"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



2 à 8 ans de prison requis par le parquet
Affaire de corruption EGT Tipaza
Publié dans L'Expression le 29 - 06 - 2021

À la reprise du procès en appel, en deuxième séance, de l'affaire de corruption l'EGT Tipaza, impliquant 26 accusés, le représentant du parquet général près la cour de Tipasa a requis dimanche des peines allant de 2 à 8 ans de prison ferme à l'encontre des accusés. Ces derniers sont poursuivis pour «abus de fonction, dilapidation de deniers publics, passation de marchés en infraction à la réglementation, octroi d'indus privilèges à des tiers, participation à une affaire de corruption et signature de marchés suspects».
Les dessous de cette affaire remontent aux dernières années, où le Conseil de participation en collaboration avec la banque publique CPA, ont octroyé une enveloppe de 5 milliards de dinars pour la réhabilitation et la modernisation des trois complexes, sous la direction de l'EGT, en l'occurrence, «la Corne d'or», «Matarès», et le village touristique «CET». Il a été fait cas de la réception d'une lettre anonyme dénonçant de graves exactions des responsables relatives à des demandes de réévaluation du projet. Il faut cependant, savoir que, les crédits supplémentaires estimés à 6 milliards DA avaient donné lieu à une perte de 469 millions DA de l'EGT. De ce fait, une instruction judiciaire du parquet de Tipaza a été ouverte, où le procureur général adjoint a requis une peine de 6 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un million DA à l'encontre de sept autres accusés, en l'occurrence le président du conseil d'administration de l'EGT, Bar Aziz, un ancien DG, Chiah Rabah, un ancien DG par intérim, Aglouchi Mohamed (2016-2017), en sus d'autres cadres centraux de l'entreprise, à savoir Kaouane Noureddine (directeur des finances et des moyens), Maglati Samia (directrice technique), Abdelhak Saâdouni (chef de projet) et Khelifi Hamza, condamnés en première instance à des peines de 2 à 4 ans de prison ferme. Impliquée également dans cette affaire, l'Entreprise de construction portugaise «ACA»,qui avait décroché le marché de modernisation, le représentant du parquet général a plaidé pour l'endurcissement des peines, par contumace, à l'encontre de ladite société de construction portugaise «ACA», ayant bénéficié d'indus avantages, condamnée en première instance à l'amende de 5 millions de DA avec exclusion de la procédure de passation de marchés publics en Algérie
pendant 5 ans.
Imputant la responsabilité à la commission des marchés, tous les accusés ont plaidé leur acquittement de toutes les charges retenues contre eux, justifiant ces violations par des erreurs de gestion. Ce à quoi les membres de la commission, ont précisé que «leur rôle s'était limité à la rédaction des procès-verbaux des marchés et à l'ouverture des plis et non pas à la signature des décisions d'attribution qui ne relevaient pas de leurs prérogatives, d'autant plus que les ex-directeurs généraux (DG) ne leur permettaient pas de s'enquérir du cahier des charges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.