«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Union africaine annonce la «suspension immédiate» du Mali
Le président du M5-RFP, Choguel Kokala Maïga, nommé Premier ministre de la transition
Publié dans L'Expression le 03 - 06 - 2021

L'Union africaine (UA) a annoncé mardi soir dans un communiqué sa décision de suspendre à nouveau le Mali, théâtre en mai d'un second coup d'Etat militaire en neuf mois. L'UA «décide (...) de suspendre immédiatement la République du Mali de sa participation à toutes les activités de l'Union africaine, ses organes et ses institutions, jusqu'à ce qu'un ordre constitutionnel normal soit rétabli dans le pays», déclare dans ce texte le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'organisation. L'UA appelle les militaires maliens à «gemment et inconditionnellement retourner dans leurs casernes et à s'abstenir de toute interférence future dans le processus politique au Mali».Elle demande à établir les conditions pour le retour à une transition démocratique «sans entrave, transparente et rapide. Sans quoi, le Conseil n'hésitera pas à imposer des sanctions ciblées et d'autres mesures punitives» contre ceux qui empêchent la transition, ajoute le texte.
La décision de l'UA suit de quelques jours celle de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui a également annoncé suspendre le Mali des ses institutions. Ce pays du Sahel a connu deux coups d'Etat en neuf mois. Le 18 août 2020, le président Ibrahim Boubacar Keïta, dit «IBK», accusé de corruption et d'impuissance face à l'insécurité, est renversé par un putsch après plusieurs mois de manifestations antigouvernementales. L'UA suspend alors le Mali. Mais l'organisation continentale lève cette décision début octobre, après que la junte s'est engagée à une transition vers un pouvoir civil dans les 18 mois. Le 15 avril 2021, les autorités de transition fixent dans ce sens des dates en février et mars 2022 pour les élections présidentielle et législatives.
Mais en mai, les militaires, mécontents d'une recomposition du gouvernement décidée suite à une contestation grandissante, arrêtent le président et le Premier ministre, Bah N'Daw et Moctar Ouane, conduits sous la contrainte au camp militaire de Kati, près de Bamako. La Cour constitutionnelle déclare ensuite chef de l'Etat et président de transition le colonel Assimi Goïta, homme clé dans l'actuelle crise politique.
Ce dernier a assuré que les élections prévues se tiendront courant 2022. Comme aussi, il a amorcé des discussions avec la coalition civile dont les manifestations durant l'été 2020 avaient entraîné la chute du président Ibrahim Boubacar Keita. Incarnée par le mouvement M5-RFP, cette coalition a été pressentie pour proposer un Premier ministre issu de ses rangs, une initiative qui a eu pour effet de provoquer un large soutien à la junte au sein de la population malienne dans son ensemble. Celle-ci aurait eu beaucoup de mal à affronter, une seconde fois, des sanctions économiques, c'est pourquoi ni la Cédéao ni l'Union africaine n'ont procédé à de nouvelles mesures coercitives, se limitant à une suspension du Mali des instances régionales et continentales.
Dans son communiqué, l'UA appelle à ce qu'aucun des responsables actuels ne se présente aux élections à venir et demande la levée des «restrictions» sur tous les acteurs politiques, dont MM. Ndaw et Ouane, actuellement assignés à résidence.
Elle annonce également l'organisation prochaine d'une mission d'évaluation au Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.