«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Deux roquettes visent une base abritant des soldats américains
Irak
Publié dans L'Expression le 05 - 04 - 2021


Deux roquettes se sont abattues hier, près de la base aérienne de Balad, abritant des soldats américains au nord de Baghdad, trois jours avant la reprise du «dialogue stratégique» avec la nouvelle administration américaine. Les tirs de ces roquettes n'ont fait ni victimes ni dégâts, a indiqué une source de sécurité. Ils n'ont pas été revendiqués mais Washington accuse régulièrement les groupes armés irakiens pro-Iran de viser ses troupes et ses diplomates. C'est la quatorzième attaque, dont six à la roquette, visant les troupes américaines, l'ambassade des Etats-Unis ou des convois irakiens de soutien logistique aux troupes étrangères depuis que Joe Biden est arrivé à la Maison Blanche en janvier. Au cours de ces attaques -précédées par des dizaines d'autres sous l'administration de Donald Trump- deux Américains ont été tués, ainsi qu'un civil irakien. Un autre Irakien, travaillant pourr une entreprise de maintenance des avions américains F-16 de l'armée irakienne, a été blessé lors de ces tirs de roquettes. Ces tirs sont parfois revendiqués par des groupuscules obscurs, en réalité des faux-nez des groupes armés pro-Iran présents de longue date dans le pays, selon les experts. La preuve pour eux? Une déclaration récente de Qaïs al-Khazali, l'un des leaders du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires née de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) et désormais intégrée à l'Etat, qui regroupe majoritairement des pro-Iran.»La résistance mènent actuellement des attaques et continuera à le faire de plus en plus et de plus en plus fort si les Etats-Unis ne retirent pas toutes leurs troupes combattantes de tout l'Irak, du centre, de l'ouest mais aussi du nord», c'est-à-dire au Kurdistan, a-t-il dit récemment lors d'un rassemblement. Mercredi, la nouvelle administration américaine va entamer un «dialogue stratégique» par visioconférence avec le gouvernement irakien de Moustafa al-Kazimi, régulièrement menacé par les factions armées pro-Iran. Comme un coup de pouce avant le début des discussions, Washington a déjà accordé il y a quelques jours un nouveau répit à Baghdad: quatre nouveaux mois d'exemption des sanctions visant les entités commerçant avec l'Iran, pour permettre à l'Irak d'aborder l'été -l'un des pluus chauds au monde- avec assez d'électricité pour fournir les foyers en climatisation et autres équipements. Ennemis jurés, la République islamique d'Iran et les Etats-Unis ont tous deux une présence ou des alliés en Irak. Washington y déploie quelque 2.500 militaires et l'Iran a entre autres le soutien du Hachd. A chaque attaque meurtrière, Washington menace de faire «le nécessaire» et promet de faire payer le prix fort à l'Iran. Fin février, les Etats-Unis ont ainsi mené un raid contre des miliciens irakiens pro-Iran en Syrie. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 22 miliciens irakiens avaient péri. Selon le Pentagone, la frappe n'avait fait qu'un mort. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a reconnu que cette frappe n'avait pas eu l'effet dissuasif escompté mais plaidé que «personne ne veut d'une escalade». En janvier 2020, une telle spirale avait failli dégénérer en conflit ouvert en Irak, après qu'un drone américain avait tué le général iranien Qassem Souleimani à Baghdad, en riposte à la mort d'Américains en Irak.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.