L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le Barça s'offre son 31e sacre    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Manchester City maintient le suspense pour De Bruyne    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Les exigences de la CNCC    6 ans de prison pour deux anciens DG    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Arbitrage : nettoyez les écuries d'Augias !    Coupe de la ligue professionnelle : Les matchs avancés d'une demi-heure    Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    El-Bayadh: Le barrage de Brezina atteint son plus bas niveau    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Mascara: «Saliha», hommage au médecin maquisarde    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Des cités sans eau    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rétrospective des 60 ans de Mustapha Adane!
Galerie Bloom The Art Factory
Publié dans L'Expression le 07 - 03 - 2021

Artiste discret, mais résolument engagé, Mustapha Adane revient au-devant de la scène le samedi 13 mars 2021 à partir de 15h, à l'occasion du vernissage de son exposition qui retracera ses
60 ans de créations!
Un événement majeur, organisé par la galerie sise, à El Biar, Bloom The Art Factory. Présenté comme «un fils de la Casbah, Mustapha Adane est un artiste du peuple par indifférence et peut-être par goût...». Sculpteur, céramiste, designer, architecte d'intérieur, dessinateur, peintre, caricaturiste, spécialiste des émaux sur cuivre, concepteur et graveur de médailles et de la clé de la ville d'Alger... Il est ainsi un touche-à-tout qui a passé une partie de sa vie à servir son pays.
Aouchem 2
Du figuratif à l'abstraction en passant par l'art populaire, ce membre fondateur du mouvement Aouchem et auteur du manifeste Aouchem 2 reste un homme humble, engagé et discret. Il possède à son actif un
parcours colossal qui marquera à jamais l'histoire de l'art algérien. Cet ancien président de l'Union nationale des arts plastiques, Mustapha Adane, n'a pas sa langue dans sa poche. Sensible au beau, mais aussi à toute forme d'injustice, l'artiste s'est souvent élevé contre le mépris et la marginalisation dont font l'objet beaucoup d'artistes en Algérie par le système. Du manifeste Aouchem Un, une réflexion sur le passé de l'Algérie, notamment des fresques du Tassili, à l'Aouchem 2 il n'y a qu'un pas! Fervent défenseur du patrimoine, Mustapaha Adane a ainsi lancé le mouvement Aouchem 2 pour acter ce désir farouche de prendre soin de notre héritage culturel et patrimonial environnemental et ce, en transcrivant cette histoire pour la léguer aux générations futures. À propos de son travail des plus riches, Mustapha Adane, faut-il le noter, peint sur des plaques de cuivre cuites à 1000 degrés. Il travaille sur des grandes plaques qui font 50 sur 40 cm. Les plus grandes plaques au monde.
Peintures abstraites sur cuivre
Dans ses peintures abstraites, Mustapha Adane utilise également de la cire pour insuffler une dimension nouvelle à ces ambiances chatoyantes et colorées de ses tableaux. Avant 1830, l'artiste rappelle, qu'il y avait des clés de la ville d'Alger. Mustapha Adane en a fabriqué de nombreuses jusqu'aux années 1980. Cela a servi comme cadeaux officiels aux invités de l'Algérie. Musptaha a bel et bien marqué de son empreinte l'art moderne algérien. Aujourd'hui, il a quitté Kouba pour installer son nouvel atelier à Bousmail où il a élu domicile là-bas. Son atelier est une véritable antre d'Ali Baba où il faudra des heures et des heures pour saisir tous les secrets de ses trésors et, notamment ses médailles en bronze...
«À travers cette belle rétrospective, nous nous sommes fixés comme objectif de faire connaître l'homme et le grand artiste à la nouvelle génération (étudiants des beaux- arts et autodidactes)! Plus que ça, nous estimons que c'est un devoir de transmettre son héritage colossal et ce de son vivant.
Adane est un vrai militant de la culture algérienne, engagé, mais si discret, au talent qui dépasse de loin la notoriété...d'où notre choix de lui rendre hommage pour ses
60 ans de carrière!» souligne Bloom The Art Factory qui est à l'origine de cette grande exposition exceptionnelle. A découvrir absolument!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.