Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    «L'autodétermination, du seul ressort du peuple sahraoui»    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Medaouar devant l'intransigeance de la CAF et le «cas JSK» !    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Dépôt de 26 demandes pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grave escalade à nos frontières
Des drones israéliens au secours du Maroc dans les territoires sahraouis
Publié dans L'Expression le 10 - 04 - 2021


Depuis mardi dernier, des médias marocains jubilent. L'annonce de l'assassinat, dans un tir de drone, du commandant de la Gendarmerie nationale sahraouie, Addah Al-Bendir, a été présentée comme un haut fait d'armes et «un grand succès stratégique dû au génie de Mohamed VI». Secret de Polichinelle. L'exécution de Addah Al-Bendir en mission militaire dans la zone libérée de Rouss Irni, à Tifariti, sous contrôle du Front Polisario, n'aurait jamais été possible sans l'assistance israélienne. Surtout que la technique des assassinats ciblés de chefs militaires est une spécialité qui porte l'ADN sioniste. Elle a été pratiquée sans retenue dans la bande de Ghaza où selon l'ONG israélienne pro-palestinienne B'Tselem, plus de 339 Palestiniens ont été tués lors de telles opérations entre 2000 et 2006. Parmi les affaires les plus connues, on peut citer l'assassinat, en 2020, d'Ahmed Yassine, fondateur du Hamas. Ensuite, depuis quand, l'armée marocaine dispose-t-elle de drones? C'est la première fois qu'il est fait recours aux drones tueurs dans cette guerre. L'usage de drones suppose l'existence d'un satellite capable d'orienter l'appareil et de lui fournir des détails très précis sur sa cible. Plus qu'une opération militaire, il s'agit là d'une action politique et d'une grave escalade à nos frontières. Nul besoin de le décrypter, ce message clair est directement adressé à l'Algérie qui, désormais, doit se préparer à l'impensable au rythme où vont les provocations d'un voisin franchement belliqueux. Dopée par les pays du Golfe, l'armée marocaine a d'abord violé la zone tampon de El Guerguerat, dont le but de porter atteinte à la profondeur sécuritaire et stratégique algérienne. Le Maroc normalise ensuite ses relations avec l'entité sioniste. Ultime provocation, Rabat ouvre la voie à Israël par l'usage de ses drones pour se positionner désormais comme une troisième partie au conflit dans le Sahara occidental. L'entité sioniste planifiait de longue date une telle intervention pour un pied au sud de l'Algérie, à travers des entreprises dont l'activité est directement liée aux questions militaires - armement - et à l'espionnage - télécommunications et aéronautique. L'Algérie, qui tient à sa souveraineté, refuse de se soumettre au diktat du sionisme. Une intransigeance, qui contredit fortement les objectifs géostratégiques occidentaux et israéliens en Afrique du Nord. C'est donc un Etat à détruire en transformant cette région en une «nouvelle Syrie» ou un «nouveau Yémen». La menace est sérieuse et la situation est grave. A quoi peut inciter une pareille situation si ce n'est la mise en sourdine de nos différends politiques et idéologiques, le temps de consolider le front interne? Il faut une réaction plus forte, plus concertée de la société civile, des intellectuels et des partis politiques. Pour Israël, le Maroc est un vieux client en armement. Dans son édition de mercredi dernier, le puissant quotidien Haaretz, rapporte qu'Israël fournit à Rabat des chars depuis les années 1990. Selon le même journal israélien, l'armée marocaine a acquis déjà en 2013 trois drones de type Heron pour un montant de 50 millions de dollars. Ces drones, souligne Haaretz, ont été livrés grâce à l'entremise de la France qui a facilité la transaction et qui a acheminé ces armements via son territoire. Selon un rapport du site espagnol spécialisé «Defensa», Rabat a acquis des drones de renseignements israéliens utilisés principalement pour la surveillance et l'écoute des pays du voisinage, notamment l'Algérie. Ces acquisitions ont été obtenues bien avant l'annonce officielle de la normalisation des relations entre le Makhzen et Tel-Aviv. «L'armée marocaine dispose de drones de combat et de renseignement sans pilote, dont le Hermes 900 du constructeur aéronautique israélien Elbit System utilisé par l'aviation israélienne et mis en service depuis 2012», indique le même site espagnol précisant que les missions de ces drones sont «la surveillance, l'écoute et le relais des communications». L'armée israélienne les a introduits pour la première fois en novembre 2015 dans ses opérations des forces aériennes. Face à cette situation régionale aux menaces certaines, l'Algérie a pris les devants depuis longtemps. La rapide détente des stratèges militaires algériens a permis d'anticiper ces menaces. L'Algérie n'est pas un pays expansionniste, cependant, il faut tenir compte de l'évolution géostratégique. Désormais, la nouvelle Loi fondamentale octroie à l'ANP le droit de poursuite, en dehors des frontières géographiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.