Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grave escalade à nos frontières
Des drones israéliens au secours du Maroc dans les territoires sahraouis
Publié dans L'Expression le 10 - 04 - 2021


Depuis mardi dernier, des médias marocains jubilent. L'annonce de l'assassinat, dans un tir de drone, du commandant de la Gendarmerie nationale sahraouie, Addah Al-Bendir, a été présentée comme un haut fait d'armes et «un grand succès stratégique dû au génie de Mohamed VI». Secret de Polichinelle. L'exécution de Addah Al-Bendir en mission militaire dans la zone libérée de Rouss Irni, à Tifariti, sous contrôle du Front Polisario, n'aurait jamais été possible sans l'assistance israélienne. Surtout que la technique des assassinats ciblés de chefs militaires est une spécialité qui porte l'ADN sioniste. Elle a été pratiquée sans retenue dans la bande de Ghaza où selon l'ONG israélienne pro-palestinienne B'Tselem, plus de 339 Palestiniens ont été tués lors de telles opérations entre 2000 et 2006. Parmi les affaires les plus connues, on peut citer l'assassinat, en 2020, d'Ahmed Yassine, fondateur du Hamas. Ensuite, depuis quand, l'armée marocaine dispose-t-elle de drones? C'est la première fois qu'il est fait recours aux drones tueurs dans cette guerre. L'usage de drones suppose l'existence d'un satellite capable d'orienter l'appareil et de lui fournir des détails très précis sur sa cible. Plus qu'une opération militaire, il s'agit là d'une action politique et d'une grave escalade à nos frontières. Nul besoin de le décrypter, ce message clair est directement adressé à l'Algérie qui, désormais, doit se préparer à l'impensable au rythme où vont les provocations d'un voisin franchement belliqueux. Dopée par les pays du Golfe, l'armée marocaine a d'abord violé la zone tampon de El Guerguerat, dont le but de porter atteinte à la profondeur sécuritaire et stratégique algérienne. Le Maroc normalise ensuite ses relations avec l'entité sioniste. Ultime provocation, Rabat ouvre la voie à Israël par l'usage de ses drones pour se positionner désormais comme une troisième partie au conflit dans le Sahara occidental. L'entité sioniste planifiait de longue date une telle intervention pour un pied au sud de l'Algérie, à travers des entreprises dont l'activité est directement liée aux questions militaires - armement - et à l'espionnage - télécommunications et aéronautique. L'Algérie, qui tient à sa souveraineté, refuse de se soumettre au diktat du sionisme. Une intransigeance, qui contredit fortement les objectifs géostratégiques occidentaux et israéliens en Afrique du Nord. C'est donc un Etat à détruire en transformant cette région en une «nouvelle Syrie» ou un «nouveau Yémen». La menace est sérieuse et la situation est grave. A quoi peut inciter une pareille situation si ce n'est la mise en sourdine de nos différends politiques et idéologiques, le temps de consolider le front interne? Il faut une réaction plus forte, plus concertée de la société civile, des intellectuels et des partis politiques. Pour Israël, le Maroc est un vieux client en armement. Dans son édition de mercredi dernier, le puissant quotidien Haaretz, rapporte qu'Israël fournit à Rabat des chars depuis les années 1990. Selon le même journal israélien, l'armée marocaine a acquis déjà en 2013 trois drones de type Heron pour un montant de 50 millions de dollars. Ces drones, souligne Haaretz, ont été livrés grâce à l'entremise de la France qui a facilité la transaction et qui a acheminé ces armements via son territoire. Selon un rapport du site espagnol spécialisé «Defensa», Rabat a acquis des drones de renseignements israéliens utilisés principalement pour la surveillance et l'écoute des pays du voisinage, notamment l'Algérie. Ces acquisitions ont été obtenues bien avant l'annonce officielle de la normalisation des relations entre le Makhzen et Tel-Aviv. «L'armée marocaine dispose de drones de combat et de renseignement sans pilote, dont le Hermes 900 du constructeur aéronautique israélien Elbit System utilisé par l'aviation israélienne et mis en service depuis 2012», indique le même site espagnol précisant que les missions de ces drones sont «la surveillance, l'écoute et le relais des communications». L'armée israélienne les a introduits pour la première fois en novembre 2015 dans ses opérations des forces aériennes. Face à cette situation régionale aux menaces certaines, l'Algérie a pris les devants depuis longtemps. La rapide détente des stratèges militaires algériens a permis d'anticiper ces menaces. L'Algérie n'est pas un pays expansionniste, cependant, il faut tenir compte de l'évolution géostratégique. Désormais, la nouvelle Loi fondamentale octroie à l'ANP le droit de poursuite, en dehors des frontières géographiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.