Enseignement supérieur: Une Agence d'accréditation et d'assurance qualité    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Ligue Inter-régions - Play-off: Six tickets pour la Ligue 2 en jeu    A quand un bac réformé ?    Examens de fin d'année: Plaidoyer pour un calendrier «spécial» pour le Sud    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Sommet international à Berlin pour stabiliser la Libye    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Le Groupe de Genève organise une conférence    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Modric est éternel!    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Nouvelle recrudescence    La traque aux fraudeurs    151 Contrebandiers arrêtés en quelques jours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Ce sera en Août!    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    «L'écrivain qui dort en moi»    Les explications d'Algérie Télécom    370 nouveaus cas et 10 décès en 24 heures    Redistribution des cartes    Désormais valables pour l'Algérie    Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    "LE SERMENT"    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran confirme les pourparlers avec l'Arabie saoudite
Annoncées déjà par des sources officielles irakiennes
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2021


Le ministère iranien des Affaires étrangères a confirmé pour la première fois, hier, la tenue de pourparlers avec son grand rival saoudien, mais a affirmé qu'il était encore «trop tôt» pour en évoquer les résultats. Organisées début avril, les discussions, facilités par le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, étaient restées secrètes jusqu'à ce que le journal Financial Times rapporte la tenue d'une première rencontre à Baghdad. «L'objet de ces discussions concernaient à la fois (des sujets) d'ordre bilatéral et d'ordre régional», a affirmé aux journalistes le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh. La reprise du dialogue, déjà confirmée par des sources officielles irakiennes, marque le premier effort significatif pour désamorcer les tensions qui perdurent depuis plus de 5 ans entre les deux puissances rivales de la région. «Mais attendons d'en voir les résultats (...) Il se peut qu'il soit trop tôt pour discuter des détails des négociations», a tempéré M. Khatibzadeh, soulignant que l'Iran avait «toujours été en faveur de ce genre de pourparlers». «La désescalade et l'établissement de relations» entre ces deux pays riverains du Golfe «est bénéfique pour les deux nations», a-t-il dit. L'Iran s'était déjà félicité fin avril du «changement de ton» de l'Arabie saoudite après des déclarations jugées conciliantes du prince héritier saoudien qui avait dit souhaiter «des relations bonnes et spéciales» avec la République islamique. Les pourparlers qui impliquent des diplomates, des responsables politiques mais aussi des militaires de haut rang sont cependant qualifiés de «fructueux», par les dirigeants des deux pays qui veulent avancer avec prudence, compte tenu des tentatives ratées précédemment. Téhéran et Riyadh avaient rompu en 2016 leurs relations diplomatiques, creusant une ligne de fracture dans la région. Ils sont empêtrés dans des conflits régionaux, soutenant des camps opposés notamment en Syrie et au Yémen.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.