Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité
Situation des droits humains au Sahara occidental
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2021


Le président sahraoui, Brahim Ghali a, dans une lettre adressée au Secrétaire général de l'ONU et adoptée comme un document officiel du Conseil de sécurité, dénoncé la situation catastrophique des droits humains dans les territoires occupés du Sahara occidental notamment depuis le rupture du cessez le feu par le Maroc. «J'appelle de toute urgence votre attention et celle des membres du Conseil de sécurité sur la situation catastrophique qui règne dans les territoires du Sahara occidental sous occupation marocaine illégale, en particulier depuis l'acte d'agression perpétré le 13 novembre 2020 contre les territoires libérés du Sahara occidental par l'Etat d'occupation», a écrit le président Ghali, dans sa lettre adressée par le représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès de l'ONU au président du Conseil de sécurité pour la distribuer comme document du Conseil. L'occupant marocain, poursuit le président sahraoui, «a ainsi torpillé le cessez -le-feu de 1991 et déclenché une nouvelle guerre qui pourrait avoir des conséquences extrêmement graves pour la paix, la sécurité et la stabilité dans l'ensemble de la région». «Comme nous l'avions prédit, à la suite de l'acte d'agression marocain, qui avait contraint notre peuple à reprendre sa lutte de libération légitime, l'Etat d'occupation à l'époque semblait déterminé à lancer des représailles à grande échelle contre les civils sahraouis sans défense, les militants des droits humains et les journalistes», a-t-il ajouté. «Tirant parti des restrictions liées à l'apparition de la pandémie de maladie à coronavirus (Covid-19), l'Etat d'occupation a immédiatement commencé à resserrer son siège sur les territoires sahraouis occupés afin de continuer à réprimer et à terroriser les civils sahraouis en toute impunité», déplore encore Brahim Ghali. Il dénonce le fait que c'est, «l'inaction du Secrétariat de l'ONU et du Conseil de sécurité et leur silence consternant face au nouvel acte d'agression du Maroc qui a encouragé l'Etat d'occupation à persister dans ses pratiques répressives et barbares qui visent à terroriser la population des territoires sahraouis occupés». «Aujourd'hui, une situation sans précédent se déroule dans le Sahara occidental occupé, où les autorités d'occupation marocaines emploient tout leur arsenal de sécurité pour mener une guerre d'agression en représailles contre les civils sahraouis sans défense, au vu et au su de l'ONU et de sa mission dans le territoire», a-t-il relevé. Il a soutenu que «l'Etat marocain d'occupation a bien tenté de dissimuler les réalités de la guerre ouverte qu'il a déclenchée dans la région le 13 novembre 2020», soulignant que, «des rapports bien étayés et des témoignages appuyés par des preuves photographiques démontrent que les autorités d'occupation marocaines ont intensifié leurs violations flagrantes du droit humanitaire international et commis des crimes contre les civils sahraouis dans les territoires sahraouis occupés». Par ailleurs, Brahim Ghali rappelle dans sa missive que lors de ses précédentes, le Front Polisario, a attiré l'attention du Conseil de sécurité et de son président «sur la situation des prisonniers politiques sahraouis, dont ceux du groupe de Gdeim Izik, qui continue d'être alarmante en raison des conditions déplorables dans lesquelles ils sont détenus dans les prisons de l'Etat d'occupation marocain (...)». Dans ce contexte, il demande au Conseil de sécurité «d'intervenir d'urgence pour mettre un terme aux souffrances infligées à tous les prisonniers politiques sahraouis et à leurs familles et d'obtenir leur libération immédiate et inconditionnelle afin qu'ils puissent rejoindre leur patrie et retrouver les leurs», rappelant les innombrables grèves de la faim de certains prisonniers pour protester contre leur incarcération illégale persistante et les traitements dégradants qu'ils subissent. Par ailleurs, le SG du Front Polisario estime que, «la guerre d'agression et de représailles menée ces jours -ci dans le Sahara occidental occupé par les autorités d'occupation marocaines avec tout leur arsenal de sécurité s'ajoute au bilan du génocide et des meurtres que l'Etat d'occupation marocain perpètre contre les civils sahraouis depuis le début de son invasion et de son occupation militaire du territoire le 31 octobre 1975». «Tout en condamnant fermement les pratiques de terreur et de représailles auxquelles se livrent les services de sécurité marocains contre nos civils sans défense, nous considérons que l'Etat marocain d'occupation est pleinement responsable de l'escalade et de l'expansion de la guerre qu'il impose à notre peuple», a-t-il assuré. «Nous vous demandons une fois de plus et de toute urgence de traduire dans les faits la responsabilité juridique et morale de l'ONU envers notre peuple, en particulier les civils sahraouis vivant dans les territoires sous occupation marocaine illégale», écrit Brahim Ghali dans sa lettre, précisant que, «cela implique de déployer des mécanismes internationaux de protection et de prendre des mesures concrètes pour assurer leur sûreté et leur sécurité, y compris la création d'un mécanisme indépendant et permanent des Nations unies de protection des droits humains au Sahara occidental occupé et de communication régulière d'information sur la question aux organes compétents de l'ONU».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.