Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve inachevé
Traitement des ordures ménagères à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 18 - 04 - 2021

Si l'incivisme est une réalité à Béjaïa il n'en demeure pas moins que l'absence des équipes de balayage des rues et des trottoirs a aggravé les inondations, conséquences des fortes précipitations qu'a connues particulièrement la ville de Béjaïa depuis mercredi dernier.
L'engorgement des avaloirs des différents quartiers de la ville s'est soldé par leurs inondations. Il fallait intervenir pour les déboucher et c'est ce qu'on fait les pompiers, les équipes de l'ADE et de l'ONA.
Pourquoi faut-il toujours attendre que ça arrive pour intervenir? C'est la question que se posaient encore, hier, les habitant de Béjaïa qui, entre les critiques à l'égard des autorités locales et de wilayas et la reconnaissance de la responsabilité citoyenne, l'histoire du lancement de l'établissement public à caractère industriel et commercial, qui se chargera de la collecte des déchets ménagers et de la protection de l'environnement dans la commune de Béjaïa, n'est toujours pas de mise. Bien que le directeur de cet Epic ait été installé depuis plusieurs mois, cet établissement est toujours inopérant.
Le démarrage de l'Epic communal tarde toujours. En dépit de la désignation d'un directeur, la signature des statuts, la réservation d'une enveloppe financière, l' Epic Béjaïa Provert, qui était censé prendre en charge la gestion de la collecte et le traitement des ordures de la ville de Béjaïa, demeure un rêve. Dépendant de l'APC, la création a été concrétisée avec la signature d'un arrêté communal de création. Un appel à candidature a été lancé ensuite par la commune pour le recrutement d'un directeur répondant à un certain nombre de critères de sélection pour diriger l'établissement. Celui-ci a été ensuite désigné pour ensuite se rendre à l'évidence qu'aucune enquête n'a été effectuée. Pourquoi ce retournement de situation? La question se posait déjà. Et maintenant c'est plutôt celle du lancement de l'Epic qui préoccupe.
Une collecte sainte des ordures ainsi que le balayage des rues et des trottoirs auraient pu éviter ou tout au moins minimisé les inondations du vendredi matin sont principalement causées par les avaloirs qui sont bouchés dans plusieurs endroits, car incapables d'absorber les quantités importantes des eaux de pluies. Des bouteilles, du carton, des sachets en plastique et autres déchets jetés ont obstrué les avaloirs déjà saturés. En l'absence des corbeilles au niveau des principales rues du chef-lieu de wilaya ainsi que des balayeurs ces derniers temps, après la disparation des équipe d'Algérie la blanche, tous les déchets jonchent les trottoirs, les rues et boulevards et sont rarement ramassés. Les balayeurs partis en retraite dans le service d'hygiène communale ne sont jamais remplacés, Point de corbeilles au niveau des principales artères de la commune, Béjaïa sombre dans ces ordures et à la moindre pluie dans les inondations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.