L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mouvement El-Islah maintient le cap
Sans siège à l'APN
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2021

Le président du mouvement El-Islah, Filali Ghouini, n'est pas du tout mauvais perdant. N'ayant décroché aucun siège des élections législatives du 12 juin dernier, il n'a pas moins estimé que le rendez-vous électoral était une réussite politique de l'Algérie. Pour Ghouini, le processus électoral «a redonné confiance au peuple quant à sa capacité à être l'artisan du changement». Le propos peut paraître quelque peu trop optimiste, mais le président d'El Islah qui, à l'issue d'une réunion du bureau national du mouvement El-Islah, a précisé que les mem-bres de la direction se félicitaient «de la réussite de l'opération d'édification de l'institution législative et du renouvellement de ses membres dans le cadre du nouveau processus visant le redressement des institutions élues». Ce qui compte, ce n'est donc pas le score, mais l'opération politique elle-même qui a débouché sur le renouvellement du personnel politique.
À bien suivre Ghouini, on est tenté de comprendre que peu importe l'échec d'un ou plusieurs partis, l'essentiel est que l'Algérie dispose désormais d'une institution parlementaire légitime. Le patron d'El Islah partage ce point de vue avec l'ensemble des participants aux joutes électorales qui a confirmé le retour en force du FLN. Un retour sans tache qui donne au vieux parti la pleine légitimité dans l'exercice du pouvoir législatif dans le cadre de la coalition qui verra bientôt le jour.
Après avoir affirmé que le mouvement El-Islah «respecte les prérogatives des différentes autorités, dont l'Autorité nationale indépendante des élections», il a précisé que «les résultats préliminaires et les recours sont entre les mains du Conseil constitutionnel sur lequel nous comptons pour corriger les erreurs et traiter les dysfonctionnements relevés le jour du scrutin».
Une déclaration qui renvoie au respect total dont fait montre le mouvement islamiste à l'endroit des institutions de la République. De nouvelles moeurs politiques qui gagneraient à se généraliser. Cette posture on ne peut plus respectueuse n'empêche pas le constat d'erreurs qui, selon Ghouini, «peuvent être corrigées par la force de la Constitution et de la loi».
Un point en faveur de ce chef de parti qui semble vouloir donner l'exemple. «Dans l'attente de la proclamation des résultats définitifs, nous collectons des données sur les dépassements enregistrés», a-t-il souligné, histoire d'annoncer la couleur, à savoir que le respect n'empêche pas le contrôle. Il reste que Ghouini n'a pas donné plus de détails sur la nature de ces dépassements.
Ghouini a, par ailleurs, insisté sur la nécessité pour les futurs députés de «s'acquitter pleinement de leurs missions législatives, d'exercer un véritable contrôle sur l'action gouvernementale, de défendre les revendications légitimes des citoyens et d'oeuvrer à trouver des solutions à leurs problèmes».
On retiendra dans la délcaration du président du mouvement El Islah que «le processus ne s'arrête pas aux législatives, d'autres étapes suivront, notamment les élections locales et les différents chantiers socio-économiques». Autant d'étapes que le parti islamiste compte visiblement investir pour gagner en expérience et en popularité. Et pour cause, il n'a pas manqué d'afficher la détermination de sa formation politique «à travailler de concert avec tous les acteurs pour parachever le reste des chantiers de la nouvelle Algérie».
El Islah ne sera certainement pas représenté dans le prochain gouvernement, mais il optera sans doute pour une forme d'opposition constructive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.