabriel Garcia Marquez en débat    «Sœurs» long métrage de Yamina Benguigui    Une satisfaction commune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2020

L'Algérie et la France peuvent surmonter les obstacles qui entravent leurs relations empoisonnées par les questions mémorielles, a estimé Abdelmadjid Chikhi, l'expert algérien chargé de travailler parallèlement avec l'historien français Benjamin Stora sur le dossier brûlant de la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie.
«Si, aujourd'hui, la volonté politique existe de part et d'autre, il y a beaucoup de chances qu'on puisse avancer», a déclaré M. Chikhi dans un entretien vendredi à la télévision publique algérienne.
Il s'agit, selon lui, «d'essayer de construire avec M. Stora quelque chose qui puisse un peu apaiser les mémoires». «C'est un dialogue qui devrait nous amener à reconsidérer les comportements de part et d'autre de la Méditerranée», a-t-il estimé dans cet entretien en français de 50 minutes.
Pour que l'Algérie puisse avoir une relation «équilibrée» avec la France, il faut «assainir ces relations» en se «penchant sur ce problème de mémoire», a plaidé M. Chikhi, directeur général des archives. «C'est un travail de mémoire qui nous est demandé à M. Stora et moi. C'est-à-dire comment amener nos deux peuples à se regarder en face sans s'entretuer», a-t-il souligné.
Les présidents Abdelamadjid Tebboune et Emmanuel Macron ont désigné chacun un expert - Abdelmadjid Chikhi pour l'Algérie et l'historien Benjamin Stora pour la France - afin de travailler sur la mémoire de la colonisation et de la guerre de libération nationale, dans le but de «favoriser une réconciliation franco-algérienne».
M. Chikhi a qualifié de «lueur d'espoir» la restitution par la France début juillet des restes de 24 combattants algériens tués au début de la colonisation française au XIXe siècle: «Ce qui reste à faire pourrait aller dans le même sens», a-t-il dit.
«Cela pourrait prendre un peu de temps mais si nous continuons dans la même logique, dans les mêmes dispositions d'esprit, nous arriverons à des résultats et dépasserons un certain nombre d'obstacles à une restitution de beaucoup de choses, et particulièrement les archives», a insisté algérien.
La France a restitué à l'Algérie une partie des archives qu'elle conservait, mais a elle gardé la partie concernant l'histoire coloniale (1830-1962) et qui relève, selon elle, de la souveraineté de l'Etat français.
L'accès aux archives de la colonisation, déménagées en France après l'indépendance de l'Algérie en 1962, est une des principales revendications de l'Algérie.
«Ces archives appartiennent à l'Algérie. Il s'agit de négocier pour les récupérer. Personne n'a évalué ni le volume ni la quantité. Mais ce qui a été rendu est véritablement insignifiant», a regretté M. Chikhi.
Ce dernier a déploré que «la bonne foi et la bonne volonté qui a présidé à la remise des restes mortuaires n'est pas la même dans la gestion des archives», tout en affirmant qu'il était «très possible de discuter dans un climat apaisé». «Le fait ouvrir d'ouvrir un dialogue avec M. Benjamin Stora pourra peut-être apporter un peu de sérénité», a-t-il conclu. M. Stora a été chargé par Emmanuel Macron de «dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.